29/06/2017

this is not a love song

1701_Lagarde.png

 

Un extrait de mon roman nécronomique, laissez moi un petit mot d'encouragement si vous souhaitez que je le publie 

C'est un roman noir (polar) pas une autofiction.

Soudainement, je me sens exister à nouveau. Comme dit le proverbe : "le tout n'est pas d'être heureux, encore faut-il être sûr que les autres soient malheureux.

Pourquoi souhaiterais je du bien aux bobos après tout ? Eux qui journellement ne font que détourner leur regard de la misère qui encombre leur trottoir. L'idée d une nouvelle crise pire que la précédente remuait l'enfer en moi et me comblait d'aise.

Quelque fois, lorsque j'étais seul dans ma chambre, je me retirais dans mes pensées en poussant de hideux cris de dégoût, un peu comme un toqué. Je me mettais à tempêter, effroyablement tout puissant contre des images d'économistes. Dans ces périodes là, il m'arrivait fréquemment de les insulter. J'étais le nécronomiste en chef. J'avais vu venir la crise et son lot de suicidés. J'étais immortel et condamné à l'être aussi longtemps que l'économie serait là pour écarteler les hommes et creuser les inégalités dans d'atroces souffrances.

J'étais voué à la destruction depuis le ventre de ma mère et je méprisais la propriété. Rien ne pouvait m'arriver, il ne me restait plus qu'à tyranniser les bobos comme Bélial ses laquais. Je les exhorterai à m'écouter, à se tenir avec moi au bord de la crise. Puis, je m'en irai vers d'autres cieux les abandonnant dans la dépression née de la fin de l'illusion de richesse qu'avaient générés les banques centrales, les taux négatifs et l'endettement massif.

Je les abandonnerai dans la TGD, la très Grande Dépression, là où les chiens noirs ne cessent d'aboyer et où l'aube n'arrive jamais; je m'en irai les laissant seuls avec leurs tourments. N'avaient ils pas cru après tout que l'austérité paierait le loyer des pauvres ? Trop occupés à disserter sur le réchauffement climatique et la transition intestinale que seule procure l'agriculture biologique.

Rassurez vous les amis, il y a aussi des passages à pisser de rire....

 

07/05/2017

JPC gentrifié...

 

Nous avons courageusement tenu jusqu’à 10 000 euros le M2. Désormais, nous ne pouvons plus suivre, les chambres de bonnes à 750 euros par mois, c’est terminé…Les squats aussi

La jeunesse boboîsé startupé à la coke a tout gentrisé, nous sommes obligés de migrer vers les zones grises en attendant la bulle verte…

Revenons sur ce phénomène de la gentrisation concept « on ne peut plus libéral. »

Gentrification est un mot anglais utilisé pour la description de phénomènes urbains au Royaume-Uni dans les années 1960. Il a par la suite été repris, développé et approfondi au Royaume-Uni et aux Etats-Unis[4]. Ce n'est qu'au début des années 2000 que le terme « gentrification » apparait dans les milieux académiques français (en francisant la prononciation).

La gentrification (anglicisme créé à partir de gentry[1], « petite noblesse »[2]), ou embourgeoisement urbain, est un phénomène urbain par lequel des personnes plus aisées s'approprient un espace initialement occupé par des habitants ou usagers moins favorisés, transformant ainsi le profil économique et social du quartier au profit exclusif d'une couche sociale supérieure

Source Wikipedia

La jeunesse startupé à la coke a tout gentrisé, nous sommes obligés de migrer vers les zones grises en attendant la bulle verte…United colors of zones grises

folie imobiliere,paris,gentrisation,bulle immobiliere,loyer exorbitants,rebellion,consommation

17/03/2017

Colis piégé au FMU

 

Hier quand j'ai appris le colis piégé au FMI, je me suis dit, ça y est c'est Euclide la déveine, il a pété les plombs. Je sais pas si je vous ai déjà parler de mon pote Euclide la déveine ?1701_Lagarde.png

Euclide est mon indice contraire. Dès qu’il me propose de faire un truc, je sais que ça ne va pas marcher. Une sorte de loi de Murphy à lui tout seul…Euclide est un anarchiste grec zotoentrepreneur où je ne sais pas comment on peut appeler cela. Il a atterri à Paris après la grave crise qu’a connu la Grèce et qui a ruiné tous ses espoirs de faire du cash. Il est vendeur à mi-temps dans une boutique arménienne. Auparavant, il a entrepris tout ce qu’il pouvait. Il pourrait être la fierté de son pays qui comptait quarante pour cent de fonctionnaires dit-il souvent. Il devrait même être décoré par le FMI ou désigné comme modèle à suivre mais voilà, cela n’a jamais souri pour lui. Pas facile de créer de la richesse sur une île sans cash. Il a lamentablement échoué dans l’industrialisation de poissons de combat du Siam. Il a essayé de développer les perles de cultures, puis d’importer des babouins à cul violets de Tripoli. Enfin, il a tenté de réunir les sentiments et l’économie en commercialisant un cercueil deux places pour les amoureux platoniques. Un concept philosophique euclidien destiné au segment très limité des amoureux qui n’ont pu se déclarer leur flamme de leur vivant ou qui n’ont pu officialiser leur union de leur vivant mais qui souhaite reposer ensemble pour l’éternité. Là encore un échec.

Finalement je l'ai croisé hier soir, il était galvanisé mais ce n'était pas lui qui avait fait le colis piégé. Je m'en doutais un peu depuis l'épisode de la la bombe à merde qu'il voulait faire exploser chez Carrefour et qui lui a pété à la figure.

Tant mieux, j'ai pas envie de perdre un pote en ces temps difficile