29/08/2020

La dette on peut s'y pendre pas s'y suspendre

 

En avril 2020, l'Institute of International Finance, une association mondiale d'institutions financières, a intitulé une étude «Covid-19 allume le fusible». Le lobby des banques, inquiet des défauts de paiement, faisait référence au fusible de la bombe de la dette. Car dès avril, les dettes mondiales représentaient 322% du produit national mondial. Ils sont désormais susceptibles d'être passés à plus de 350%, ce qui est impossible à rembourser en termes réels. À titre de comparaison: lorsque la crise financière a éclaté en 2007, la dette s'élevait à environ 282% du PIB mondial, ce qui était déjà insoutenable à l'époque.

Une étude publiée par le FMI en juin 2020 indique que l'augmentation la plus importante, la plus forte et la plus large de la dette dans les pays en développement et émergents au cours des 50 dernières années s'est produite au cours de la dernière décennie. Depuis 2010, leur niveau d'endettement par rapport au produit national a augmenté de 60 points de pourcentage pour atteindre 170% du PIB en 2019. Sans la Chine, ce ratio aurait augmenté de 20 points de pourcentage pour atteindre 108%. La proportion de la dette publique détenue par les investisseurs étrangers est passée à 43% et la proportion de la dette des entreprises empruntée en devises étrangères de 19% en 2010 à 26% du PIB en 2018. Dans les pays particulièrement pauvres, le niveau de la dette est passé de 47% en 2010 à 65% en 2019.

Dans les entreprises manufacturières et de services des pays émergents (économies de marché émergentes, hors Chine), un cinquième de la dette est actuellement en devises. Comment ces dettes sont-elles censées être remboursées par les pays pauvres face à un effondrement de l'économie mondiale et une baisse du commerce mondial d'au moins 13%, alors que les devises sont beaucoup plus difficiles à obtenir par les exportations?

En outre, plus de 20 billions de dollars de dettes et d'obligations arriveront à échéance d'ici la fin de 2020, ils doivent donc être soit remboursés, soit prolongés par de nouveaux emprunts, dont 4,3 billions de dollars dans les pays émergents (y compris la Chine). Sur ce total, 730 milliards de dollars (Chine comprise) sont en devises. À titre de comparaison: le PIB mondial, la puissance économique mondiale s'élevait à environ 86,6 billions de dollars en 2019.

Ce sont des chiffres impressionnants. Par conséquent, en juillet 2020, le Wall Street Journal a écrit:

"Le monde avance de plus en plus vite vers une bataille sur la dette des marchés émergents que peu de gens ont vue auparavant."

Honnêtement les zamis, je sais pas comment ils ont fait pour ne pas la voir puisqu’après les subprimes, tout le monde s’est rué sur les marchés émergents qui devaient émerger pas être submergés. Il suffisait de regarder les transferts d’argent.

De manière significative, le titre de l'article était «La prochaine crise économique de Covid: la dette des pays en développement». Au moins 12 marchés émergents connaissent actuellement de graves problèmes de remboursement ou en sont proches.

Dès avril 2020, les 20 principales économies, le G 20, ont adopté un moratoire sur la dette pour plus de 70 (!) Pays en développement, ce qui signifie que les dettes n'ont plus à être remboursées. Ironiquement, l'Argentine est membre du club du G20. L'Argentine est insolvable depuis février 2020 et fait actuellement face à la neuvième faillite nationale. En avril 2020, 102 pays avaient déjà demandé des prêts d'urgence au FMI. Certains d'entre eux ne voulaient pas être nommés parce qu'ils craignaient de ne plus obtenir de prêts d'autres sources. 102 pays. C'est plus de la moitié des 194 pays du monde.

Sur les marchés mondiaux de la dette, sur les marchés obligataires, une nouvelle crise de la dette des pays émergents semble se profiler. Même les grands pays émergents relativement forts économiquement comme la Turquie peuvent être confrontés à d'importants problèmes de dette extérieure et de change.

La Turquie a actuellement environ 431 milliards de dollars de dette extérieure brute ou 256 milliards de dollars de dette extérieure nette. La livre turque se précipite d'un plus bas à l'autre. Si la Turquie devait entrer dans de graves problèmes d'endettement, cela pourrait peser lourdement sur certaines banques européennes. Cela ne s'applique pas uniquement à la Turquie. Si des turbulences émanent des marchés du crédit et des obligations des pays émergents, cela aura un impact négatif sur l'Europe et d'autres pays industrialisés et intensifiera la crise économique mondiale de Corona.

Nous avons pu l'observer de manière impressionnante lors de la crise financière de 2007 à 2009: les paquets de dette titrisée sur l'immobilier américain ont déclenché la bombe de la dette en Europe. En fin de compte, les dettes et les problèmes de change des autres pays se propagent souvent aux principaux pays industrialisés, même si ce n'est pas avec la même force.

