01/11/2019

Les Chronophages

 

couv-galibert-chronophages-web-c56d4.jpg

 

 

Le terme de « chronophage » désigne ici aussi bien les objets de la chronophagie (appareils électroniques divers à écrans plats, publicité télévisuelle et sur Internet, économie dématérialisée), que ceux à qui leur commerce proLe terme de « chronophage » désigne ici aussi bien les objets de la chronophagie (appareils électroniques divers à écrans plats, publicité télévisuelle et sur Internet, économie dématérialisée), que ceux à qui leur commerce profite (notamment les grandes firmes de l’économie dite virtuelle). Le mode d’exploitation hypercapitalistique introduit un rapport renouvelé des individus à leur temps « disponible », le travail imaginaire de ces derniers venant s’ajouter à leur travail réel, sous l’espèce d’un temps de « loisir » revendiqué par eux et générateur de profits faramineux pour les chronophages. L’hyperrentabilité de ce capitalisme nouveau-genre s’établit dans une sphère presque entièrement dévolue à l’imaginaire, ou même à « l’imaginaire de l’imaginaire » ; il s’inscrit en outre sur le mode d’un échange fondamentalement irréciproque.
Ainsi décrit, l’hypercapitalisme dévoile sa vacuité, le « rien » qui lui sert de fondement, et dont la présente crise mondiale fournit une illustration exemplaire. On comprend dès lors que la valorisation du capital, devenue purement imaginaire, indexée sur la seule anticipation de sa valeur à venir, n’ait cure de produire réellement quoi que ce soit. Quand l’imaginaire de l’imaginaire (et l’anticipation de sa valorisation future) conditionne la valeur boursière d’une société commerciale, il devient évident que les biens produits ne sont plus qu’un prétexte à toute valorisation, voire son simple déchet, de la même façon les emplois industriels qui en dépendent.:fite (notamment les grandes firmes de l’économie dite virtuelle). Le mode d’exploitation hypercapitalistique introduit un rapport renouvelé des individus à leur temps « disponible », le travail imaginaire de ces derniers venant s’ajouter à leur travail réel, sous l’espèce d’un temps de « loisir » revendiqué par eux et générateur de profits faramineux pour les chronophages. L’hyperrentabilité de ce capitalisme nouveau-genre s’établit dans une sphère presque entièrement dévolue à l’imaginaire, ou même à « l’imaginaire de l’imaginaire » ; il s’inscrit en outre sur le mode d’un échange fondamentalement irréciproque.

Ainsi décrit, l’hypercapitalisme dévoile sa vacuité, le « rien » qui lui sert de fondement, et dont la présente crise mondiale fournit une illustration exemplaire. On comprend dès lors que la valorisation du capital, devenue purement imaginaire, indexée sur la seule anticipation de sa valeur à venir, n’ait cure de produire réellement quoi que ce soit. Quand l’imaginaire de l’imaginaire (et l’anticipation de sa valorisation future) conditionne la valeur boursière d’une société commerciale, il devient évident que les biens produits ne sont plus qu’un prétexte à toute valorisation, voire son simple déchet, de la même façon les emplois industriels qui en dépendent.

05/04/2019

BEZOS baisé

bezos.png

 

 

 

Aujourd'hui chers amis, vous allez être étonnés car je vais analyser le divorce le plus cher du monde qui propulse Kathie Mackenzie Bezos au rang de femme la plus riche du monde.

Kathie conserve 25% des actions qu'ils détenait ensemble. Soit 4% de l'ensemble des actions, ce qui représente 36 milliards de dollars.

Kathie était une romancière peu féconde. Elle a mis dix ans à écrire son premier roman puis en a écrit un deuxième.

Aucun des deux ne s'est vendu.

Elle avait rencontré Jeff lorsqu'il était Vice président d'un fond spéculatif à New York et a épousé Jeff car cela lui laissait de la latitude pour écrire.

Dix ans pour écrire un roman, on peut effectivement appeler cela de la latitude.

Elle avait été séduite dit elle car le rire de Jeff ressemblait à celui d'un méchant de James Bond. Prémonitoire…

Et maintenant petite digression..

Enfant, la mère Lapipe, la plus vieille prostituée de la rue de Budapest à Paris  me ramenait souvent chez moi après l'école. Je l''écoutais religieusement car elle me disait des choses que je n'entendais nulle part ailleurs et certainement pas à l'école.

