10/03/2020

Les gestes barrières de la BCE

Jeudi, la banque centrale européenne par la voix de Christine Lagarde à vue n’annoncera pas probablement une baisse de taux puisqu’ils sont déjà négatifs et s’enfoncer encore plus dans le négatif n’a plus d’efficacité au niveau monétaire. Par contre, il est quasi-certain qu’elle fera sienne la devise de son prédécesseur Draghila (Mario Draghi).
Le Whatever it takes (tout ce qu’il faut)
En clair, la BCE va faire ce qu’elle sait faire le mieux : une impression massive de billets car c’est la seule chose que les banques centrales savent faire. Mais n’oublions pas que la dette mondiale a doublé depuis la dernière crise. En 2006, la dette mondiale s’élevait à 125 000 milliards $ et aujourd’hui, elle s’élève à 250 000 milliards $. Cet argent n’a pas profité à l’économie en général, mais il n’a fait que gonfler les marchés d’actifs. Quand le prochain tour d’impression monétaire commencera, personne n’en profitera. Il est probable que nous assistions à un rebond technique mais très rapidement devant la masse de dépôt de bilan. Le monde comprendra qu’il est impossible de créer de la richesse en imprimant des morceaux de papier sans valeur ou en ajoutant des zéros sur un ordinateur. Cette fois-ci, les banquiers centraux réaliseront qu’ils ne peuvent résoudre un problème d’endettement en y ajoutant d’autres dettes. Et botteront en touche en disant que c’est à l’Europe de faire un vaste plan de relance budgétaire et tant pis pour les 3%. On verra à ce moment la position des allemands obsédés par l’ordolibéralisme et la retraite de leurs vieux qui ne cesse de diminuer. Nous en reviendrons à la sempiternelle question : les allemands seront-ils prêts à payer pour les fainéants d’Europe du Sud ???

 

Exemples de gestes barrières
1701_Lagarde.pngmario-draghi-gift.jpg

11/04/2019

Ils sont fous chez Mac Rond

 

 

 

index.jpgLes enfants hyperactifs sous ritaline

Les adultes en Burn Out

 

Mais la psy c fini dit le gouvernement

La réponse en pièce jointe

ReactionMmeCluzel.pdf

28/01/2008

Pauvre type

L’état protégera la SocGen, dit Guaino, conseiller de Sarkozy

"il faut s'interroger sur la manière de corriger les vices du système, de transformer ces règles du jeu qui aujourd'hui en font un système qui vraiment est un système fou", a-t-il ajouté.

Et surtout d’un système qui rend les gens fous

Jérôme Kerviel, le trader fou de la Société Générale, nie tout enrichissement personnel :
Son but : faire réaliser des profits à son employeur...

Jérôme kerviel est un pauvre type, une version dépressive et dégénérée de Christophe Rocancourt l’escroc des stars…

Il ne sert à rien de l’accabler ou de le mettre en prison, il sera un pauvre type pour l’éternité : il est à jamais l’homme qui a voulu faire gagner de l’argent à son employeur contre son gré et sans contrepartie.
Paradoxe des médias, le pauvre type est devenu une star planétaire, il va avoir droit à sa biographie , au film sur sa vie.
Bref, il va réellement devenir riche mais d’une manière totalement différente de celle qu’il avait imaginé dans ses rêves de grandeur.

Il n’est pourtant que le produit de la culture d’entreprise de la Société Générale qui lobotomise ses traders comme Jéhovah ses témoins.
Un ex-associé, ancien Directeur de la SocGen à New-york, se plaisait à raconter qu’il était plus facile de négocier un bonus d’un million de dollar qu’une augmentation de 100 euros pour son assistante.

Jérôme Kerviel est le fils parfait et légitime de Daniel Bouton, son PDG : un rejeton de la Très Grande Dépression....

Allez , salut pauvre type…A un de ces jours…

Nécronomiquement votre