24/04/2019

Nous avons une solution à la crise

mario-draghi-gift.jpg

 

 

 

sommes aujourd’hui avec une  BCE qui pratique  des taux nuls, voire légèrement négatifs, pour le refinancement des banques, qui achève son cycle de « Quantitative et qui promet encore une fois de refinancer massivement les banques pour les prochaines années. Dormez tranquilles, Messieurs les banquiers, tout va bien. 

Résultat des courses : rien pour l’économie réelle où les gens travaillent réellement.

La Bourse n’en finit pas de monter. Un gonflage de joues à la trompettiste (de Jéricho) sans fin. Personne ne sait pourquoi mais pourtant la raison est simple : ce n’est absolument pas lié aux résultats des entreprises mais au fait qu’elles se rachètent elles-mêmes leurs propres actions et inflatent ainsi artificiellement le Marché action.

Pour l’immobilier, c’est idem, les gens s’endettent sur des durées considérables parfois de trente ans comme si ils avaient une visibilité sur leurs revenus sur pareilles durées. Ce faisant, ils font le choix d'acheter très cher avec des taux très faibles en spéculant sur le fait qu’ils pourront vendre plus cher ou au moins au même prix. Ils agissent ainsi comme si les arbres montaient jusqu’au ciel. L’histoire des subprimes même si ils étaient fait avec des taux variables et pas des taux fixes nous a pourtant enseigner l’inverse.

Merci Mr Draghi, les plus riches se sont encore plus enrichis et les plus pauvres plus endettés.

Force est pourtant de constater que ces milliards déversés si ils ont permis pour l’instant d’éviter la TGD (Très Grande Dépression) n’ont pas permis de relancer l’économie réelle.

Partant de ce constat, il n’y a plus trente six solutions. Aller en territoire très négatifs parait difficile. Il est peu probable que les Allemands acceptent.

Reste donc la solution de l’Helicopter money et le rachat  et l’annulation des dettes souveraines par la BCE. La solution qui consiste en de grands travaux européens. Et enfin la solution d’Helicopter money à destination des entreprises ou des particuliers.

Vous vous en doutez bien. Au cours de la dernière réunion de Nécronomie Internationale, nous avons voté à l’unanimité pour l’Helicopter money se fasse en direction des particuliers et que tous les comptes en banque des particuliers de la zone Euro soit crédités

Le retour du Keynésianisme par la grande porte et l’aveu pour les gouvernants que l’on peut créer aussi artificiellement une demande (et pas seulement une offre) et générer de la consommation pour relancer l’économie.

Voilà, on nous reproche souvent de ne pas être des solutionnistes mais vous voyez ce n’est pas le cas. Il se passe que nos solutions ne sont pas acceptables dans un monde où on érige le travail en guide suprême de nos vie.

Allez parler du rien foutre et être payé à Macron…

L’histoire retiendra qu’un petit groupe d’iroquois rassemblés sous la bannière de la Nécronomie avait une solution.

 

12/03/2016

les rencontres temporales intemporelles

keynes.jpg

La secte disait-on du temps de Louis XV des économistes pour ricaner des économistes.

Les économistes sont des gens qui passent leur temps à expliquer après, ce qui s’est passé avant, contrairement aux nécronomistes qui expliquent avant ce qui va se passer après. Depuis maintenant plus de dix ans, que je chronique la crise, je suis toujours aussi stupéfait de la non compréhension des experts qui se bousculent sur les plateaux TV.

Ma vision des choses a toujours été différente mais cette différence s’est accentuée au fil des ans peut-être du fait que je souffre d’épilepsie partielle psychique. Je ne vais vous faire ici un cours sur cette maladie, vous trouverez sur You tube des vidéos de gens qui comme moi sont atteints de ce trouble que Jules César qui en souffrait appelait la maladie des rois.

Disons qu’en certaines occasions, ma mémoire du passé se superpose à ma mémoire instantanée.

Beaucoup de gens pensent être médium à cause de cela mais en ce qui me concerne, je sais qu’il s’agit juste d’un problème de lobe temporal.

J’ai donc des impressions de déjà-vu. D’autrefois, j’ai le sentiment que tous les gens se ressemblent physiquement comme dans un célèbre film. Enfin en des occasions plus rares, ils m’arrivent de voir des morts et même de parler avec eux. Rassurez-vous, chers amis nécronomistes, je me soigne, je prends de la Depakine le fameux médicament dont on parle tant en ce moment et qui est à l’origine de nombreuses malformations chez les bébés dont la mère en prenait.

Mais, bon en ce qui me concerne, je ne suis pas une femme enceinte et la dernière crise m’ayant propulsé huit jours dans le coma avec une épaule brisée et un bras cassé par la puissance des convulsions, je ne trouve que des effets positifs à ce médicament. Je ne suis d’ailleurs pas étonné que la plupart des mass murders dans les lycées américains étaient sous depakine ou médicament du même type. Ce médicament supprime toute peur de la mort et en cela me parait promis à un grand avenir.

