27/02/2018

La dégénération et Marcel la feignasse

 3650118671.2.png

Mon ami Marcel la feignasse qui squatte chez moi a plusieurs qualités. Pour lui posséder vous possède, jamais l’inverse. Par conséquent, il n’achète jamais rien, ne participe jamais aux travaux ménagers car il déteste les meubles et enfin quand par miracle, il dispose d’un peu de cash, il le boit immédiatement pour ne pas nous soumettre Euclide la déveine et moi à la tentation du consumérisme.

Comment est-ce possible de supporter pareil individu me direz-vous ?

En dehors de sa carrure d’armoire normande qui nous préserve des mauvaises rencontres, Marcel a le don inestimable de faire le vide autour de nous et aussi de nous préserver des preneurs de têtes, des emmerdeurs etc…

Marcel est le plus grand pédophobe que j’ai rencontré. Son dégoût pour les enfants est si grand que nous sommes fuis par toutes les copines qui ont fait le choix de se reproduire et dont les enfants sont intelligents pour leur âge et sans aucun doute de futur Zukerberg, Magnus Carlsen et consorts…

D’où lui vient ce dégoût ? De son enfance très certainement…Fruit d’une femme qui n’avait rien trouver d’autre que le mettre au monde pour retenir son mari alcoolique et violent et qui sur le fond ne souhaitait rien d’autre qu’une carte de fidélité dans un hypermarché et un peu de sécurité matérielle. Peu de temps après sa naissance, son père devait mourir en tombant dans un canal. Suicide ou noyade car il ne savait pas nager et avait peut être chuté involontairement un soir de beuverie ? Impossible de le savoir. D’autant que le canal en question étant fréquenté par des péniches, on n’avait retrouvé que la main du père du Marcel identifiée grâce à sa bague. On l’avait fait cramer. Avec les dernières illusions de Marcel qui désormais ne pouvait plus voir la famille que comme « une construction sociale ».

Marcel fait partie de ces gens qui passeront du RMI ex RSA au minimum vieillesse sans jamais avoir travaillé. Tout juste aura-t-il fait quelques (dé)formations professionnelles obligatoires au maintien ses droits. Quand je lui raconte que l’action Snapchat a perdu un milliard de dollars suite à un tweet de la fille Kardashian, cela ne l’étonne pas.

https://www.dakarflash.com/Snapchat-perd-plus-d-un-millia...

« Faites des mômes… » me dit-il souvent en se marrant…

07/11/2008

VITRIER MARKETING

Autrefois certains vitriers de rues (VVVVvvviiiitriiiier.....) envoyaient leurs enfants casser des vitres sur leur passage, créant ainsi une adéquation parfaite entre l'offre et la demande sans intervention de l'Etat.

En période de crise, apporteur d'affaire pour un dentiste qui vous rémunère à chaque fois que vous avez fait casser les dents à quelqu'un
peut aussi constituer un relais de croissance et une source de gain.

Mais vouloir réhabiliter le travail en période de TGD n'a pas de sens...
Avec 10 000 Rmistes de plus le mois dernier (et combien dans les mois qui viennent ???)
Le RSA devient infinançable à moins que les bobos devenus les gogos ne décident d'adopter un pauvre par foyer moyennant avantages fiscaux.

Heureusement pour eux, pour toucher le RSA, il faut déjà trouver un boulot, ce qui en période de job crash est totalement impossible pour une personne qui a été exclue de la chaîne de la valeur, il y a plusieurs années (hors contrat aidé ou public).

Les gains de productivité ne servent à rien si ils sont supérieurs à la croissance du pays et vouloir par conséquent réhabiliter le travail en pareille période est une hérésie. Il convient plus de former de nouveaux warriors en leur disant "Démerdez-vous !!!".
Mais les démocraties de Marché aiment acheter la paix sociale. La main qui se tend est préférable au poing sur la gueule et le cash finit de toute façon au centre commercial dans les sociétés de consommation.
Là ou se joue notre avenir commun.

Nécronomiquement votre

28/08/2008

Plan de relance "à la française"

"Il faut souvent changer d'opinion pour être toujours de son parti."
Cardinal de Retz

Le RSA n'est pas un rêve ou un projet humaniste destiné à extraire de la misère les 3,7 millions de personnes qui sont concernées par sa mise en œuvre

Le RSA est, en fait, un plan de relance déguisé.

Qu'attend-on réellement de ces nouveaux esclaves ???

Réponse : Qu'ils consomment plus...
Et que cette consommation, ajoutée à un endettement type crédit pour pauvres, de cette armée de réserve génère
au moins 0,5 du fameux point de croissance qui manque à notre pays et que notre président avait promis d'aller chercher avec les dents.

Imaginez une seule seconde (hypothèse farfelue) que les "bénéficiaires" du RSA se mettent soudainement à épargner la différence entre le RMI et le RSA, et ne l'injectent pas dans la consommation, imitant ainsi ceux dont les capitaux vont être taxés pour son financement.
Nul doute alors qu'il serait supprimé immédiatement.

Nous sommes donc bel et bien devant un plan de relance de la demande.
L'ampleur de nos déficits interdisant un plan de relance keynesien plus traditionnel à l'image de ce que font les autres pays.

la main qui dépense est préférable à la main qui se tend qui est elle même préférable au poing sur la gueule.
Ceux qui ont manifesté leur hostilité à cette nouvelle taxe ferait bien de s'en rappeler.


Nécronomiquement votre