29/07/2017

Impressions d'Afrique

litterature,economie,crise sans fin,pauvreté en france,nouvelle crise,stagnation,stagdeflation

 

 

 

C'est ainsi, que JPC, contraint et forcé avait franchi le mur de La Grande Déconnexion et se retrouvait à Brooklyn.

Précisément à Pantin, Aubervilliers au lieu dit "les quatre chemins de la drogues".

Ici, tout est ethnicisé, c'est pour cela, j'imagine que j'ai atterri dans un immeuble occupé par des vaillants ouvriers polonais. Il  fallait bien me mettre quelque part.

En face de chez moi se trouve un resto bengali. Ni africains, ni maghrébins n'y vont. ici, l'argent ne circule  que dans sa communauté : Principe des coopératives à circuit fermés. Avantage : permet de faire des prêts sans passer par les banques (tontines et autres).

Dés la sortie du métro et l'arrivée dans les quatre chemins, on sent que l'on arrive dans un autre monde. Un monde où le paquet de Marlboro est à 1 euro la chance comme le rapido. Les restos à 5 euros plat, dessert, boisson ou 4 euros le plat. 

Autre fait marquant : la vitesse d'intervention des policiers et la rapidité à lever les bras des personnes interpellées (les individus) pour faciliter les fouilles. On ne rigole pas avec la loi du score...

Pour le reste, je n'ai jamais vu autant de PMU dans un si petit espace, quasiment un PMU à chaque coin de rue et ils sont bondés à l'inverse des PMU parisiens.

Demain, je vais me rendre au marché. Un immense marché où se bouscule une foule impressionnante. A la marge de ce marché se trouve un marché parallèle où l'on trouve des produits parallèles évidemment.

Maintenant que j'ai de nouveau un toit, il ne me reste plus qu' à faire rentrer un peu d'argent...

Nécronomiquement votre