17/05/2009

Apres l'argent pas cher, le cash à ne rien faire

2056070014.jpg

 

A quoi tient le nouvel équilibre mondial économique que les dirigeants des démocraties de Marché appellent si fort de leurs voeux pieux ?

Pour faire nécronomiquement simple : il faudrait que les américains apprennent à épargner et que dans une synchronisation absolue , les chinois désapprennent cet art étrange pour zapper vers celui de consommer donc de dépenser (pas evident lorsqu'on croit à la réincarnation...)

Autrement dit, il s'agit d'organiser le zapping dans le zapping par des régulations tout en uniformisant mondialement les comportements des citoyens consommateurs mondiaux.

Ce qui vous en conviendrez relève plus de la mission impossible que de la mince tâche.

 

En prenant nous le chemin ?

 

Certes pas, avec d'un coté des états qui s'endettent et dont les banques centrales achètent les bonds du trésor des gouvernements avec de l'argent qui n'existe pas, et de l'autre des consommateurs désormais addict et contaminés en phase terminale qui ne peuvent plus s'arrêter de faire péter leurs cartes de crédit et qui par conséquent achètent eux aussi avec de l'argent qui n'existe pas non plus.

Ainsi aux USA taux défauts cartes(impayés)

Chiffres d'avril et mars

Citigroup 10.21% 9.66%
Wells Fargo 10.03% 9.68%
JPMorgan Chase 8.07% 7.13%
Discover Financial Services 8.26% 7.39%

 

Dans le même temps, les taux d'intérêts n'ont jamais été aussi bas ainsi en 2009 , le taux d'intérêt de la Banque d'Angleterre a atteint son plus bas niveau depuis sa création soit depuis 1694 (en 315 ans).

Conséquence, nous sommes bien dans la figure nécronomique du double dong.

L'argent étant devenu virtuel des deux cotés, il faut le monétiser et le rendre réel dans l'économie.

 

Il n'y plus d'autres solutions que de donner de l'argent au citoyen consommateur sans que cela corresponde à un travail afin qu'il puisse consommer en payant réellement.

Le japon vient de franchir le pas en envoyant 150 dollars par personne, les autres pays vont suivre, seule façon de monétiser l'argent réellement dans la consommation...(désolé Jacques, c'est la conso qui tient la baraque.)

Nécronomiquement votre

PS : y a que sur nécronomie qu'on peut lire des bonnes nouvelles...

 

 

02/02/2009

Plan de relance US ou URSS ???

Il y a deux façons de relancer une économie basée sur l'offre et la demande.
Contrairement a ce qui est annoncé, le plan de relance de Nicolas Sarkozy, ne consiste pas à une relance par l'offre cad l'investissement.

Mis a part les logements sociaux dont le rendement est effectivement de 15 % (voir la trésorerie des offices HLM)
il n y a aucun investissement dans le plan de relance annoncé par le gouvernement.
Juste de l'allocation de ressources sans espoir de retour sur investissement à horizon de moins de 10 ans...alors que dans la réalité un business plan ne se fait plus que sur 36 mois maximum....(60 t'oublies....)
Peut on nous expliquer ou sera le retour d'investissement pour les contribuables avec ces grands travaux...
Combien vont ils générer de marge ????
Zéro euros zéro cents

Autrement dit, il ne s'agit pas d'investissement mais d'allocations de ressources...
C comme dab, c les mômes qui payeront via la dette et les impôts...à charge de retour à meilleur fortune..

C'est fatiguant d'apprendre à de vrais capitalistes comment fonctionne leur système mais cela prouve également leur niveau d'inculture sur la façon dont fonctionne leur vie...(et leurs Amours...)



Nécronomiquement votre


28/08/2008

Plan de relance "à la française"

"Il faut souvent changer d'opinion pour être toujours de son parti."
Cardinal de Retz

Le RSA n'est pas un rêve ou un projet humaniste destiné à extraire de la misère les 3,7 millions de personnes qui sont concernées par sa mise en œuvre

Le RSA est, en fait, un plan de relance déguisé.

Qu'attend-on réellement de ces nouveaux esclaves ???

Réponse : Qu'ils consomment plus...
Et que cette consommation, ajoutée à un endettement type crédit pour pauvres, de cette armée de réserve génère
au moins 0,5 du fameux point de croissance qui manque à notre pays et que notre président avait promis d'aller chercher avec les dents.

Imaginez une seule seconde (hypothèse farfelue) que les "bénéficiaires" du RSA se mettent soudainement à épargner la différence entre le RMI et le RSA, et ne l'injectent pas dans la consommation, imitant ainsi ceux dont les capitaux vont être taxés pour son financement.
Nul doute alors qu'il serait supprimé immédiatement.

Nous sommes donc bel et bien devant un plan de relance de la demande.
L'ampleur de nos déficits interdisant un plan de relance keynesien plus traditionnel à l'image de ce que font les autres pays.

la main qui dépense est préférable à la main qui se tend qui est elle même préférable au poing sur la gueule.
Ceux qui ont manifesté leur hostilité à cette nouvelle taxe ferait bien de s'en rappeler.


Nécronomiquement votre