26/01/2017

NI PUTES NI MISOGYNES

849644764.jpg

On savait depuis l’été dernier et l’épisode du Burkini que la France était définitivement un pays islamophobe.

Nos parlementaires ne voulant pas être taxés de misogynie genre bobonne à la maison mais se devant de faire barrage à l’islamisme radical genre « Ni putes ni soumises » ont heureusement, faisant preuve de leur légendaire créativité, trouvé une solution qui conviendra aux unes et aux autres tout en préservant l'identité nationale et les valeurs de la répoublique banalière.

Tout parlementaire homme pourra donc rémunérer sa femme à condition toutefois que l’emploi qu’elle occupe soit un emploi fictif. Ainsi devant une telle largesse, nos parlementeurs ne pourront être taxés de misogynie ou d’exploitation.

Par ailleurs et deuxième avantage, ne se rendant pas à l’assemblée nationale les femmes ne seront pas harcelées sexuellement par les députés libéraux des boîtes à partouze économique et les députés verts libre-échangiste dont le punch line est : « Un ptit trou dans le cul vaut mieux qu’un grand trou dans la couche d’ozone. »

Toutes ces mesures, on le voit bien, n’ont comme unique objectif que de préserver les femmes dans un monde hostile où même dans la plus puissante des démocraties de Marché, « elles se font attraper par la chatte. »

Nécronomiquement votre

10/11/2016

WHITE TRASH BEAUTIFUL

 

 

crise capitalisme,crise usa,crise dollar,crise euro,brexit,trump,white trashEt que dire alors de celui qui, au centre de cette royale cour déplorable, se mirait en, lui-même ?

Que dire de ce paon qui, s’il daignait déployer sa roue, ferait de l’éventail bruissant de sa queue tant vantée surgir le majestueux arc en ciel au cœur duquel des millions de white trash et de de laisser pour compte hurleraient ce punch line « Make America great again ».

 

Hillary Clinton a perdu parce qu’elle a oublié une règle nécronomique de base :

Le sorcier qui se taillade le pouce au moment d’évoquer les ombres sait qu’elles n’obéiront qu’à son appel que parce qu’elles lapent son propre sang.

crise capitalisme,crise usa,crise dollar,crise euro,brexit,trump,white trash

 

 

 

PS : Chez les White Trash, on s'habille pas en tailleur pantalon...

https://www.youtube.com/watch?v=tj4OgWq5OmE

14/10/2016

José Manuel le tapeur portuguais

cover-r4x3w1000-57e56df2d150c-barroso.jpg Le tapeur portugais s'amena et s'assit à la table de Bill le patron de Goldman Sachs Europe. Bill releva la tête.

- Salut José Manuel, fit il, assieds toi donc.

Et il se remit à écrire, ignorant délibérément ce que la tapeur portugais commençait à énoncer. Il s'en doutait par avance.

José Manuel serra les lèvres et soupira. Il joignit ses mains bleuies sous l'effet d'une mauvaise circulation due à sa gestuelle lorsqu'il s'exprimait à la tribune de la commission européenne.

- Bill j'ai horreur de t'ennuyer avec les malheurs de mon existence. L'existence d'un européen accablé par la faim et les dettes. Il toussa.

- Vous autres américains ne pouvez comprendre ces choses là...Pour vous, je ne suis qu'un petit singe savant prêt à faire des tours minables pour un dollar.

Bill arrêta d'écrire et regarda le tapeur portugais.

- As tu songer à travailler José Manuel ? Je veux dire à réellement travailler ?

-En Europe il n'y a pas de travail.

- Eh bien, je connais Theresa May la première ministre britannique, je pourrai t'obtenir un boulot de dame pipi à mi temps. à la chambre des lords. C'est un boulot honnête et respectable, plein d'avenir. Le reste du temps, tu pourrais installer un matériel de cireur de pompes. C'est finalement ce que tu fais le mieux.

- Tu plaisantes Bill ?

- Tu as formulé à merveille le dilemme des européens, José Manuel, vous nous haïssez tant que vous en devenez presque incapable de faire passer le chapeau.

 

 

 

-

-