On peut dire que la mère Lapipe était une vraie philosophe de rue (elle était surnommée ainsi parce qu'elle n'avait plus de dents).

Un de ses dictons préférés était : " Si tu veux pas vendre ton cul, te plains pas d'être pauvre."

Je ne devais comprendre que bien plus tard ce qu'elle voulait dire.

Pour en revenir à Bezos, lui le grand hypercapitaliste et requin de la finance a transgressé une loi libérale en se mariant avec une femme qui n'avait aucun revenu.

Comme le démontre Mickey Kaus dans son livre "The end of Equality", que se passe t-il si un avocat qui gagne par an 60 000 dollars épouse une collègue qui gagne le même montant ? Et si un employé à 20 000 dollars épouse une employée à 20 000 dollars par an. Alors la différence entre leurs revenus (entre les avocats et les employés) devient soudain la différence entre 120 000 et 40 000 dollars. C'est ce genre de choses qui s'est produit aux USA et se produit maintenant dans tout l'Occident. On se marie entre classe et la mariage n'est plus un moyen d'ascension sociale.

Jeff Bezos était déjà peut être trop riche quand il était Vice Président de son fond pour trouver une femme avec le même niveau de revenu.

Et puis, 25 années a subir Bezos si elle ne l'aimait pas vraiment, ça vaut peut -être 36 milliards.

 

14/01/2019

2019 année mortifère

suicide.jpg

 

L’hypercapitalisme opère donc un tri sélectif des existences, entre celles qui vont consacrer leur existence entière à l’hypertravail, et celles qui seront détruites.Le suicide est le mode de sélection idéal, car aucune forme de tri sélectif autoritaire des existences n’est viable.

 

 

 

 

Mortifère était le nom

Mortifère était Macron

L’enfer est à lui

Le roi est nu

L'Europe est perdue

 

Mes cieux les anglais tirez-vous les premiers, de ce paradisette, de ce paradis du stress et des paillottes. 

Il est des brexit intérieurs dont on ne revient pas, des kracks lents, où l’âme minée se perd en dépression, s’alourdit d’hypothèques, de dettes et sombre.

La dépression est une condition mentale des plus désagréable, invalidante et impliquant une grande détresse, mais ce n’est pas le seul symptôme qui hante la nouvelle génération née dans ce meilleur des mondes — alors qu’il ne semble pas affecter, du moins pas dans les mêmes proportions, la génération immédiatement précédente.

La « génération Z » de jeunes adultes nés dans les années deux mille, connaît des souffrances que les générations précédentes ne connaissaient pas ; pas nécessairement plus de souffrances, ou des souffrances plus aiguës, mortifiantes et déprimantes, mais distinctement nouvelles, différentes — on pourrait dire des maladies et des  afflictions  spécifiquement modernes, liées à ce monde où comme dirait l’ami Vincent la réalité dépasse l’affliction.

https://www.inc.com/jessica-stillman/gen-z-is-anxious-dis...

L’un des diagnostics les plus couramment proposés est le chômage et en particulier les piètres perspectives d’emploi pour ceux qui quittent l’école et se retrouvent sans expérience sur un marché du travail concerné par la hausse des profits grâce à la baisse des coûts du travail et au dégraissage d'actifs plutôt que par la création de nouveaux emplois et la construction de nouveaux actifs. L’un des remèdes le plus largement envisagé est celui des emplois aidés. En attendant, l’une des recommandations macronienne le plus communément proposées aux jeunes est d’être flexibles, et pas spécialement difficiles, de ne pas attendre trop de leurs emplois, de les prendre comme ils viennent, sans trop se poser de questions, et de les considérer comme une opportunité dont il faut profiter sur le moment tant qu’elle dure, plutôt qu’un chapitre d’introduction à un « projet] de vie », une question d’estime et de définition de soi, ou une garantie de sécurité à long terme.

Amore A mort comme dirait Salvini

No futur is back mais n'est pas punk qui veut

Conseil : relire l'Hagakure et évitez les amoks

 

Séquence musicale

https://www.youtube.com/watch?v=1woMEExMZXg

https://imvdb.com/video/kate-tempest/europe-is-lost