10/09/2020

Idées zombies

En lisant le dernier ouvrage de Paul Krugman, je me suis demandé un court instant si il lisait notre blog avec le discours récurrent sur les zombies.

index.jpg

Non, il n'en est rien les zombies sont partout et les idées zombies aussi.

Quelle est la plus persistante de ces idées-zombies ? Croire que taxer les riches est destructeur pour l’économie, et qu’à l’inverse diminuer l’impôt sur les hauts revenus produira une croissance économique miraculeuse. Cette doctrine, que les faits ne cessent de démentir, a paradoxalement encore une emprise. Macron s’en est même fait le porte-parole avec le fameux ruissellement ou les premiers de cordées. Il vient encore en remettre une couche avec son concept de "cordées de la réussite". Il n'en démord pas.

De même la croyance selon laquelle la France souffrirait d’un grave « déficit de compétences » est une mode : elle fait partie de ce que les Gens Très Sérieux répètent entre eux. C’est un excellent exemple d’idée-zombie – une idée increvable, qui ne cesse de se relever des coups qu’on lui porte. Cette croyance a provoqué beaucoup de dégâts.Prochainement vous n'allez entendre parler que de ça puisqu on va vous mettre sur le dos le chômage et la crise et cela sera de votre fait parce vous n'êtes comme moi qu'une bande d'incompétents fainéants.

Que se passerait il s’il y avait vraiment une pénurie de compétences ? En toute logique, seuls les travailleurs avec les bonnes compétences devraient s’en sortir. Ce n’est pourtant pas ce qui se passe actuellement.

Certes, les salariés très diplômés sont plus rarement au chômage que les autres ; mais c’est toujours le cas, peu importe la situation économique. Le point crucial est que le chômage reste beaucoup plus élevé qu’avant la crise financière, quel que soit le niveau d’éducation et quelle que soit la profession : dans toutes les grandes catégories, les travailleurs se portent moins bien qu’en 2007.

Certains employeurs se plaignent de la difficulté à trouver des travailleurs possédant les compétences dont ils ont besoin. Mais sortez l’argent ! Si les employeurs réclament des qualifications spécifiques, ils doivent être prêts à offrir des salaires plus élevés pour attirer ceux qui les possèdent.

Pareillement si les employeurs cherchent des commis boucher ou des serveurs "t'as qu'a traverser la rue et tu trouveras du boulot", des professions difficiles, là encore il ne sert à rien de pleurnicher, il faut simplement sortir l’argent !

 

 

 

29/03/2020

ASSEDIC PARK SANS ASSEDIC

le grand confinement,récession,chômage,très grande dépression,krugman,roubini;necronomie

 

3,3 millions de demandes de chômage en une semaine aux USA "juste le début": Krugman, Roubini, El-Erian -

Les trois meilleurs économistes américains selon moi ont donné leur avis :


"
Les demandes de prestations de chômage ont grimpé à 3,28 millions la semaine dernière, plus de quatre fois le record précédent de 700 000 établi en 1982, ont révélé jeudi les données du ministère du Travail.
Les économistes Mohamed El-Erian, Nouriel Roubini et Paul Krugman ont souligné l'augmentation choquante et ont mis en garde contre de nouveaux dommages économiques.


"Malheureusement, ce n'est qu'un début, soulignant que nous vivons un moment déterminant pour la génération", a tweeté El-Erian.


"Gardez à l'esprit qu'au pire absolu de la Grande Récession, nous perdions 800 000 emplois * par mois *. C'est donc au moins un ordre de grandeur pire", a tweeté Krugman le prix Nobel d'économie spécialiste de la trappe à liquidités et de la déflation et le meilleur spécialiste de ce qui s'est passé au Japon dans les années 90 avec l'écroulement des marchés actions et immobilier.

