08/01/2019

LE GRAND EFFONDREMENT

 

La-grande-devalorisation.jpg

 

 

Si vous êtes arrivé ici par hasard et que vous avez l'intention de lire ceci, n'en faites rien, ne vous donnez pas cette peine. Au bout de quelques lignes, vous le regretterez. Il doit y avoir bien mieux sur Internet ou sur YouTube ou même à la télé. Genre distractions qui cassent pas le moral. ou alors puisque vous disposez de temps libre puisque vous êtes là, prenez des cours du soir pour devenir économiste. Comme ça, vous pourrez expliquer après la catastrophe ce qui s'est passé avant comme vos futurs confrères toujours aussi incapables de voir venir les crises, prisonniers de leurs historiques. Mais dans tous les cas de figure vous êtes foutu, je préfère vous le dire tout net.

Depuis plus de dix ans, j'ai pu préparer quelques centaines de personnes au désastre qui va suivre. Le Grand Effondrement que personne ne voulait voir car personne ne voulait croire que nous avions atteint les limites du système dans lequel nous vivons. 

La bulle verte, vous avez pu voir l'adhésion des gens. On ne modfie pas des comportements nocifs à coup de taxes. L'exemple des sextoys 1000 ans pour se dégrader tout comme les bouteilles plastiques le prouvent aisément. Les archéologues du futur n'en finiront pas d être étonnés par les habitudes des générations d'avant. Imaginez qu'un simple briquet jetable met 100 ans avant de se dégrader. Le plastique est partouze. 

http://blog.senkys.com/2010/12/necronomieox-le-comble-du-...

Voilà comment nous vivons, voilà où nous en sommes...

Bref bulle verte, démontez vous mêmes vos illusions ou demandez à un robot ou une IA de le faire.

Le capitalisme est le seul système ayant jamais existé qui contient à sa base une contradiction dynamique, et pas seulement un antagonisme : la transformation du travail en valeur est vouée historiquement à l’épuisement à cause des technologies qui remplacent le travail. Avec la robotique et bien évidemment l’Intelligence Artificielle nous n’allons pas assister à la dévalorisation de quelques métiers au profit d’autres, comme lorsque les maréchaux-ferrants ont été remplacés par les garagistes, et comme la manie des « requalifications » voudrait encore nous le faire croire. Maintenant, il s’agit d’une dévalorisation générale de presque toutes les activités humaines, visible dans l’appauvrissement rapide et inattendu des « classes moyennes ».

 Nous dérivons vers une situation où les humains ne sont plus que des « déchets ». Les personnes innombrables qui survivent en fouillant dans les ordures – dans le « Tiers-monde », mais pas seulement – montrent où va finalement une humanité qui a érigé le process de valorisation en exigence suprême : c’est l’humanité elle-même qui devient superflue, lorsqu’elle n’est plus nécessaire pour la reproduction du capital. Des masses croissantes de personnes ne « servent » plus, même pas à être exploitées, tandis qu’on leur a retiré toutes les ressources pour vivre. Et ceux qui disposent encore de ressources en font souvent un très mauvais usage

 Après la crise de 2008, l’effondrement catastrophique du système capitaliste mondial n’a pu être empêché que par une intervention massive des États et des banques centrales, comme jamais l’histoire n’en avait connue. Si l’on doit à présent subir les conséquences de cette crise, sous la forme de l’endettement public et des « politiques d’austérité » imposées à la société, ce n’est pas parce que nous aurions vécu « au-dessus de nos moyens » et qu’il conviendrait de se « serrer la ceinture ».

Bien au contraire, la société vit largement au-dessous des possibilités créées par les nouveaux potentiels de productivité ; seulement, ces potentialités se transforment toujours davantage en forces toujours plus destructives au sein du système capitaliste (voitures autonomes, magasins sans caissières, entrepôts sans manutentionnaires, robotique Intelligence artificielle,datamining,Big data…).

https://www.youtube.com/watch?v=7wzR_BVFsUU

 

La seule et unique solution qu'il reste désormais pour prolonger la survie puisque l'on ne peut plus remonter les taux est de transférer la totalité des dettes souveraines et des créances douteuses dans les banques centrales (qui pour le coup pourrait devenir des bad bank). Autrement dit de faire de l'helicopter Money en espérant que les Etats se restructurent réellement sans que les peuples ne se rebellent. 

