25/11/2007

Maître du lieu, Maître du jeu…

L’Apocalypse des Marques dont les symptômes principaux seront l’infidélité et le désamour des consommateurs pour les marques installées, s' approche à grands pas.
Le pouvoir d’achat est devenu désormais la préoccupation numéro 1 des français mais aussi des américains et de tout l’occident, contrecoup du ralentissement économique car nous sommes mondialement unis par la consommation.

L'arrogance des marques, à travers les « lovemarks » et les stratégies marketing qui ont dominé le monde ces dernières années, et qui a consisté à entourer les consommateurs , à vouloir créer des connexions émotionnelles avec eux ( par des dialogues centrés sur eux) afin qu' ils s’approprient les Marques…arrive à sa fin.

La problématique du pouvoir d’achat vient d’en sonner le glas…

Vous avez pu vous en rendre compte : votre banquier vous aime, votre parfum vous aime, EDF vous aime, votre mobile vous aime, tout le monde vous aime…et les produits laitiers sont vos amis pour la vie…

Pas sûr qu’ils le restent…car plus que vous, c’est votre portefeuille qu’ils aiment et les périodes de crises sont propices pour s’en rendre compte…D’autant que votre portefeuille aime de moins en moins ces amours et ces amis…
Commentant l’augmentation du prix de ses produits le P-DG de Danone, Franck Riboud constate : "Il n'y a pas que le lait qui nous coûte plus cher. Depuis trois ou quatre ans, la publicité monte ses tarifs (...). Il n'est pas question pour nous de rogner sur nos marges …".
Lorsque l’on sait que Danone est « le meilleur élève de la classe » et soigne à merveille sa communication sur la santé, dont Zidane est devenu l’emblématique ambassadeur (il gagne encore plus d’argent que quand il jouait au foot… !),on peut effectivement se demander combien de temps dans une récession le consommateur va t-il être financièrement capable de supporter dans le coût des produits toutes ces dépenses de Marketing… ? ? ? ( Axiome de base : c’est toujours le consommateur qui paye…en final)
Le succès sans cesse grandissant du Hard discount en a été la première manifestation puisqu’a l’inverse de ce que titre TF1 sur son site « De plus en plus de français séduits par le Hard discount »
Le principe même du Hard discount repose sur la non-séduction et l’absence de connexions émotionnelles pour les marques, les fameuses MDD (marques de distributeurs qui n’ayant pas à supporter de frais de marketing ou de publicité, sont proposées à des meilleurs prix que les marques d’annonceurs.)
Les Maîtres du lieux étant devenus à cette occasion les maîtres du jeu.

Les faibles revenus ont choisis depuis longtemps, les classes moyennes les rejoignent…
C’est l’effet prix... car désormais on va acheter les prix plus que les produits…
Et peu importe l’amour que les Marques nous portent …si pour elles :
:
« L’amour , c’est juste une idée pour vendre des calendriers… »
Patrick Eudeline

Nous ne voulons plus être aimés…pas comme ça…un peu plus vrai nous suffirait….
Nécronomiquement votre