Nécronomiquement votre

19/04/2009

Du RSA à GOMORRA

Comme le souligne Max weber, dont l'œuvre inspira un temps, les vœux de notre président.. La communauté de Marché en tant que telle, est le plus impersonnel des rapports de la vie pratique dans laquelle les hommes peuvent se trouver. Le Marché est en opposition complète avec toutes les autres communalisations qui présupposent une fraternisation personnelle. Il est à noter toutefois qu'en pareille crise, l'économie parallèle est tolérée dans certains pays. Notamment chez nos voisins du l'Europe du sud , où l'économie parallèle concerne parfois 1 personne sur 5 dans des petites villes et des personnes qui au long de leur vie durant n'ont jamais travaillé dans l'autre société. Bref, des auto-entrepreneurs de proximité mondiale justifiant parfois de plus trente ans d'expérience. La Grèce ayant été pionnière dans la crise sociale (comme dab), il convient d'observer attentivement sa situation pour comprendre la façon dont le pays résiste à la crise. Si dans les mois qui viennent, par malheur, l'économie grecque venait à perdre ses deux piliers économiques principaux : Transport maritime et tourisme, ce qui ne paraît pas invraisemblable au train où vont les choses, l'équilibre économique de la nation ne reposerait que sur le dernier pilier : L'économie parallèle : évaluée officiellement à 1/3 du PIB du pays. Raison pour laquelle, il ne faut jamais oublier qu'en période de crise ou de TGD, l'économie parallèle est quand même une économie et qu'à ce titre, elle joue un rôle de stabilisateur social car sans elle, il n y aurait plus rien. Les gouvernements des démocraties de Marché, préférant en pareil cas, le désordre organisé au désordre incontrôlé. Surtout quand on a plus les budgets pour faire fonctionner la justice et la police. En cela, notre pays est différent car pourvu d'amortisseurs sociaux comme le RMI, le RSA, les emplois aidés, les emplois sur-aidés, les associations à but non lucratif et récemment le statut d'auto-entrepreneur qui devrait séduire plein de jeunes et plein de seniors, les grands exclus du marché de l'emploi (champion d'Europe)s Le RSA démontrant son inefficacité en période de licenciement. Ce qui est d'une logique absolue car pour le RSA, il faut un emploi... Faut il le rappeler, les pays qui résistent le mieux aux crises sont ceux qui réduisent leur productivité donc préservent des emplois existants. C'est plus de cela qu'il faudrait s'occuper plutôt que d'attendre benoitement une reprise avec des mesures et des dispositions dont on ne verra l'efficacité que le jour ou la reprise sera là... Ne comptez pas sur les promesses de reprise avant qu’elles ne soient tenues comme dit l'ami Krugman. En pareilles circonstances, nul doute que l'on célébrera bientôt a coup de cocorico, le coté entreprenarial des français qui souscrivent en nombre au statut d'auto entrepreneur de proximité mondiale, alors qu'il s'agit simplement pour la plupart de survivre dans un monde où le travail salarial est amené à se réduire massivement. Le statut d'auto-entrepreneur étant la dernière porte avant la cave de l'économie parallèle. Rappelez vous... Il y a deux ans , la plupart des économistes traditionnels niaient tout simplement la possibilité d'une crise... En 2008, il disaient 2009 pour la sortie de crise, en 2009, ils disent 2010 et ainsi de suite... En 2010, lorsque l'on leur fera remarquer que nous ne voyons toujours pas la reprise, ils nous expliqueront que c'est normal car c'est une croissance molle qui ne peut se voir à l'œil nu sans télescope économique...et sans observer la Chine. La vérité, nous la connaissons, cela ne repartira qu'avec la bulle verte. Obama l'a bien compris. Nous autres, nécronomistes, pratiquons la Macro-économie dans la rue. Ce qui fait une grande différence dans la façon de percevoir la période. Jusque là, nous avons su beaucoup mieux qu'eux l'appréhender dans ses conséquences. Nécronomiquement votre