18/04/2020

La révolution confinée

 

marcel.pngCela fait quelques temps que je ne vous ai pas donné des news de mon grand ami Marcel la Feignasse qui squatte chez moi. Marcel va bien, je vous rassure, il vient de finir une mise à jour de son manifeste. Le manifeste de l'Inaction Française, mouvement (je sais pas si on peut appeler ça un mouvement puisqu'il s'agit de ne rien faire) dont il est le chef de file et dont les conditions d'adhésion sont assez strictes : il faut justifier d'au moins vingt ans d'inactivité.


Marcel la Feignasse, c'est la contre-culture de la consommation. Le refus absolu d'être un agent économique. Ne pas être marketyrisé. Ne pas être socialaliéné.


Emballé par le confinement qu'il pratique chez moi depuis vingt ans, Il s'est mis à rédiger un nouveau livre pour expliquer au peuple pourquoi il ne fallait surtout pas être productif et qu'il était urgent de ne pas sortir du confinement. Le titre : la révolution confinée.
" Une analyse historique hégelienne marxiste léniniste...qui démontre qu'il ne faut surtout pas être un agent économique en pareille période. Même infiltré...


A la dernière page du livre, la page 2, Marcel écrit ceci :


La liberté est notre seule bien. L'Inaction est le plus sûr garant de sa plénitude et de sa force. Nous avons suffisamment de richesse intérieure pour n'en pas être réduits à dissimuler sous le travesti du travail, une vie à ceux qui ne cessent de s'oublier dans un boulot sans intérêts ou de calcul d'exploitation des bons et mauvais rendements; en quelque sorte la prostitution sous toutes formes dont nous exceptons la prostitution traditionnelle, la seule qui nous paraît digne d'être rangée au programme de l'Inaction Française. Récupérer dans la station couchée un argent arraché à des exploités du travail debout ne peut qu'enrichir les buts élevés que nous poursuivons.

03/04/2020

EXCLUSIF MACRON CONFINE

https://www.youtube.com/watch?v=gZweEsvH5YA&feature=s...

 

 

une variante

 

https://www.youtube.com/watch?v=aTyzknWbwqg

04/12/2018

Surgissement désordonné et nouveaux barbares

la grande deconnexion;emeutes paris,pouvoir d'achat,insurrection,liberalisme,capitalisme,surgissement desordonné;futur,anarcho primitivisme,minimalisme consommatio; macronerie

 

 

 

J'avais démarré l'année en présentant le concept de "Surgissement Désordonné", les Gilets jaunes sont l'exemple parfait de ce Surgissement Désordonné. Ces dernières semaines, les médias n'ont cessé de se demander pourquoi les meilleurs experts n'avaient pas su prédire la crise la plus grave de ces dernières années et aussi surpris que les politiques. La raison de cet échec dit être recherchée dans le fait que la science économique officielle ne dispose pas de concept théorique permettant de percevoir le potentiel d'autocontradiction interne que contient le développement du libéralisme.

Sur la base de cette antiscience, seuls quelques penseurs comme les nécronomistes ont reconnus dans les données empiriques une évidente disparité et son caractère insoutenable.

On explique donc cette crise et cette insurrection populaire par la psychologie car il ne saurait y avoir aucune contradiction objective dans le système. En fait, la crise serait due à une mauvaise compréhension des mesures en cours visant à restituer du pouvoir d'achat.

Fidèle à la devise selon laquelle l'économie serait à 90% de le psychologie, le discours selon lequel les gens ont vécu au dessus de leurs moyens enfermés dans le créditisme pour financer la compétitivité du pays  étant totalement inaudible, l'Etat est appelé via des moratoires à restituer la confiance chez des gens psychologiquement mal en point.

Petit problème : l''intercommunicabilité.

En érigeant en Dieu suprême le Marché et en faisant de la langue officielle l'économisme et ses termes nébuleux (langue BFM Business), les gouvernements successifs ont confisqué la langue des citoyens.

 Privés de mots avec lesquels exprimer la rage pour les souffrances subies, privés d’espérances grâce auxquelles dépasser l’angoisse émotionnelle qui dévaste l’existence quotidienne, privés des désirs avec lesquels contrer la raison institutionnelle, privés de rêves vers lesquels tendre, nombre de sujets deviennent barbares dans leurs gestes. Une fois paralysée la langue, ce sont les mains qui frémissent pour trouver un soulagement à la frustration.

Conséquence : un massacre généralisé accompli par les sujets rendus barbares par les blessures quotidiennes infligées sur leur propre peau par un monde sans sens parce que à sens unique. Cette violence sombre et désespérée gêne le gouvernement, troublé dans sa présomption de garantir la paix des esprits, mais cela ne le préoccupe pas. En soi, elle ne fait qu’alimenter et justifier la recherche d’un meilleur ordre public. Cependant, bien que facilement récupérable une fois montée à la surface, elle montre toute l’inquiétude qui agite en profondeur cette société, toute la précarité de la contention des vicissitudes du monde moderne.