06/09/2019

Bon dosage et Révolution

fab.png

 

 

Deux nouveaux amis dans la Nécronomie :

 

Tout d'abord Yann, créateur du Blog LE BON DOSAGE Blog en fonctionnement depuis 2009 donc du sérieux. L'ami Gabelle m'avait, il y a peu signalé ce blog, vous pouvez y allé chercher plein d'infos. Je l'ai rajouté en lien.

Autre nouvel ami FABRICE GRIMAL Retenez bien ce nom. Vous en entendrez parler. Fabrice est l'auteur d'un livre remarqué " Vers la révolution". 

Je l'avais rencontré à la fameuse conférence où j'avais effectué un surgissement désordonné. Je l'ai revu avant hier. Je suis actuellement immergé dans son livre (un travail fondamental) dont je ne saurai que trop recommander la lecture.

Fabrice marie avec finesse et détermination le judo mental à la dialectique. 

Il est amené à mon avis amené à jouer un grand rôle dans le prochain surgissement désordonné.

Pour faire connaissance avec lui

https://www.youtube.com/results?search_query=fabrice+grimal

Voilà pour aujourd'hui les Nécros

04/08/2019

La France vu par les nécronomistes américains

 

 

 

 

yello.jpgA la question fréquemment posée, qu'est ce qu'un nécronomiste ?

JPC répondait invariablement :

Les Nécronomistes sont le peuple de l'optimisme abslolument pessimiste, du dogmatisme absolu absolument sceptique.

En attendant /

 

Un article terrifiant de Tyler Durden sur Zero Hedge concernant la situation en France que j'ai essayé de vous traduire, âmes sensibles s'abstenir !

 