Le chemin passe principalement par des crises monétaires, comme la crise financière asiatique de la fin des années 90. Le japon avec lequel je vous tanne, la japanification…

 En raison de dettes extérieures excessives et donc non remboursables, les monnaies de certains pays expirent, il y a des turbulences monétaires sur les marchés mondiaux et des distorsions des flux commerciaux, notamment: baisse des exportations et des importations. C'est exactement ce dont nous avons le moins besoin dans la situation économique mondiale instable actuelle.

Les principaux moteurs de cette «plus forte augmentation de l'endettement des 50 dernières années» ont été essentiellement les taux d'intérêt extrêmement bas dans les pays industrialisés après la crise financière de 2007 à 2009. Cela a poussé de nombreux investisseurs à investir dans des titres à intérêt plus élevé. Le Wall Street Journal a écrit que les banques de Wall Street voyaient une opportunité d'ouvrir de nouveaux marchés avec des rendements plus élevés.

Une belle opportunité en effet mais qui paye ?

28/05/2020

Une analyse du king de la nécronomie

On ne présente plus Nouriel Roubini le roi de la nécronomie, le Docteur Doom, l'homme qui avait prévu la crise de 2008. Il revient et est très en forme confirmant par là toutes nos hypothèses :


NEW YORK - Après la crise financière de 2007-2009, les déséquilibres et les risques qui imprègnent l’économie mondiale ont été exacerbés par des erreurs politiques. Ainsi, plutôt que de s’attaquer aux problèmes structurels que l’effondrement financier et la récession qui a suivi ont révélé, les gouvernements ont surtout lancé la boîte sur la route, créant des risques à la baisse majeurs qui ont rendu une autre crise inévitable. Et maintenant que c' est arrivé, les risques sont de plus en plus aigus. Malheureusement, même si la Grande Récession entraîne une reprise terne en forme de U cette année, une « Grande Dépression » en forme de L suivra plus tard dans cette décennie, en raison de dix tendances inquiétantes et risquées.
La première tendance concerne les déficits et leurs risques corollaires : dettes et défauts de paiement. La réponse politique à la crise du COVID-19 entraîne une augmentation massive des déficits budgétaires - de l’ordre de 10 % du PIB ou plus - à une époque où les niveaux d’endettement public dans de nombreux pays étaient déjà élevés, voire insoutenables.
Pire encore, la perte de revenus de nombreux ménages et entreprises signifie que les niveaux d’endettement du secteur privé deviendront insoutenables, ce qui pourrait entraîner des défauts de paiement et des faillites de masse. Avec l’envolée de la dette publique, tout cela assure une reprise plus anémique que celle qui a suivi la Grande Récession il y a dix ans.
Un deuxième facteur est la bombe à retardement démographique dans les économies avancées. La crise du COVID-19 montre que beaucoup plus de dépenses publiques doivent être allouées aux systèmes de santé, et que les soins de santé universels et autres biens publics pertinents sont des nécessités, et non des luxes. Pourtant, comme la plupart des pays développés ont des sociétés vieillissantes, le financement de ces dépenses à l’avenir rendra encore plus grandes les dettes implicites des systèmes de santé et de sécurité sociale non financés d’aujourd’hui.
Un troisième problème est le risque croissant de déflation. En plus de provoquer une profonde récession, la crise crée également un ralentissement massif des biens (machines et capacités inutilisées) et des marchés du travail (chômage de masse), ainsi que l’effondrement des prix des produits de base tels que le pétrole et les métaux industriels. Cela rend la déflation de la dette probable, augmentant le risque d’insolvabilité.
Un quatrième facteur (connexe) sera la dégradation des devises. Alors que les banques centrales tentent de lutter contre la déflation et de réduire le risque d’une flambée des taux d’intérêt (suite à l’accumulation massive de la dette), les politiques monétaires deviendront encore plus non conventionnelles et de grande portée. À court terme, les gouvernements devront gérer des déficits budgétaires monétisés pour éviter la dépression et la déflation. Pourtant, au fil du temps, les chocs négatifs permanents de l’offre de la démondialisation accélérée et du protectionnisme renouvelé rendront la stagflation presque inévitable.
Un cinquième problème est la perturbation numérique plus large de l’économie. Avec des millions de personnes qui perdent leur emploi ou qui travaillent et gagnent moins, les écarts de revenu et de richesse de l’économie du XXIe siècle s’élargiront davantage. Pour se prémunir contre les futurs chocs de la chaîne d’approvisionnement, les entreprises des économies avancées re-riveront la production des régions à faible coût vers des marchés intérieurs plus coûteux. Mais plutôt que d’aider les travailleurs à la maison, cette tendance va accélérer le rythme de l’automatisation, en exerçant une pression à la baisse sur les salaires et en attisant davantage les flammes du populisme, du nationalisme et de la xénophobie.
Cela indique le sixième facteur majeur : la démondialisation. La pandémie accélère les tendances à la balkanisation et à la fragmentation qui étaient déjà bien entamées. Les États-Unis et la Chine se découpleront plus rapidement, et la plupart des pays réagiront en adoptant encore plus de politiques protectionnistes pour protéger les entreprises et les travailleurs nationaux contre les perturbations mondiales. Le monde post-pandémique sera marqué par des restrictions plus strictes à la circulation des biens, des services, des capitaux, de la main-d’œuvre, de la technologie, des données et de l’information. C’est déjà le cas dans les secteurs pharmaceutique, médical et alimentaire, où les gouvernements imposent des restrictions à l’exportation et d’autres mesures protectionnistes en réponse à la crise.
La réaction contre la démocratie renforcera cette tendance. Les dirigeants populistes bénéficient souvent de la faiblesse économique, du chômage de masse et de l’augmentation des inégalités. Dans des conditions d’insécurité économique accrue, il y aura une forte impulsion pour bouc émissaire des étrangers pour la crise. Les cols bleus et les larges cohortes de la classe moyenne deviendront plus sensibles à la rhétorique populiste, en particulier les propositions visant à restreindre la migration et le commerce.
Cela indique un huitième facteur : l’impasse géostratégique entre les États-Unis et la Chine. Alors que l’administration Trump fait tout son possible pour blâmer la Chine pour la pandémie, le régime du président chinois Xi Jinping va doubler sa prétention que les États-Unis conspirent pour empêcher la montée pacifique de la Chine. Le découplage sino-américain des accords commerciaux, technologiques, d’investissement, de données et monétaires s’intensifiera.
Pire encore, cette rupture diplomatique ouvrira la voie à une nouvelle guerre froide entre les États-Unis et leurs rivaux, non seulement en Chine, mais aussi en Russie, en Iran et en Corée du Nord. À l’approche d’une élection présidentielle américaine, il y a toutes les raisons de s’attendre à une augmentation de la cyberguerre clandestine, ce qui pourrait mener même à des affrontements militaires conventionnels. . Et parce que la technologie est l’arme clé dans la lutte pour le contrôle des industries de l’avenir et dans la lutte contre les pandémies, le secteur technologique privé américain va devenir de plus en plus intégré dans le complexe national-sécurité-industrielle.
Un dernier risque qui ne peut être ignoré est la perturbation de l’environnement, qui, comme l’a montré la crise du COVID-19, peut faire beaucoup plus de ravages économiques qu’une crise financière. Les épidémies récurrentes (VIH depuis les années 1980, SRAS en 2003, grippe H1N1 en 2009, MERS en 2011, Ebola en 2014-2016) sont, comme le changement climatique, essentiellement des catastrophes d’origine humaine, nées de mauvaises normes sanitaires et sanitaires, de l’abus des systèmes naturels et de l’interconnectivité croissante d’un monde mondialisé. Les pandémies et les nombreux symptômes morbides du changement climatique deviendront plus fréquents, graves et coûteux dans les années à venir.
Ces dix risques, déjà importants avant que le COVID-19 ne frappe, menacent maintenant d’alimenter une tempête parfaite qui balaie toute l’économie mondiale en une décennie de désespoir. D’ici les années 2030, la technologie et un leadership politique plus compétent pourraient être en mesure de réduire, de résoudre ou de minimiser bon nombre de ces problèmes, ce qui donnerait lieu à un ordre international plus inclusif, coopératif et plus stable. Toute fin heureuse suppose que nous trouvons un moyen de survivre à la prochaine Grande Dépression.

