02/09/2020

Le Grand Reset était fermé de l'intérieur

 

crise.jpg

 

Dans Crise et Mutation, je soulignais qu’il n’y pouvait avoir de mutation sans dépression économique car le consommateur devenu consommateur zombie ne voulait pas muter spontanément.

 Force est de constater que la bulle verte dont je parle depuis maintenant plus de quinze ans n’a pas réussi à décoller. Pour l’instant les populations des démocraties de Marché n’ont que très faiblement adhérer à ce recyclage du capitalisme estampillé vert.

La crise du covid est donc pour les élites une opportunité fantastique d’imposer à tous ce virage obligatoire.

La consommation de masse programmée par le Grand Reset ne peut s'accomplir que dans l'isolement de chacun : chaque consommateur est un travailleur à domicile non payé coopérant à produire l'homme du futur — Impossibilité historique de délimiter production et consommation ce que Marx avait commencé par appeler consommation productive : le travailleur à domicile (en tant que transformateur de sa propre nature en acteur du Grand Reset) n'est pas rétribué, mais paie lui-même pour accomplir ce labeur, il doit même acheter la perte de sa liberté en achetant des masques, des ordinateurs, des smartphones. Pourtant en mourant, l'homme n'accède pas à l'Olympe des produits calibrés, mais à l'Hadès des matières premières brutes,

Le verrouillage et la pandémie, avec les effets dévastateurs sur l'économie et la démocratie, représentent une excellente occasion pour la Money Power de remodeler le monde selon ses souhaits. Le Coronavirus devient ainsi le stimulateur de la quatrième révolution industrielle.

«L'une des principales caractéristiques de la quatrième révolution industrielle n'est pas qu'elle change notre façon de travailler. Cette fois, c'est nous qui changerons » - Klaus Schwab, cerveau du Forum économique mondial.

En mars, Lawrence «Larry» Fink, le chef de la société de gestion d'actifs Blackrock, dont le volume d'affaires est de 7,4 billions de dollars américains, a écrit à ses actionnaires que le monde ne sera plus le même après le covid qu'avant, et qu’il sortirait de tout cela "d'énormes opportunités d'investissement".

Les changements de richesse au cours des quelques mois du régime Corona sont gigantesques: Jeff Bezos, le propriétaire d'Amazon, a pu augmenter sa richesse privée de seulement 25 milliards de dollars américains pendant le verrouillage. Monsieur Tesla Elon Musk s'est enrichi de 8 milliards de dollars et Eric Yuan, l'inventeur du format de conférence en ligne Zoom, a augmenté de 2,58 milliards de dollars en un mois. En 1990, 66 milliardaires avaient un total combiné de 240 milliards de dollars. Aujourd'hui, 614 milliardaires aux États-Unis ont des actifs de 2 947 milliards de dollars. Ils possèdent à peu près autant que les deux tiers inférieurs de la population américaine.

Il y a certainement des êtres humains privilégiés qui perçoivent avant tout d'excellentes opportunités dans les bouleversements de la misère du régime Corona pour reconstruire le monde à partir de zéro.

De haut en bas, bien sûr. Loin du naturel vers une artificialité jusqu'ici inimaginable. Appuyez sur le bouton de réinitialisation et téléchargez un nouveau logiciel mondial: The Great Reset .

Le Forum économique mondial (WEF), qui se réunit une fois par an en tant que «sommet économique mondial» dans la prestigieuse station de santé pulmonaire de Davos, s'est fixé comme objectif rien de moins que de créer un nouveau capitalisme. Tout de rang et de nom s'y retrouve. Monarques, politiciens, chefs d'entreprise, scientifiques et sans oublier les gens des médias. Mais le WEF travaille toute l'année et développe des concepts pour un vrai capitalisme.

Le grand créateur du WEF est un Allemand, Klaus Schwab, un économiste de Ravensburg. Et il dirige la Fondation Schwab avec sa femme. Et cette fondation soutient à son tour les entrepreneurs dits sociaux comme l'inventeur du microcrédit Mohammad Yunus du Bangladesh et le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales. Schwab veut montrer que l'engagement social et les entreprises à but lucratif sont compatibles. Tout dans ce monde peut être exploité avec succès dans la recherche du profit.

Lorsque Schwab entre dans l'auditorium de Davos avec sa puissante garde prétorienne, tous les puissants de ce monde écoutent avec admiration le pape du Néocapitalisme de Ravensburg quand il proclame de son trône:

«L'une des principales caractéristiques de la quatrième révolution industrielle n'est pas qu'elle change notre façon de faire des affaires. Cette fois, c'est nous qui sommes changés » .