Paris, Champs-Élysées. Le 14 juillet. Le jour de la Bastille. Juste avant le début du défilé militaire, le président Emmanuel Macron descend l'avenue dans une voiture officielle pour saluer la foule. Des milliers de personnes se sont rassemblées le long de l'avenue en criant "Macron démission", huées et lancent des insultes.
À la fin du défilé, quelques dizaines de personnes lancent des ballons jaunes dans le ciel et distribuent des tracts disant : « Les gilets jaunes ne sont pas morts. » La police les disperse, rapidement et fermement. Quelques instants plus tard, des centaines d'anarchistes d'Antifa arrivent, jetaient des barrières de sécurité sur la chaussée pour ériger des barricades, allumer des feux et fracasser les devantures de plusieurs magasins. La police a du mal à maîtriser la situation, mais en début de soirée, après quelques heures, elle rétablit le calme.
Quelques heures plus tard, des milliers de jeunes Arabes de la banlieue se rassemblent près de l'Arc de Triomphe. Ils sont apparemment venus pour "célébrer" à leur manière la victoire d'une équipe algérienne de football. Plus de vitrines sont brisées, plus de magasins pillés. Les drapeaux algériens sont partout. Les slogans sont ceinturés : « Vive l'Algérie », « La France est à nous », « Mort à la France ». Les panneaux portant des noms de rues sont remplacés par des pancartes portant le nom d'Abd El Kader, le chef religieux et militaire qui a combattu
contre l'armée Français au moment de la colonisation de l'Algérie. La police se limite à endiguer la violence dans l'espoir qu'elle ne se propagera pas.
Vers minuit, trois dirigeants du mouvement des « gilets jaunes » sortent d'un poste de police et disent à un journaliste de télévision qu'ils ont été arrêtés tôt ce matin-là et emprisonnés pour le reste de la journée. Leur avocat affirme qu'ils n'ont rien fait de mal et qu'ils ont été arrêtés « préventivement ». Il souligne qu'une loi adoptée en février 2019 permet à la police Français d'arrêter toute personne soupçonnée d'avoir participé à une manifestation; aucune autorisation d'un juge n'est nécessaire et aucun appel n'est possible.
Le vendredi 19 juillet, l'équipe algérienne de football gagne à nouveau. De plus en plus de jeunes Arabes se rassemblent près de l'Arc de Triomphe pour « célébrer » à nouveau. Les dégâts sont encore plus importants que huit jours auparavant. Plus de policiers se présentent; ils ne font presque rien.
Le 12 juillet, deux jours avant le jour de la Bastille, plusieurs centaines de clandestins africains autoproclamés entrent au Panthéon, le monument qui abrite les tombes des héros qui ont joué un rôle majeur dans l'histoire de France. Là, les migrants annoncent la naissance du « mouvement des gilets noirs ». Ils exigent la « régularisation » de tous les immigrants illégaux sur Français territoire et un logement gratuit pour chacun d'eux. La police se présente mais refuse d'intervenir. La plupart des manifestants partent paisiblement. Quelques-uns qui insultent la police sont arrêtés.
La France est aujourd'hui un pays à la dérive. L'agitation et l'anarchie continuent de gagner du terrain. Le désordre fait désormais partie de la vie quotidienne. Les sondages montrent qu'une large majorité rejette le président Macron. Ils semblent détester son arrogance et être enclins à ne pas lui pardonner. Ils semblent en vouloir à son mépris pour les pauvres; la façon dont il a écrasé le mouvement des « gilets jaunes » et pour ne pas avoir accordé la moindre attention aux plus petites revendications des manifestants, comme le droit d'organiser un référendum citoyen comme ceux de la Suisse. Macron ne peut plus aller nulle part en public sans risquer des manifestations de colère.
Les « gilets jaunes » semblent enfin avoir cessé de manifester et abandonné : trop de personnes ont été mutilées ou blessées. Leur mécontentement, cependant, est toujours là. Il semble attendre d'exploser à nouveau.
La police Français semble féroce lorsqu'elle a affaire à des manifestants pacifiques, mais à peine en mesure d'empêcher des groupes tels que « Antifa » de provoquer la violence. Par conséquent, maintenant à la fin de chaque démonstration, «Antifa» apparaissent. La police Français semble particulièrement prudente lorsqu'elle doit traiter avec de jeunes Arabes et des migrants illégaux. La police a reçu des ordres. Ils savent que les jeunes Arabes et les migrants illégaux pourraient créer des émeutes à grande échelle. Il y a trois mois, à Grenoble, la police poursuivait des jeunes Arabes sur une moto volée, accusés de vol. En fuyant, ils ont eu un accident. Cinq jours de chaos ont commencé.
Le président Macron ressemble à un dirigeant autoritaire quand il fait face aux pauvres mécontents. Il ne dit jamais qu'il est désolé pour ceux qui ont perdu un œil ou une main ou ont subi des lésions cérébrales irréversibles de la brutalité policière extrême. Au lieu de cela, il a demandé au parlement Français d'adopter une loi qui abolit presque complètement le droit de manifester, la présomption d'innocence et qui permet l'arrestation de quiconque, n'importe où, même sans motif. La loi a été adoptée. En juin, le parlement Français a adopté une autre loi, punissant sévèrement toute personne qui dit ou écrit quelque chose qui pourrait contenir « discours de haine ». La loi est si vague qu'un juriste américain, Jonathan Turley, s'est senti obligé de réagir. « La France est devenue l'une des plus grandes menaces internationales à la liberté d'expression », a-t-il écrit.
