12/04/2017

Uberisation VS Survivalisme

Un vieux lecteur me faisait remarquer : l'histoire de l'imprimante 3D béton chinoise qui imprime une maison de 200m² en une journée pour 30 000$. S'ils passent au stade industriel, le BTP va perdre 80 % de son emploi. Belle perspective!!

À vrai dire, c’est comme cela pour tout. C’est pour cela que c’est une mutation. Une mutation n’est pas un truc qui se passe à la cool ou à l’ancienne.

Une mutation, c’est aussi une amputation. Une amputation en l’occurrence de quelques millions de personnes qui perdront définitivement de vue le monde du travail n’étant pas compétitifs ou ne pouvant le devenir malgré tous leurs efforts.

Dès les années cinquante, La Money Power avait compris qu’il y avait bien de cash à se faire de la propension des gens à consommer n’importe quoi, qu’a essayé de les faire travailler plus.

On nous a vendu alors la fameuse société de loisir où l’on allait travailler de moins en moins et devoir s’occuper en trouvant des loisirs.  Genre ne pas passer sa journée au bistrot quand on peut aller au musée.

Dans la phase trois où nous sommes, seuls ceux qui sont haut restent haut et tous ceux en dessous descendent d’un cran.

Il y aura ceux qui seront dégagés en zone noire. Pour eux l’écran s’éteint définitivement. Les Uberisés et autres auto esclaves qu’on va nous présenter comme un modèle d’avenir qui seront en zone grises.

« Qu’ils ont de la chance, ils sont leur propre patron et ils peuvent travailler pour plein de patrons à la fois. En plus, comme tous les autoentrepreneurs, on leur laisse la possibilité de vendre toute les merdes qui datent de l’époque où l’on confondait la vie avec une accumulation de gadgets sur des plateformes de vente, de louer leur appart, de jouer au poker ligne (  en plus ça fait rentrer de la TVA).. »

L’Ubérisation,  c’est le patron sans le pognon, c’est l’argent qui perd ses illusions.

Je préfère prendre un virage survivaliste.

06/05/2009

Stagdéflation, nous y sommes...

"Ceux qui désirent que tout soit « ferme et stable dans l'ordre matériel » se préparent bientôt « à la servitude .Ils ne laissent pas seulement « prendre leur liberté , mais souvent ils la livrent . Désespérant de rester libre, ils adorent déjà au fond de leur coeur le maître qui doit bientôt venir.» Tocqueville

Si je te donne un Euro et qu'avec cet Euro, tu fais deux Euros, alors nous sommes dans un mécanisme de création de valeur, de richesse, et l'inflation qui découle est justifiée. Par contre, si cet Euro que je te donne ne génère rien et est simplement dépensé dans la consommation, il n'y a pas de création de valeur, de richesse, et l'inflation qui se développe n'est pas fondée car la circulation de l'argent n'est rien d'autre qu'un abondement de liquidités qui ne crée qu'une croissance artificielle. C'est ce que veux dire Madaaame Merkel (comme l'appelle notre Président...)

"La crise ne s'est pas produite parce que nous avons distribué trop peu d'argent mais parce que nous avons crée de la croissance économique avec trop d'argent et que ce n'était pas une croissance durable. Si nous voulons en tirer des leçons, la réponse n'est pas de répéter les erreurs du passé."

 

Nous avons vécu au dessus de nos moyens...Pire, on s'est servi des pauvres pour créer de la croissance...Ce sont eux qui payeront l'addition sur leurs salaires désormais revus à la baisse afin de reprendre d' une main ce que l'on a donné de l'autre sous forme de crédit.

Au simple niveau Français, petit pays d'europe du sud, lorsqu'entre 97 et 2007, la création de richesse dans notre pays augmente de 50 %, l'immobilier augmente de 147 % et cela a été partout dans le monde, et les conséquences en seront lourdes car quoi  qu'il  arrive, c'est la fin de cette abondance de liquidités génératrice d'inflation non justifiée. Hélas, la spirale stagdéflationniste que nous annonçons depuis fort longtemps, ne se traduira pas uniquement par des baisses des prix mais également par des baisses de salaires...C'est déjà le cas en Angleterre ou les salaires du privé ont déjà baissé de 7,7 % l'année dernière, c'est aussi la cas en Espagne, en Irlande et compagnie....

Autant vous le dire tout de suite, il ne sert à rien de travailler en dehors des périodes de croissance car on entre sur le marché avec des salaires très bas qui ne seront jamais compensés par l'ancienneté et l'on est définitivement condamné a voir arriver des gens de même compétence avec des salaires plus haut simplement parce qu'ils ont été plus synchrone avec la croissance.

La question qui relie le travail et l'investissement reste entière : Comment survivre en dehors de l'existence des bulles programmées et de la croissance artificielle ?

Nécronomiquement votre