18/04/2020

La révolution confinée

 

marcel.pngCela fait quelques temps que je ne vous ai pas donné des news de mon grand ami Marcel la Feignasse qui squatte chez moi. Marcel va bien, je vous rassure, il vient de finir une mise à jour de son manifeste. Le manifeste de l'Inaction Française, mouvement (je sais pas si on peut appeler ça un mouvement puisqu'il s'agit de ne rien faire) dont il est le chef de file et dont les conditions d'adhésion sont assez strictes : il faut justifier d'au moins vingt ans d'inactivité.


Marcel la Feignasse, c'est la contre-culture de la consommation. Le refus absolu d'être un agent économique. Ne pas être marketyrisé. Ne pas être socialaliéné.


Emballé par le confinement qu'il pratique chez moi depuis vingt ans, Il s'est mis à rédiger un nouveau livre pour expliquer au peuple pourquoi il ne fallait surtout pas être productif et qu'il était urgent de ne pas sortir du confinement. Le titre : la révolution confinée.
" Une analyse historique hégelienne marxiste léniniste...qui démontre qu'il ne faut surtout pas être un agent économique en pareille période. Même infiltré...


A la dernière page du livre, la page 2, Marcel écrit ceci :


La liberté est notre seule bien. L'Inaction est le plus sûr garant de sa plénitude et de sa force. Nous avons suffisamment de richesse intérieure pour n'en pas être réduits à dissimuler sous le travesti du travail, une vie à ceux qui ne cessent de s'oublier dans un boulot sans intérêts ou de calcul d'exploitation des bons et mauvais rendements; en quelque sorte la prostitution sous toutes formes dont nous exceptons la prostitution traditionnelle, la seule qui nous paraît digne d'être rangée au programme de l'Inaction Française. Récupérer dans la station couchée un argent arraché à des exploités du travail debout ne peut qu'enrichir les buts élevés que nous poursuivons.