Macron ne semble cependant pas autoritaire avec des anarchistes violents. Face aux jeunes Arabes et aux migrants illégaux, il semble positivement faible.
Il sait ce que l'ancien ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, a déclaré en novembre 2018, alors qu'il démissionnait du gouvernement :
« Les communautés en France sont de plus en plus en conflit les unes avec les autres et cela devient très violent... aujourd'hui, nous vivons côte à côte, je crains que demain ce sera face à face".
Macron sait aussi ce que l'ancien président François Hollande a dit après avoir servi son mandat de président : « La France est sur le point de se diviser ».
Macron sait que la partition de la France existe déjà. La plupart des Arabes et des Africains vivent dans des zones d'exclusion, à l'exception du reste de la population, où ils acceptent de moins en moins la présence de non-Arabes et de non-Africains. Ils ne se définissent pas comme Français, sauf quand ils disent que la France leur appartiendra. Les rapports montrent que la plupart semblent remplis d'un profond rejet de la France et de la civilisation occidentale. De plus en plus d'entre eux semblent placer leur religion au-dessus de leur citoyenneté; beaucoup semblent radicalisés et prêts à se battre.
Macron ne semble pas vouloir se battre. Au lieu de cela, il a choisi de les apaiser. Il poursuit avec un esprit unique son projet d'institutionnaliser l'islam en France. Il y a trois mois, l'Association musulmane pour l'islam de France (AMIF) a été créée. Une branche s'occupera de l'expansion culturelle de l'islam et prendra en charge la « lutte contre le racisme anti-musulman ». Une autre branche sera responsable des programmes qui forment les imams et construisent des mosquées. Cet automne, un " Conseil des Imams de France " sera créé. Les principaux dirigeants de l'AMIF sont (ou étaient jusqu'à récemment) membres des Frères musulmans, mouvement désigné comme une organisation terroriste en Égypte, à Bahreïn, en Syrie, en Russie, en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis, mais pas en France.
Macron est au courant des données démographiques. Ils montrent que la population musulmane en France va augmenter de manière significative dans les années à venir. (L'économiste Charles Gave écrivait récemment que d'ici 2057, la France aura une majorité musulmane). Macron peut voir qu'il sera bientôt impossible pour quiconque d'être élu président sans compter sur le vote musulman, il agit donc en conséquence.
Macron voit apparemment que le mécontentement qui a donné naissance au mouvement des « gilets jaunes » est toujours là. Il semble penser que la répression sera suffisante pour empêcher tout soulèvement supplémentaire, et ne fait donc rien pour remédier aux causes du mécontentement.
Le mouvement des « gilets jaunes » est né d'une révolte contre des taxes exorbitantes sur le carburant et des mesures gouvernementales sévères contre les voitures et les automobilistes. Ces mesures comprenaient des limites de vitesse réduites -- 50 mi/h sur la plupart des autoroutes -- et plus de caméras de détection de vitesse; une forte augmentation des pénalités sur les billets, ainsi que des contrôles annuels complexes et coûteux des véhicules automobiles. Français taxes sur les carburants ont récemment augmenté à nouveau et sont maintenant les plus élevées en Europe (70% du prix payé à la pompe). D'autres mesures contre l'utilisation de l'automobile et des automobilistes encore en vigueur sont particulièrement douloureuses pour les pauvres. Ils étaient déjà chassés des banlieues par des nouveaux arrivants intolérants, et doivent maintenant vivre -- et conduire -- encore plus loin de l'endroit où ils travaillent.
Macron n'a pas pris de décision pour remédier à la situation économique désastreuse en France. Lorsqu'il a été élu, les impôts, les droits et les charges sociales représentaient près de 50 % du PIB. Les dépenses publiques représentaient 57 % du PIB (le plus élevé parmi les pays développés). Le ratio de la dette nationale au PIB était de près de 100 %.
Les impôts, les droits de douane, les charges sociales et les dépenses publiques restent au même niveau aujourd'hui qu'à l'arrivée de Macron. Le ratio de la dette au PIB est de 100 % et augmente. L'économie Français ne crée pas d'emplois. La pauvreté reste extrêmement élevée : 14 % de la population gagne moins de 855 euros (950 $) par mois.
Macron ne prête aucune attention à la catastrophe culturelle croissante qui s'est également aédente au pays. Le système éducatif s'effondre. Un pourcentage croissant d'élèves obtiennent leur diplôme d'études secondaires sans savoir comment écrire une phrase exempte d'erreurs qui rendent tout ce qu'ils écrivent incompréhensible. Le christianisme est en train de disparaître. La plupart des non-musulmans Français ne se définissent plus comme chrétiens. L'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris était officiellement un « accident », mais ce n'était qu'un des nombreux édifices religieux chrétiens du pays qui ont été récemment détruits. Chaque semaine, les églises sont vandalisées- à l'indifférence générale du public. Au cours du premier semestre 2019, 22 églises ont été incendiées.