Enfin, tout cela pour vous dire que hier, j’ai parlé avec un mort. J’aime bien parler avec les morts, ils sont beaucoup moins assommants que les invivants avatars avares et bavards qui peuplent les réseaux sociaux. J’ai donc eu hier le privilège, car c’en est un, de m’entretenir avec John Maynard Keynes et j’ai compris pourquoi il était le plus grand économiste de tous les temps. Keynes et sa politique de la demande ont été fort décriés ces dernières années. Tous les experts ne juraient que par la politique de l’offre pour relancer l’économie arguant comme Guy Debord en son temps (mais dans un autre registre) que le consommateur ne trouve pas ce qu’il désire, il désire ce qu’il trouve. Il suffisait donc, pour les tenants de la politique de l’offre d’aider les entreprises CICE) qui pourraient ainsi développer leur offres et hop…Tout repartirait….

Tout le monde semblant omettre pour l’occasion que nous avions vécu la pire destruction d’emploi depuis la Très Grande Dépression et que cette destruction d’emploi était jumelée à une mutation, véritable saut quantique…

 

Par ailleurs nous le constatons tous les jours l’effet ruissellement-austérité Hayek/Rand ne fonctionne pas. Il faudra bien un moment ou un autre relancer la machine. Les individus veulent travailler mais il n’y a pas de travail. Les consommateurs veulent consommer mais ils sont fauchés et tétanisés à l’idée de perdre leur travail pour ceux qui en ont encore un. Les entreprises gardent leur argent.Les banques ne prêtent qu’aux riches et les pauvres qui restent encore dans la compétition, épargnent. Le nombre de sans abri augmentent car sans CDI, impossible de louer et il y a une pénurie de logements sociaux;

Acheteurs, vendeurs, financiers et Etat sont incapables d’agir ensemble.

« C’est pour cela que j’ai inventé le stimulus. Précisément pour débloquer les situations comme celle que vous vivez. N’oublie pas mon cher JPC, cher portier de nuit de l’économie qu’il ne faut pas réfléchir à long terme car à long terme nous serons tous morts. »

Necronomiquement votre

07/03/2010

ICE SAVE MY ASS

 

 

icesave-640.jpg
click on picture





Pour faire le lien avec le clip de la note d'avant :
Milton Friedman Père de l'école de Chicago où Hayek enseignait se rendit en Islande à l'automne 1984 et donna une conférence à l'université d'Islande à la suite de laquelle il rencontra des intellectuels socialistes dont le futur Président Olafur Ragnar Grimsson au cours d'un débat télévisé. Au cours de ce débat il lui fut reproché le fait que sa conférence soit payante, ce à quoi il répondit qu'il y avait des coûts pour toute conférence et qu'il préférait que ceux qui les payent soient ceux qui en profitent directement plutôt que l'ensemble de la population. L'idée reprend celle développée dans le titre d'un de ses ouvrages publié en 1975 : « There's no such thing as a free lunch », c'est-à-dire « il n'y a pas de repas gratuit », les coûts sont toujours payés par quelqu'un.


Bon la question nécronomique du jour :

 

Puisqu'il y a toujours quelqu'un qui paye...et que ce ne sont ni les banquiers ni les spéculateurs ni les économistes...ni ceux qui ont pu payer pour recevoir les conseils de Milton Friedman...

C qui ???

A) le salarié islandais, espèce en voie de disparition, sur son épargne forcée (cotisations sociales sans prestations, retraite fantôme etc...) ?

B) Le consommateur islandais via la TVA (alors que tout le monde retravaille au black et que de la TVA y en a plus...) ?

C) Les enfants des Islandais désormais condamnés à l'exode pour fuir les dettes de leurs parents ? (la Fête du slip est terminée...)

D) Domique Strauss Kahn et son gros chéquier FMI ( règle nécronomique : Gros chéquier, Gros stylo...)

(qui va devenir tout petit quand va falloir secourir l'Angleterre...sans quoi : pas de Jeux olympiques ...Du pain des Jeux...)

E) L'slande dit FUCK à tout, abandonne l'adhésion à l' Europe et rejoint le bloc Eurasia qui va de Reyjkavic à Istanbul en passant par Moscou...idée programmée de Poutine pour lutter contre la dégénération européenne et son modèle bananier et proposer une alternative crédible aux inféodés du Dieu US...Modèle unique de l'hypermarché mondial...et titrisateur de génie lorsqu'il s'agit de faire payer les créances de ses pauvres à l'échelon mondial ainsi que sa croissance et ses guerres...En tant que monnaie référente...On est chez nous...On fait ce qu'on veut...Les Présidents de Goldman Sachs finissent secrétaires du trésor dans le pire des cas...Money Power

F) c pas moi...

G) On va tous payer...Irlande, Island même combat...

H) On s'en fout les Vikings connaissent pas la peur...et chacun save his ass... (précepte nécronomiste : Je serre les fesses... y a rien qui presse...)