20/12/2017

La stratégie de l'araignée

arrrraaa.png

 

 

 

 

C'est en nageant à contre-courant que l'on se rapproche de la source

                              Proverbe Nécronomique

 

Walter Benjamin constatait il y a plus de soixante ans, quelques semaines après le pacte de non-agression entre Staline et Hitler :

« Il n'y a rien qui ait corrompu les travailleurs allemands comme la persuasion de nager avec le courant. Pour eux, le développement technique était favorable au courant avec lequel ils pensaient nager. »

Nous sommes désormais parvenus au terme du système monétaire tel qu'il fonctionne actuellement. La dette, on peut s'y pendre pas s'y suspendre.

mario-draghi-gift.jpg

 

 

 

 

Bélial et ses laquais , les banquiers centraux ont pris tout le monde dans la toile. La mutation peut démarrer. 

Etats, Entreprises, particuliers sont arrivés a des niveaux de surendettement massifs. L'heure est venue de resserrer les taux ou plutôt l 'étau devrait-on dire. Le scénario a parfaitement fonctionné. 

Les voix dissidentes comme la notre n'ont bien évidemment pu porter tant l'écran de fumée de fausses bonnes nouvelles s'est répandu dans tous les médias qui ont bien évidemment besoin de vendre de l'optimisme à tout va pour exister.

Marché boursier au plus haut, vente immobilier ancien record...Seul ombre au tableau : le pouvoir d'achat et dans notre beau pays la difficulté de recruter, faute de candidats malgré un chômage record.

Osons anticiper la suite des évènements telle que l'on va nous la vendre :

 La merveilleuse croissance qui nous sauvera tous du déluge de dette se fera grâce à  l'innovation et la robotisation génèrera de la compétitivité. Le tout sans faire de casse (soi disant) au niveau des hommes privés soudainement d'emplois aidés ou peu qualifiés, de fonctionnariat, voire remplacés par des machines comme les voitures autonomes.

Reste le babysitting des enfants de bobos et le changement de couches confiances pour les mamies et les papies bobos, fantastique bassin d'emploi non salariés pour ceux qui ont quittés l'école prématurément. 

Ne pas oublier non plus en temps de disette la vente d'objets usagers sur les plateformes en vogue du moment. Les logiciels qui taxent l'humain et non pas l'inverse comme on aurait pu l'imaginer à la grande époque où l'on parlait encore de taxer les machines. Quelle bouffonnerie...La Money Power ne manque pas de cynisme.

banquiesr centraux,systeme monetaire,arnaque,esclavage,revenu universel,resseremnt taux,futur

 

 En cas de fortes grognes grâce à  un revenu universel garanti, les pauvres pourront être flexibles dans la production de richesses et dans la reproduction de la vie. Tout comme ceux qui surendettés par des crédits immobiliers de longues durées ne seront plus en mesure de faire la fine bouche devant les travaux proposés en cas de perte d'emploi.

C'est à eux tous en final qu'il conviendra de relancer l'économie. La sempiternelle histoire du cocu qui paye la chambre.

La réforme du travail étant passée comme lettre à  la poste, ne reste plus qu'a diminuer les durées d'indemnisation. D'autres réformes dites structurelles suivront comme cela s'est passé dans les autres pays européens.

Le tout évidemment dans un contexte d'échanges continus entre systèmes bancaires, assurances, médicaux et policiers et une surveillance toujours plus minutieuse. Quant au nouveau prolétariat immatériel et ses bataillons de codeurs, on pourra aisément le déplacer à  travers le globe suivant les couts sociaux et la règle du moins disant salarial.

Winter is coming...

Et souvenez vous comme disait William Carlos Williams

" Le geste de bénédiction ne fait pas dévier le vent froid"

Nécronomiquement votre

03/10/2017

Revenu de Baise

crepin crepin.jpg

 

 

Alain Madelin deviendrait il Nécronomiste ?

En tous cas, il vient de déclarer ce jour sur BFM Business que " les géants du Net étaient pour le revenu universel car ils essayaient de refiler aux Etats le bébé de la destruction d'emplois qu'ils étaient en train d'organiser"

Bravo Alain, un peu de lucidité ne fait pas de mal...