26/12/2018

Récap Nécro et remerciements nécro

Natacha Polony est elle sans culotte ?

 

1523639309_2.jpgAu début j’étais un fœtus et puis la main invisible du capitalisme m’avait tiré au dehors (ho hisse ho hisse).

JPC

 

A la question posée au détour d’un hiver 2005 de ce qu’il ferait demain, l’homme seul qu’était par force, devenu JPC, répondit : « Je chroniquerai la crise à venir… ». Ce Seppuku économique fût l’acte fondateur de sa nouvelle vie

Je m’organisais un mode de vie différent et opaque. Je consommais très peu, dépensais le moins possible et me préparais à un effondrement économique dont on sentait déjà les prémices.

La crise de 2008 et son lot de dépôt de bilan me fournit un bon carburant.

L’économie de doucereuse et banale était devenue belliqueuse et brutale. La récession était là. Elle était apprivoisée par satellite et masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, muselée par la machinerie méthodique des médias et des pouvoirs politiques qui refusaient de la rencontrer. Le lecteur de soixante millions de consommateurs se souvenait-il qu’il était mortel ?

Dame Hagarde la ministre de l’économie appelait à la Charia du Marché dans le cadre du Djihad pour le pouvoir d’achat : pas de jours sans achats, magasins ouverts toute l’année y compris le dimanche, soldes toute l’année. Il fallait à tous prix soutenir l’économie qui reposait sur la consommation. On ne parlait pas encore de compétitivité. Des signaux gouvernementaux motivaient les foules et propulsaient les êtres par légions leur intimant l’ordre de dépasser d’une tête ou d’un talon les peuples voisins avec lesquels nous devions mutualiser nos intérêts divergents, suprême paradoxe. De choc en pacte se précisait l’impact. Les gouvernements tous convertis au libéralisme tentaient de promouvoir l’idée ridicule que le Marché maîtrise la promesse d’un droit au bonheur dans un paradis promis dont il fallait juste prendre la direction. Un paradis de stress et de paillottes pour la légion des damnés dont les rangs grossissaient journellement et qu’il fallait convaincre que l’on avance bien mieux le ventre creux. Beaucoup se sentaient déjà plus près de la mer que des coquillages essayant difficilement de ne pas sombrer vers l’inutile et le hors d’usage.

Quant à moi, je régnais en ange des charniers. Je contemplais les sépultures d’entreprise et comptais les plans sociaux qui précipitaient les salariés perdants du haut des tours vers les banlieues avoisinantes dont ils ne sortiraient plus jamais. Je venais d’inventer un métier : Nécronomiste. Il ne me restait plus qu’à chercher comment en tirer des revenus pour pouvoir en vivre. Ce n’était pas une mince affaire mais lorsqu’on l’on veut vraiment quelque chose on finit par y arriver…au pire, on meurt. Mon plan était simple : Rien ne pouvait m’arriver. Il ne me restait plus qu’à tyranniser les bobos comme Bélial ses laquais. Je les exhorterais à m’écouter, à se tenir avec moi au bord de la récession. Puis, je m’en irais vers d’autres cieux les abandonnant dans la Très Grande Dépression. Là où les chiens noirs n’arrêtent jamais d’aboyer et où l’aube n’arrive jamais ; Je m’en irais en les laissant seuls avec leurs tourments. N’avaient-ils pas crus après tout que l’austérité payerait le loyer des pauvres. Trop occupés à disserter sur  le réchauffement climatique et la transition intestinale que seule procure l’agriculture biologique.

Le blog crée en 2007 me permit de rencontrer des gens extrêmement intéressants que je remercie tous pour leur soutien et leur collaboration. Ce blog leur appartient autant qu’à moi. C’est ce blog qui donna naissance au livre « Crise et Mutation » qui n’a pas pris une ride et dont modestement on peut encore mesurer le caractère visionnaire.

Remerciements Nécronomiques

22/10/2015

Film regional nécronomiste

index.jpg

 

 

 

 

Docteur Benway : " Alors comme ça JPC, tu me demandes de te dire de quoi parle ce film ?"

JPC : "C'est ça Docteur Benway"

Docteur Benway : " Ca parle de la CMU et de L'AME (aide médical aux étrangers) qu'on a pas. Ca parle du brave Marcel Toutlemonde qui se crève le cul pour pour 20 000 euros par an; le fisc lui pique ses économies pour donner la sécu et les allocs aux émigrés et aux migrants, leur permettre de garder la forme pour braquer sa grand mère, de violer sa frangine et de racketer son fils. Combien d'argent il reste à Marcel le besogneux sur son compte en banque une fois que le fisc l'a siphonné ? Moins que rien. Est ce qu'il a les moyens de se payer un lit d'hôpital à cInq cent euros par jour ?

Deux dealers abonnés à la sécu et aux allocs passent en mercédès et lui crache à la gueule...

" C'EST POUR CA QUE JE PAIE DES IMPOTS ? "

JPC : Faut faire gaffe aux insinuations racistes..."

Docteur Benway : " Ben y a des gens qui pensent comme ça. De toute façon c'est dans l'air du temps. Mais bon rassure toi au bout du compte à la fin du film l'extrême droite est mise en échec par le pacte républicain

 

Je suis nécronomiquement rassuré Doc...

04/09/2010

Hagarde à vue...

 

1979bbeaab3dbe4c9ec755129dad540b.jpg

" Ce qui m'a frappé et me rassure, c'est qu'aucun d'entre eux ne voit de scénario en W avec une nouvelle récession très grave"

a déclaré Christine Hagarde aux université du MEDEF

 

C'est dommage, qu'elle m'ait loupé lors de la tournée mondiale aux conférences à la chambre de commerce et à l'Union Patronale, elle en aurait vu un en  live qui croyait au W, j'aurai même pu lui présenter d'autres nécronomistes qui croient au L à la japonaise...

 

Pour info, Dame Christine, on a jamais vu au plan mondial un patron syndiqué dans une grande organisation comme le MEDEF se suicider économiquement en déclarant qu'il ne croyait plus au Bizzness...Pas plus que de patrons qui meurent écrasés par leur bureau...Y a des statistiques là dessus (lol)...

 

Rappelons nous pour mémoire qu'à son discours de nomination Mme Hagarde nous exortait :

"Enrichissez vous, enrichissez vous..."

Traduction en langage nécronomique :

"Appauvrissez vous, appauvrissez vous pour que ceux qui ont mis leur salut dans l'argent puisse continuer à s'enrichir..."

 

Nécronomiquement Votre