La principale préoccupation de Macron et du gouvernement Français ne semble pas être le risque d'émeutes, le mécontentement de l'opinion publique, la disparition du christianisme, la situation économique désastreuse, ou l'islamisation et ses conséquences. Au lieu de cela, c'est le changement climatique. Bien que la quantité d'émissions de dioxyde de carbone de la France soit infinitésimale (moins de 1% du total mondial), la lutte contre le "changement climatique d'origine humaine" apparaît comme la priorité absolue de Macron.
Une Suédoise, Greta Thunberg, 16 ans, - pourtant gourou de la "lutte pour le climat" en Europe- a récemment été invitée à l'Assemblée nationale Français par des parlementaires qui soutiennent Macron. Elle a prononcé un discours, promettant que la « destruction irréversible » de la planète commencera très bientôt. Elle a ajouté que les dirigeants politiques « ne sont pas assez matures » et ont besoin de leçons d'enfants. Les députés qui soutiennent Macron ont chaleureusement applaudi. Elle a reçu un Prix de la Liberté, qui vient d'être créé, qui sera donné chaque année à des personnes « luttant pour les valeurs de ceux qui ont débarqué en Normandie en 1944 pour libérer l'Europe ». Il est probablement raisonnable de supposer qu'aucun de ceux qui ont débarqué en Normandie en 1944 ne pensait qu'il se battait pour sauver le climat. Ces petits détails, cependant, semblent au-delà de Macron et les parlementaires qui le soutiennent.
Macron et le gouvernement Français semblent également indifférents au fait que les Juifs - poussés par la montée de l'antisémitisme, et naturellement préoccupés par les décisions de justice imprégnées de l'esprit de soumission à l'islam violent - continuent de fuir la France.
Kobili Traore, l'homme qui a assassiné Sarah Halimi en 2017 en scandant des soudés du Coran et en criant que les Juifs sont Sheitan (en arabe pour « Satan ») a été déclaré non coupable. Traoré avait apparemment fumé du cannabis avant le meurtre, alors les juges ont décidé qu'il n'était pas responsable de ses actes. Traoré sera bientôt libéré de prison; que se passe-t-il s'il fume encore du cannabis ?
Quelques semaines après le meurtre de Halimi, trois membres d'une famille juive ont été agressés, torturés et retenus en otage chez eux par un groupe de cinq hommes qui ont dit que « les Juifs ont de l'argent » et « les Juifs doivent payer ». Les hommes ont été arrêtés; tous étaient musulmans. Le juge qui les a inculpés a annoncé que leurs actes n'étaient « pas antisémites ».
Le 25 juillet 2019, alors que l'équipe israélienne de football Maccabi Haifa était en compétition à Strasbourg, le gouvernement Français a limité le nombre de supporters israéliens dans le stade à 600, pas un de plus. Un millier d'entre eux avaient acheté des billets d'avion pour venir en France pour assister au match. Le gouvernement Français a également interdit l'agitation des drapeaux israéliens au match ou n'importe où dans la ville. Néanmoins, au nom de la « liberté d'expression », le ministère de l'Intérieur Français a autorisé des manifestations anti-israéliennes devant le stade, et des drapeaux palestiniens et des banderoles disant « Mort à Israel » étaient là. La veille du match, dans un restaurant près du stade, des Israéliens ont été violemment attaqués. «Les manifestations contre Israel sont approuvées au nom de la liberté d'expression, mais les autorités interdisent aux partisans du Maccabi Haïfa de hisser le drapeau israélien, c'est inacceptable», a déclaré Aliza Ben Nun, l'ambassadrice d'Israel en France.
L'autre jour, un avion rempli de Français Juifs quittant la France est arrivé en Israel. D'autres Français Juifs partiront bien tôt. Le départ des Juifs vers Israel implique des sacrifices : certains agents immobiliers Français profitent du souhait de beaucoup de familles juives de partir, ainsi ils achètent et vendent des propriétés possédées par des juifs à un prix bien inférieur à leur valeur marchande.
Macron restera président jusqu'en mai 2022. Plusieurs dirigeants des partis de centre-gauche (comme le Parti socialiste) et de centre-droit (Les Républicains) ont rejoint La République en marche, le parti qu'il a créé il y a deux ans. Après cela, le Parti socialiste et Les Républicains se sont effondrés électoralement. Le principal adversaire de Macron en 2022 devrait être le même qu'en 2017 : Marine Le Pen, la dirigeante du Rassemblement national populiste.
Bien que Macron soit largement impopulaire et détesté, il utilisera probablement les mêmes slogans qu'en 2017 : qu'il est le dernier bastion de l'espoir contre le « chaos » et le « fascisme ». Quiconque lit le programme politique du Rassemblement national peut voir que Le Pen n'est pas un fasciste. En outre, quiconque regarde la situation en France peut se demander si la France n'a pas déjà commencé à sombrer dans le chaos.
La triste situation qui règne en France n'est pas si différente de celle de nombreux autres pays européens. Il y a quelques semaines, un cardinal africain, Robert Sarah, a publié un livre, Le soir approche et déjà le jour baisse (« La soirée arrive, et déjà la lumière s'assombrit »). « À la racine de l'effondrement de l'Occident », écrit-il, « il y a une crise culturelle et identitaire. L'Occident ne sait plus ce que c'est,
parce qu'il ne sait pas et ne veut pas savoir ce qui l'a façonné, ce qui l'a constitué, ce qu'il était et ce qu'il est. (...) Cette auto-asphyxie conduit naturellement à une décadence qui ouvre la voie à de nouvelles civilisations barbares.
C'est exactement ce qui se passe en France et en Europe.

