18/03/2020

Justice des riches Justice des pauvres

Hello

ça y est j'a eu mon baptème en me rendant au tabac, cinq flics que je n'avais pas vu et qui étaient dissimulés dans l'Intermarché me sont tombés dessus, je me suis retrouvé face contre le mur, ils m ont passé la barre de détection puis m'ont demandé mon attestation; Je leur ai demandé où on pouvait la trouver, ils m ont dit sur Internet, je leur ai dit que je n'avais pas internet, ils m'ont dit sur votre téléphone, je leur ai dit que je n'avais de téléphone, alors ils m ont dit vous faites un papier. Je leur ai dit" je marque quoi ? "que je m'autorise à aller au tabac ?
Enervé par mon interpellation car rien ne justifiait que l'on me fouille les mains en l'air, je les ai traité de connards (pas bien).
heureusement j'habite dans une zone de non droit et tous les mecs de la contrebande de cigarettes sont venus me soutenir !! Ici on n'est pas habitué à voir des flics.

Ce n'étaient pas des flics d'ici, ils devaient se dire que dans le quartier, il faut intervenir avec fermété, je doute fort que les bobos soient arrètés de la sorte.

PS devant moi, il y avait une vielle dame qu'ils ont refoulé aussi. Le fait de ne pas avoir Internet ou un Smartphone devient limite du pénal. Justice des riches justice des pauvres

     

 

 zone grises.png

19/02/2020

Les citation du jour Piotr Pavlenski

«Nous nous sommes intégrés et nous identifions aux Français, c'est pourquoi nous vivons comme les Français: nous ne travaillons pas et nous ne payons pas. Par exemple, l'immeuble où nous habitons — nous l'avons envahi.»

 

24/01/2020

La zone

 

surf.pngArnaque
Les nuances politiques ne seront plus attribuées dans les communes de moins de 9.000 habitants, a décidé Castaner dans une circulaire qui a provoqué l'ire de l’opposition, indique Le Figaro. Celle-ci a dénoncé une «manipulation grossière» visant à «dissimuler l’absence totale d’ancrage total de LREM et leur défaite prochaine aux municipales».


Des zones qui ont été abandonnées économiquement (zone rurale de petits fermiers, ghetto de travailleurs immigrés et d’assistés sociaux seront graduellement éliminées de tout autre réseau contrôlé par le spectacle de l’état, y compris son interface finale, la Police.
Officiellement bien sûr cette ligne politique n’existera pas et l’état spectaculaire continuera de revendiquer sa juridiction et sa propriété sur ces zones — aucune autonomie politique ne sera permise, et des actes occasionnels de terreur seront diffusés largement dans le spectacle afin de fournir le vernis de la simulation du contrôle. Mais dans la réalité économique telle qu’elle est, ces zones auront été sacrifiées, comme des passagers jetés hors de la troïka de l’Histoire aux loups de la Mémoire. Vu que ce processus est déjà en cours, l’étude démographique fournit un indice pour le futur — où les classes partent-elles, où vont-elles ?. (Vu que la «culture» a un inconscient, elle déverse des signes magiques et des symboles — non la fumée d’offrandes immolées mais celle de voitures de flics en flammes.)
Elles quittent dès qu’elles le peuvent ces territoires de désolation.

Je crois que ce processus va s’accélérer jusqu’au point où, d’ici cinq à dix ans ce sera l’évidence même que des portions entières du pays ne se trouvent plus sur la carte. Elles ne produiront pas de «croissance», elles ne «consommeront» plus, et elles ne seront plus desservies par l’un quelconque de ces bureaux de «passe-passe» du spectacle — santé publique, armée/police, sécurité sociale, communication et éducation. Ces secteurs (économiques/sociaux/géographiques) cesseront d’exister pour tous les usages pratiques du contrôle. Les classes consommatrices quitteront ces secteurs et déménageront «ailleurs», soit socialement soit géographiquement soit les deux à la fois. Quant aux autres la gentrification les repoussera toujours plus loin. Ce qui en soit ne sera pas grave car on attendra plus d’eux aucune fonction productrice.