31/08/2017

MR NOBODY AKA JPC

 

 

Aupo.png procès de Haricot Lachiasse contre la banque Islandaise

Olivier Baratelli, avocat de l'un des anciens cadres dirigeants de la banque, avance de son côté que personne ne pouvait anticiper la crise de 2008
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2017/08/28/escroquerie-enrico-macias-perd-son-proces-contre-une-banque-islandaise_5177633_1653578.html#wYSk3iOt5QY4V6uE.99
 
 
 
 
 
Il suffisait de lire le blog

03/08/2017

Bienvenue en 1Q2017

 

crise bancaire,faillite imminente,effondrement zone euro,faillite italie,espagne futur immédiat

                                       

Comme chaque année, à la même période, je suis allé voir le célèbre docteur Benway, pour avoir son diagnostic sur la situation.

« L’année 2017 où nous vivons maintenant n’est pas la vraie année. Car sans le Quantitative Easing et la planche à billets, nous vivrions quelque chose de totalement différent. Nous sommes donc en fait dans l’année 1Q2017 »

1 parce que les milieux économiques considèrent que 2017 est l’année du début du resserrement monétaire qui est censé préfigurer le retour à une situation « normale ».

Q comme Quantitative Easing

2017 comme L’année en cours

Autrement dit, ce que nous vivons n’est pas la vraie année 2017 et finalement  relève plus de la métaphysique que de l’économie. Néanmoins, ce que nous vivons n’est pas de la métaphysique et n’est pas un monde virtuel. Les douleurs que nous ressentons sont de vraies douleurs et la mort est la vraie mort, fut elle sociale ou économique.

Mais nous ne sommes pas dans le monde 2017 que nous devrions connaitre. Les prix ne sont pas les prix des actifs immobiliers et actions ne sont pas les prix réels  puisque ils ont été inflatés artificiellement par les achats massifs des banquiers centraux qui ont déversés des milliards en utilisant des méthodes dites non conventionnelles allant même jusqu'aux taux négatifs. Le quantitative easing était prévu initialement pour que l’argent ne reste pas stocké dans le coffre-fort des banques mais soit déversé dans l’économie réelle. Cela n’a pas été le cas. Les plus riches ont acheté des obligations souveraines ou même des actions sachant que la BCE était là pour les couvrir. Les plus pauvres se sont surendettés en prenant des crédits de vingt ans pour acheter à faible taux de l’immobilier très cher. Tout cela dans un contexte ou les pays sont surendettés et où l’hypothèse de grosses faillites bancaires se précisent en zone euro. Preuve en est cette dépêche de Reuters et ce projet de gel préventif.

http://fr.reuters.com/article/companyNews/idFRL5N1KJ668

Dis-moi JP, la dernière fois qu’une personne t’a mis un gel préventif, elle avait bien une idée en tête, non ???