12/07/2012

Search and De(s)troy

998850156.jpg

 

 

Les nécronomistes résidents du blogs connaissent le double dong et le châtiment des neufs orifices à la japonaise (vous serez punis par tous les orifices avec lesquels vous avez consommé...) ce scénario japonais dont Paul Krugman est le spécialiste (la trappe à liquidités), nous le vivons et le découvrons à travers PSA.

Qu'a fait Toyota à l'époque pour échapper à la faillite ?

Réponse : il a transformé ses 26 000 ouvriers en commerciaux du jour en lendemain avec pour mission de vendre une voiture à un de leur proche pour échapper au déshonneur du licenciement..

C'est ainsi que Toyota fut sauvé....Patriotisme économique oblige...Ce business model a été autrefois le business model des assurances en vie en France (embaucher des gens à la commission)en sachant qu'ils n'arriveront à vendre des assurances qu'a leurs proches, il peut désormais être adapté a tous les pans de notre économie. Le localisme étant le seul rempart face à la mondialisation...

Ce modèle ne peut évidemment être réalise en France puisque nous n'avons pas subi le double dong du Japon dans les années 90 (Krach immo krach boursier).

De même, nous avons eu déjà l'occasion d'en parler si Renault a délocalisé en Turquie à Bursa la verte devenu le nouveau Detroit motor city, c'est tout simplement parce que les ouvriers turcs acceptaient de prendre une position sous la voiture interdite en Europe...

Dans ce cas précis, nous ne sommes plus dans la compétitivité mais dans le danger...Gimme Danger

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

12/03/2007

Kärcher

A mes lecteurs marketeurs, qui pouraient trouver ce blog trop théorique, je voudrai soumettre cette étude de cas qui vous éclairera sur le business model du Nécronomiste et l'extrême vulnérabilité des Marques.

Dans le figaro de ce jour, une demi page de publicité :
.
« Face à l’utilisation répétée de notre marque loin de notre univers de communication habituel, nous souhaitons prendre la parole afin de lever tout malentendu, toute imcompréhension et tout quiproquo qui pourraient être liés à l’emploi de notre nom. »
La société Kârcher sort aujourd’hui de la discrétion car elle ne peut se reconnaître dans les propos et amalgames récents auquels est associés son nom… »
Par respect pour l’ensemble des personnes qui travaillent à nos cotés de notre entreprise nous avons décidé de réaffirmer ce qui fait la notoriété et la popularité de la marque Kärcher…
»


Il aura fallu , une phrase de 15 seconde de notre ministre le plus libéral, reprise dans les médias pour porter préjudice à une marque crée il ya 70 ans par Alfred Kärcher et adoptée par plusieurs générations de français.
Le gouvernement sera –il responsable des licenciements chez Karcher ?
N'est ce pas un dossier qui justifie l'intervention d'un Nécronomiste ?
.