02/04/2008

Rendez-nous l'épargne forcée...

d4b2976369a2dcab12c3e5de82477ac5.jpeg



L’Etat qui est toujours prévoyant avec notre argent, fixe les taux des prélèvements obligatoires.
En France, les plus hauts d’Europe…(La Suède vient de baisser les siens)
Ces prélèvements obligatoires sont constitués en partie d’épargne forcée tout comme les plans de participation que notre Président a permis de débloquer afin de stimuler la consommation.

Le montant de cette épargne forcée est considérable. Dans un pays comme la France où les prélèvements obligatoires représentent 45 % du PIB et 54 % du revenu des ménages, une moitié est faite de cette épargne forcée : plus d’un quart de ce que gagnent les Français.
Une partie de cet argent nous revient sous forme de redistribution et de prestations sociales : couverture de la maladie, du chômage et retraites, une partie est absorbée par les administrations et les cadeaux faits aux médecins.. Le coût des prestations sociales fournies par un monopole public est très supérieur à celui que demanderait un système privé concurrentiel, quant aux retraites, il faudra travailler inévitablement jusqu’à 70 ans, et d’ici là qui peut prédire que le système arrivera à surmonter le cap décisif de 2015.
Concernant le chômage, il sera devenu très difficile d'en percevoir les fruits, contraints que seront les gens d'accepter n'importe quel emploi sous peine de radiation.
Autrement dit, nous cotisons plus, que nous en bénéficions et que nous toucherons…
D’ici très peu de temps, on nous expliquera alors que nous vivons plus vieux grâce au travail car nous allons mourir guéri en plein emploi et appauvri.

C’est pourquoi, en pareille période, je propose que soit rendue l’épargne forcée aux Français
Qui le souhaitent et qui ont besoin de cash en ce moment .
1ere résolution de crise basée sur le Principe nécronomique que nous saurons mieux le géré individuellement que l’Etat le fait pour nous.
Lorsque l’Etat aura fini ses réformes et démontrer ses capacités à réduire son train de vie.
nous déciderons ou non de réintégrer le cours de l’épargne forcée si les prix sont concurrentiels.
Ce n'est plus à nous de payer les cotisations (y compris Ursaaf) et les retraites des médecins (ainsi que leur maison de campagne).

Résolution à mettre au vote au sein de Nécronomie Internationale
Vive l’épargne libre…

Nécronomiquement votre.