 En route vers le Grand Effondrement

10/11/2018

Ne pas confondre Feignasse et NITLF

 

 

grande deconnexion,grande deconnection,ntih,not in the labour force,chomage,revenu d'activité,macron,revenu universel arnaqueIl y a encore un peu plus d’une dizaine d’années lorsque je disais que le salut viendrait des banlieues, je me prenais immédiatement dans la tronche des réflexions du style :

« Ah mais t’es fou, ils sont pires que nous, ils sont complètement acculturés par les marques et en plus, ils ne veulent pas travailler… »

Certaines même comme DIAMS le revendiquaient avec ses mots

Ma France à  moi elle parle fort, elle vit à  bout de rêves,
Elle vit en groupe, parle de bled et déteste les règles,
Elle sèche les cours, le plus souvent pour ne rien foutre,
Elle joue au foot sous le soleil souvent du Coca dans la gourde

 

De tout cela, je convenais (sans généraliser). Je l’ai même gravé dans le marbre en quelque sorte dans Crise et Mutation en expliquant que les pillages de magasins n’étaient rien d’autres que des émeutes consuméristes tout comme il existe des émeutes légales appelées « SOLDES »

Aux USA, où l’on nous répète régulièrement qu’il y a moins de 5% de chômeurs, on omet de dire qu’il y a environ 28 % de personnes qui ne sont plus sur le marché du travail et qui n’envisagent pas d’y aller. NOT IN THE LABOUR FORCE (NITLF) dit-on. De quoi vivent-ils ? Des faibles allocations, de débrouillardise et pour certains de différents trafics.

En France, nous suivons évidemment le même chemin, ce qui arrive aux USA arrive toujours chez nous, un peu de temps après.

« We play together, we pay Together.”

En France lorsque l’on observe les chiffres du chômage ; on s’aperçoit que pratiquement 45% des chômeurs n’ont pas le bac.  Pour tous ceux-là, penser que la formation suffira à les faire entrer sur le marché du travail est illusoire. Guillaume Richard le PDG du groupe O2 plus grand employeur de France ces dernières années (16 000 embauches) livrait d’ailleurs cette analyse en constatant que dans des métiers comme les siens, les services à la personne, la marge brute était faible et que son concurrent était le travail au noir. Toutefois, à contrario des forcenés de l’ultra libéralisme qui veulent supprimer toutes allocutions existantes, Guillaume Richard plaide pour un revenu d’existence pour les plus démunis. Revenu qui ne serait pas supprimé dès que l’allocataire dépasse d’un euro le plafond. Car il est vrai qu’il est très dur de sortir de la trappe à pauvreté et que dans bien des cas, il est plus rentable de ne rien faire officiellement que de gagner juste un peu plus du SMIC (CMU, garderie, Taxe d’habitation, redevance, tarif préférentiel pour l’électricité et le téléphone, passe Navigo…)

C’est pourquoi, je suis sûr que pour ces raisons auxquelles on peut ajouter la paix sociale, l’avènement d’un revenu universel est inéluctable puisque c’est le seul plan de relance du capitalisme au stade où nous en sommes. Avec, évidemment derrière cette manœuvre, l’idée que les pauvres avec ce revenu garanti seront plus flexibles dans la production. C’est en tout cas l’idée de Macron avec son revenu universel d’activité. Mais là où il se trompe, c’est que contrairement aux sujets mécontents qui voudraient devenir des sujets contents comme les gilets jaunes, la possibilité d’un nouveau monde n’intéresse pas les NITLF. Ils savent que le nouveau monde sera la répétition vide et ennuyeuse de ce qui a précédé. Ils sont nés et ont grandi sans avoir jamais eu la possibilité d’expérimenter des modes radicalement différents de vivre ou même d’avoir de l’espoir dans des utopies comme le communisme ou le socialisme ; il n’est pas possible pour eux d’imaginer ce monde autrement qu’ en termes négatifs . Néanmoins, le refus du travail, de l’autorité donc de la servitude volontaire ne constitue pas pour eux un suicide social au sens où Orelsan l’entend

https://genius.com/Orelsan-suicide-social-lyrics

 

. Le retour à un passé idéalisé » (le c’était mieux avant de l’Ancien Monde) ou l’accomplissement dans un futur messianique et transhumain du Nouveau Monde laisse de marbre les NITLF qui n’aiment ni les soupirs de nostalgies ni les projections astrales

Ni dans ce qui fût ni dans le qui sera mais tout de suite et Maintenant…

PS j’ai beaucoup rapé dans cette note

JPC NITLF

04/09/2018

Not in the labour force

chomage,opiaces,population active,mal etre,suicide drogue

 

Le chiffre du jour  23 Millions d'américains qui devraient être dans la population active n'y sont plus….Pschhhhitt disparus soit 1/3 de la pop active (95 millions)

On est bien loin des 3 ou des 5 % de chômage aux USA...

 

Autre chiffre 95 % des medoc opiacés au niveau mondial sont consommés par cette pop...

 

Tiens c'est une bonne idée de tee-shirt

 

NOT IN THE LABOUR FORCE