Selon Schwab, il n'y a pas de récit pour vendre le nouveau monde techno aux gens de manière aussi attrayante que possible. Si vous n'emmenez pas les gens avec vous, il y aurait une «réaction défensive de la population contre les changements fondamentaux qui sont déjà en cours».

Klaus Schwab est un homme intelligent. Il voit très clairement que le capitalisme prendra fin si les choses continuent comme avant. C'est pourquoi Schwab pense qu'après la phase de capitalisme d'État, qu'il voit dans le New Deal de Roosevelt et l'industrialisation de rattrapage de certains pays du tiers monde, et le radicalisme du marché qui s'ensuit, qu'il appelle simplement «libéralisme», c'est maintenant le tour du «capitalisme des parties prenantes». contrairement au capitalisme actionnarial.

Cela signifie que l'entrepreneur capitaliste n'est pas seulement obligé envers ses actionnaires. Il doit également emmener l'environnement avec lui (en clair le privatiser). Cependant, il n'y a pas de place ici pour les coopératives et les entreprises de droit public. Le principe du profit doit imprégner toutes les fibres de la société.

Schwab veut maintenant faire avancer ces deux éléments en un pas de géant dans l'ombre de la paralysie covid: la quatrième révolution industrielle et le capitalisme de la bulle verte.

Au même moment, les jeunes acteurs des seniors de Davos se retrouvent à la table des chats pour les vidéoconférences. Ils sont ensuite connectés de tous les coins de ce globe. Dès le mois d'avril, des jeunes talentueux du beau nouveau monde de la techno se sont rencontrés sur Internet sous le slogan «Reset Everything». Disciples euphoriques du nouveau monde du plastique artificiel. Il s'agissait de la 5G, du transhumanisme, de l'intelligence artificielle, de la crypto-monnaie, de nouveaux types de vaccinations et de la prolongation de la vie.

Le Grad Reset imposé

Et il est intéressant de voir quel type d’entrepreneurs sont ici. Beaucoup de jeunes entrepreneurs en démarrage, réunis dans Top Tier Impact):  C'est là que nous trouvons Ingmar Rentzhog. Vous connaissez ? Rentzhog est la jeune entrepreneuse suédoise qui a inventé l'icône de la pop climatique Greta Thunberg, qui a ensuite levé des dizaines de millions avec comme nom pour sa startup «Nous n'avons pas le temps».

Alex Bates de Neocortex Ventures investit dans l'intelligence artificielle. Le club des jeunes entrepreneurs 500 startups fait également partie de la grande réinitialisation. Et aussi Webit.  À l'exception de cette année, Webit a organisé de gigantesques congrès au cours desquels des innovations passionnantes du beau monde des ordinateurs et d'Internet ont été présentées et récompensées. Jusqu'à 15 000 fanatiques de la technologie s'y retrouvent. Une attraction, par exemple, était la poupée parlante humanoïde Sophia.

Beau People

Dans une vidéo de la période de pré-réinitialisation, l'église Klaus Schwab nous explique le nouveau monde extraordinaire de l'artificialité absolue. La bioéthicienne Nita Farahany pense à quel point il est fascinant que vous puissiez maintenant visualiser les pensées des gens sur l'écran et qu'il sera bientôt possible de déchiffrer la «boîte noire» des pensées les plus intimes des gens.

La neuro-éthicienne conseille également le gouvernement américain dans le comité appelé Brain Research en faisant progresser les neurotechnologies innovantes (BRAIN). Le gouvernement américain et le réseau de recherche de la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) du Pentagone aimeraient également se pencher directement sur nos cerveaux. Bien sûr, nous sommes rassurés, il s'agit de guérir la maladie d'Alzheimer et les maladies connexes. Tout cela pour notre bien. Et bien sûr, le contrôle neuronal des humains ne concerne que de manière désintéressée que ceux qui sont confinés dans des fauteuils roulants et qui pourront à nouveau marcher heureux.

Il y a beaucoup de super-riches qui veulent de manière désintéressée aider l'humanité (ben voyons). Comme Bill Gates et ses vaccins génétiquement modifiés.

