14/05/2020

Néo libéralisme fin de partie

coro.pngLes décisions étatiques de mise à l’arrêt de l’économie peuvent être au premier abord déroutantes. Comment une pandémie peut-elle produire de tels effets ? Pourquoi ce retour en force de l’État ? Comment les États ont-ils pu réaliser en quelques jours la mise à genoux du procès de valorisation de la valeur porté par des centaines de millions d’entreprises sur la planète ? Comment tout à coup, les États ont-ils paru reprendre les slogans du premier gauchiste venu, « nos vies valent plus que leurs profits », « blocage de l’économie » ? Comment la santé est-elle subitement devenue plus importante que le business as usual ?
Si quelqu’un croyait encore que voter Macron, Mélenchon ou Le Pen faisait la différence, le moment est venu de se débarrasser de cette illusion. Les moments de crise nivellent de façon plus évidente encore les actions de l’État. Et pour l’avenir, la crise sera bien la règle.
Le choc économique et social du « Grand confinement » est sans précédent depuis les années 1930. Le FMI prévoit une contraction de 3% du PIB mondial en 2020, la zone euro connaîtra une contraction de 7,5%, suivie du Royaume-Uni et des États-Unis, avec des replis respectifs de 6,5% et 6%, la Chine a vu une chute de son PIB de 6,8% au cours du mois de mars. Partout la crise économique, relevant d’un double choc de l’offre et de la demande, est déjà sociale : 11 milliards d’euros de perte de revenu pour les ménages en France sur le seul premier mois de confinement, notamment pour les personnes licenciées ou mises au chômage partiel, 26 millions de chômeurs aux États-Unis, près de 200 millions d’emplois en cours de destruction dans le monde réduisant considérablement les revenus de 1,25 milliard de personnes supplémentaires[39], un demi-milliard de personnes en train de rejoindre les 3,4 milliards d’habitants qui vivent déjà avec moins de 5,5 dollars par jour[40], 250 millions de personnes qui pourraient souffrir de la faim d’ici la fin de l’année[41], etc. Les populations les plus touchées sont celles des pays où le secteur informel est le plus important, et où il n’existe pas de capacité administrative ou financière d’offrir aux chômeurs des allocations ou de secourir les petites entreprises, des pays finalement où l’État ne peut endosser les habits d’administrateur du désastre que sous sa forme policière et répressive, en laissant mourir les infectés et les « superflus ».

27/04/2020

Le seigneur des porcheries


A mon Ami Fabrice Bonnard " le seigneur des porcheries"

      product_9782070749966_195x320.jpg     Comprenne qui pourave

 

 

Les ramasseurs d’ordures sont les héros méconnus de la modernité. Jour après jour, ils rendent à nouveau visible la frontière entre normalité et pathologie, santé et maladie, le désirable et le repoussant, l’accepté et le rejeté, le comme il faut et le comme il ne faut pas, l’intérieur et l’extérieur de l’univers humain. Y aura-t-il assez de ramasseurs d’ordures, d’éboueurs que « notre mode de vie » engendre quotidiennement ou de personnes qui se salissent les mains à nettoyer nos toilettes lors qu’ils sont payés dix fois moins que ceux qui télétravaillent ?
Que ferions-nous en période de pandémie si les éboueurs refusaient de travailler ?


Conseil lecture : Le seigneur des porcheries.

 

 

 

 

 

23/04/2020

Où est passé la demande ???

Il n’y a pas besoin d’être un grand économiste pour se rendre compte de l’absurdité du travailler plus prôné par le MEDEF car ce n’est pas la peine de produire plus pour augmenter l’offre alors que la demande s’écroule. Presque tout ce qui serait fabriqué deviendrait immédiatement excédentaire en raison du chômage massif qui touche les peu qualifiés dans tous les secteurs mais aussi les hautement qualifiés dans les secteurs qui connaissent un effondrement systémique
Il y aura un effet pauvreté qui profitera à quelques uns. Voici ce que va générer la crise en résumé

 - Une importante concentration de richesses,
  - la déstabilisation des petites et moyennes entreprises dans tous les grands secteurs de l’activité économique,        y compris l’économie des services, l’agriculture et l’industrie manufacturière.
  - la dérogation aux droits des travailleurs. Elle déstabilise le marchés du travail.
   - Elle comprime les salaires (et les coûts du travail) dans les pays dits « développés » à revenu élevé ainsi que        dans les pays en développement appauvris.
   -Travail: chômage massif chez les peu qualifiés dans tous les secteurs et chez les hautement qualifies dans les       secteurs connaissant un effondrement systémique de la demande.

Les revenus s’écrouleront à mesure que les bénéfices s'effondreront, les petites entreprises fermeront leurs portes, pour ne jamais rouvrir, les gouvernements seront contraints de resserrer leurs dépenses avec la baisse des recettes fiscales, et quelle que soit la concurrence qui persiste, le prix du travail, des biens et des services baissera implacablement.
La mondialisation a généré une hyper-spécialisation dans les économies locales et régionales, les privant de résilience. Toutes les économies exposées aux flux de demande d'une classe mondialisée de consommateurs avec un revenu discrétionnaire excédentaire connaitront d’énormes problèmes. C’est le cas par exemple de pays où le tourisme représente une part significative du PIB (Espagne, Croatie, France…) ou de ceux spécialisés l'extraction de matières premières.
Toutes ces pays sont aujourd'hui confrontées à un effondrement structurel de la demande mondiale, et certaines n'ont pas d'économie locale diversifiée pour amortir le coup porté aux emplois, aux revenus, aux bénéfices et aux recettes fiscales.
Concernant l’économie locale et le petit commerce
des milliers de petites entreprises qui pourraient à peine survivre à une baisse de 20% des revenus sont confrontées à une baisse de 50% ou plus à perte de vue. Avec des coûts tels que le loyer, la main-d'œuvre, les frais, les taxes, un nombre énormément important de petites entreprises dans le monde ne peuvent survivre car leurs coûts restent élevés même lorsque leurs ventes chutent: les coûts sont fixes, les bénéfices glissent rapidement vers zéro et au-delà.

Nécronomiquement votre