03/08/2019

Les trumpettes de Jéricho

recession.jpg

 

 

 

« Nous savons tous aujourd’hui que lorsque le gouvernement est dirigé par les forces organisées de l’argent, c’est la même chose que s’il était dirigé par la mafia. » Franklin D. Roosevelt (1882-1945), 32ème président américain, 1933-1945, (lors d’un discours prononcé au Madison Square Garden, le 31 octobre 1936)

 


Les taxes américaines, portant sur 200 milliards d’importations chinoises, prendront effet le 24 septembre. En représailles, Pékin va imposer 60 milliards de dollars d’importations américaines. Depuis le début de l’année, les Marchés ont toujours spéculé sur l’imminence d’un accord, le moins que l’on puisse dire, c’est que cela n’en prend pas le chemin et le fantasme d’un Dow Jones à 30 000 pts s’estompe. Les analystes (anesthésistes réanimateurs) affirmaient mordicus que Trump qui avait lié sa popularité au Marché boursier ne prendrait pas le risque de provoquer un crash boursier en se lançant dans une guerre commerciale sans fin. Ils ont visiblement eu tort. Tout comme ceux qui pensaient que la Chine plierait devant une menace d’asphyxie de ses exportations. Je peux vous dire que pour avoir travaillé en Chine dans de sphères proches du pouvoir (Canton Nuclear Power), j’ai acquis depuis longtemps la certitude que les chinois ne sont pas des rigolos. Jamais de ma vie, je n’avais vu pareille dureté dans le regard de dirigeant politique (je n’ai pas travaillé en Russie).
Bref si l’annonce de Trump ne m’a pas étonné, la cinglante réplique chinoise non plus. Certes les USA représentent 18% des exportations chinoises mais les nouveaux projets de route de la soie vers une Europe en désolation qui aura encore plus besoin de produits low cost pourraient dans un avenir moyen terme venir atténuer le manque à gagner. Reste à savoir également, le comportement du consommateur américain surendetté qui cette fois ci va ressentir jusqu’au plus profond de son portefeuille ces nouvelles taxes qui viendront alourdir le prix des produits aussi sûrement que la taxe Amazon va alourdir nos achats sur ce site. Sans parler des agriculteurs américains, cœur de l’électorat de Trump puisque la chine a diminué drastiquement les achats de produits agricoles américains ce qui a eu des répercussions évidemment catastrophiques sur les agriculteurs. Par ailleurs, la Chine a également mis en place une taxe de 25% sur nombre de produits. Une liste qui pourrait s’allonger dans les semaines qui viennent. Au-delà de cette guerre commerciale, c’est bien la guerre économique sur le leadership mondial de demain qui se profile avec d’un côté les méchants chinois et les bons américains. Trump se présentant comme l’ultime rempart contre cette future domination. Il est à parier dans pareil contexte, la petite baisse de 0,25 pts de base que vient d’effectuer Powell le patron de la FED sous injonction de Trump devrait ouvrir la voie à d’autres baisses plus conséquentes.

Nécronomiquement votre et bonnes vacances à ceux qui en prennent...la rentrée va être musclée...