19/04/2018

Selfish toi-même

 

 

narcissisme,cyborgs,collapse société,comportement schizo,nutalla,marques,enseignes,umpulsion,selfishs,reseaux sociauxLe narcissisme exacerbé qui caractérise le citoyen postmoderne dopé aux réseaux sociaux où il raconte sa vie sans intérêt en tentant de la rendre sublimatoire et les selfishs où il met en scène un bonheur simulé démontrent que le capitalisme a définitivement infantilisé les gens. Comme l’avait noté Benjamin Barber seule désormais compte la jouissance immédiate dans un univers où l’individu est acculturé par les marques et enseignes. Autrement dit, point d’autre jouissance que la consommation. Nous sommes donc dans la phase ultime et recherchée. Si effondrement, il y a , l’humain sera à reconstruire totalement et je ne parle pas là de cyborgs. Tout ce qui est renoncement pulsionnel dans un une société où l’achat d’impulsion est recherché et stimulé par les Marques, devient privation pour le citoyen des démocraties de Marché. On l’a encore vu récemment avec les émeutes Nutella où l’individu infantilisé fonctionnant comme une auto-tamponneuse dans un hypermarché est tenté de se livrer à des déchainements de violence. On retrouve ce type de comportement dans toutes les démocraties de Marché ce qui prouve l’extrême gravité de la situation. Certains vont même plus loin et gagne leur heure de célébrité au prix du sang et en publiant même leurs "exploits".

Nécronomiquement votre

25/11/2007

Maître du lieu, Maître du jeu…

L’Apocalypse des Marques dont les symptômes principaux seront l’infidélité et le désamour des consommateurs pour les marques installées, s' approche à grands pas.
Le pouvoir d’achat est devenu désormais la préoccupation numéro 1 des français mais aussi des américains et de tout l’occident, contrecoup du ralentissement économique car nous sommes mondialement unis par la consommation.

L'arrogance des marques, à travers les « lovemarks » et les stratégies marketing qui ont dominé le monde ces dernières années, et qui a consisté à entourer les consommateurs , à vouloir créer des connexions émotionnelles avec eux ( par des dialogues centrés sur eux) afin qu' ils s’approprient les Marques…arrive à sa fin.

La problématique du pouvoir d’achat vient d’en sonner le glas…

Vous avez pu vous en rendre compte : votre banquier vous aime, votre parfum vous aime, EDF vous aime, votre mobile vous aime, tout le monde vous aime…et les produits laitiers sont vos amis pour la vie…

Pas sûr qu’ils le restent…car plus que vous, c’est votre portefeuille qu’ils aiment et les périodes de crises sont propices pour s’en rendre compte…D’autant que votre portefeuille aime de moins en moins ces amours et ces amis…
Commentant l’augmentation du prix de ses produits le P-DG de Danone, Franck Riboud constate : "Il n'y a pas que le lait qui nous coûte plus cher. Depuis trois ou quatre ans, la publicité monte ses tarifs (...). Il n'est pas question pour nous de rogner sur nos marges …".
Lorsque l’on sait que Danone est « le meilleur élève de la classe » et soigne à merveille sa communication sur la santé, dont Zidane est devenu l’emblématique ambassadeur (il gagne encore plus d’argent que quand il jouait au foot… !),on peut effectivement se demander combien de temps dans une récession le consommateur va t-il être financièrement capable de supporter dans le coût des produits toutes ces dépenses de Marketing… ? ? ? ( Axiome de base : c’est toujours le consommateur qui paye…en final)
Le succès sans cesse grandissant du Hard discount en a été la première manifestation puisqu’a l’inverse de ce que titre TF1 sur son site « De plus en plus de français séduits par le Hard discount »
Le principe même du Hard discount repose sur la non-séduction et l’absence de connexions émotionnelles pour les marques, les fameuses MDD (marques de distributeurs qui n’ayant pas à supporter de frais de marketing ou de publicité, sont proposées à des meilleurs prix que les marques d’annonceurs.)
Les Maîtres du lieux étant devenus à cette occasion les maîtres du jeu.

Les faibles revenus ont choisis depuis longtemps, les classes moyennes les rejoignent…
C’est l’effet prix... car désormais on va acheter les prix plus que les produits…
Et peu importe l’amour que les Marques nous portent …si pour elles :
:
« L’amour , c’est juste une idée pour vendre des calendriers… »
Patrick Eudeline

Nous ne voulons plus être aimés…pas comme ça…un peu plus vrai nous suffirait….
Nécronomiquement votre

09/03/2007

L'inversion des valeurs

A l’aube du troisième millénaire , le pouvoir des marques était si grand que le consommateur avait contracté la mauvaise habitude d’accepter de financer le marketing et la communication quitte à payer le produit 3 fois plus cher.

Exemple : lorsque nous achetons une bouteille d’eau de marque, le prix que nous payons n’est pas celui de l’eau qui représente à peine un tiers du prix du produit, nous achetons du marketing et de la publicité
qui représente les 2 autres tiers du prix.


Les marketeurs les plus enthousiastes auraient pu même imaginer qu’un jour les Marques donnent le produit gratuitement à celui qui accepte de payer pour recevoir la publicité.


En ces temps troublés, On vit donc des émeutiers chaussés a 200 euros la paire.
Les yeux exercés des observateurs y virent un des nombreux signes annonciateur de La future Apocalypse des Marques.

Tout le monde savait que ces chaussures étaient fabriquées en chine ,
mais qu’importe : il’s’agissait surtout de ne pas rester seul et désemparé dans le théatre de la mondialisation.

On achetait l’appartenance à une communauté...

30 ans auparavant leurs pères avaient achété les désormais cultissimes tennis Stan Smith qu’ils portaient sous leurs pantalons mal taillés.

C’étaient alors les chaussures les moins chères et le signe d’une non élégance absolue…