Mais Bill Gates veut aussi libérer les Africains du fléau du paludisme. C'est pourquoi son équipe travaille fébrilement pour modifier les séquences génétiques des moustiques qui transmettent le paludisme afin qu'ils ne transmettent plus les gènes qui causent la détérioration. Et Bill Gates ne serait pas Bill Gates s'il ne voulait pas non plus sauver l'atmosphère terrestre. L'atmosphère est censée être préservée par pulvérisation de produits chimiques. Et Elon Musk, avec sa société spatiale SpaceX, est désormais un leader des voyages spatiaux, tandis que la NASA, qui lui est contractuellement associée, n'est que le partenaire junior et financier.

Il est à noter que la République populaire de Chine est aussi impliquée dans la grande réinitialisation de Schwab . Comme je l'ai dit, Klaus Schwab est un homme intelligent. Il a reconnu que l'appareil d'État n'était pas entièrement indispensable au succès de son redémarrage mondial. La machine de pouvoir de la Chine avec ses stabilisateurs, l'Armée populaire, le Parti communiste et l'appareil d'État, s'harmonise parfaitement avec les ambitions de multi-milliardaires comme Jack Ma. Et avec quelle fluidité, rapidité et efficacité cette machine électrique a amené la Chine vers le nouveau super réseau 5G, qui non seulement fait une impression sur l'Occident, qui est habitué à la victoire, mais aussi un peu de peur.

C'est la chose la plus naturelle au monde de servir la richesse publique sur un plateau d'argent aux super-riches. Seule la recherche privée du profit peut guider efficacement les sociétés, n'est-ce pas?!

Le Great Reset repose sur la privatisation des missions autrefois attribué à l’État. Plus que jamais nos vies ne sont que de scénarios de banquiers centraux contrôlés par la Money Power. À quoi peuvent donc servir des élections dans des démocraties de Marché ?

27/08/2020

Désinformation

 

Hier je suis tombé par hasard sur LCI sur Pascal Perri le journaliste économique bouffon du néoliberalisme qui expliquait que Renault avait toutes ses chances face à Tesla.

Petit rappel nécronomique

Tesla dépasse les 234 milliards d'euros de valorisation. Un quintuplement en un an et demi. C'est plus que Toyota, Volkswagen, Daimler ensemble. PSA atteint 12,7 milliards et Renault se retrouve en queue de classement des capitalisations automobiles à 6,2 milliards à peine. Trois fois moins qu'en novembre 2018 avant l'arrestation de Carlos Ghosn !

 

C’est la batterie qui détermine la performance première du véhicule, l’autonomie, et son prix. Mais aujourd’hui elles sont importées d’Asie. Certes, les producteurs asiatiques chercheront à localiser une part croissante de leur production en Europe, à la fois pour tisser des liens étroits avec les constructeurs locaux, rationaliser leur logistique et couper l’herbe sous le pied d’éventuels nouveaux concurrents européens. Mais ces implantations échapperont à la France. LG Chem a choisi la Pologne, Samsung SDI la Hongrie et CATL, l’Allemagne. Le Coréen SK Group, du fait de ses liens avec les constructeurs allemands, devrait faire un choix similaire. Enfin, l’éventuelle  « gigafactory » européenne de Tesla est attendue en Allemagne ou aux Pays-Bas. 

Il ne faut pas se bercer d’illusions, la France est loin du compte pour devenir un champion de l’industrie verte. Une véritable stratégie industrielle de rattrapage et un engagement massif de l‘Etat sur des investissements de long terme sont indispensables pour faire de faire des industries écologiques une filière d’entrainement de l’économie française sans creuser le déficit commercial.

05/07/2020

Grand Reset (bulle verte) contre décroissance

A Reprise des chaussettes qui a tout compris

 

L’objectif d’une « croissance économique durable qui s’exprime à travers Le Grand Reset et la bulle verte le prochain moteur d’accumulation du capital (le recyclage du capitalisme-le greenwashing se révèle être, quelle que soit l’extension que l’on donne à la notion de durabilité, une contradiction dans les termes, dès lors, du moins, que l’on entend la croissance économique au sens actuel. Et comment pourrait-on l’entendre, sinon au sens actuel ? Ceux qui parlent de croissance économique durable ne font qu’obscurcir la problématique environnementale-climatique et tenter de se persuader qu’il est possible de concilier l’inconciliable.

Dans le même temps, les adeptes de la décroissance estimant qu’on ne parviendra pas à découpler croissance économique et destruction accélérée de l’environnement, les partisans d’une « société de post-croissance » en tirent finalement la conclusion logique que nous devons faire table rase du concept de croissance. Voici donc venir pour eux une « économie de marché sociale et écologique » – comme si une économie de marché non capitaliste pouvait exister. L’espoir est placé sur des entrepreneurs qui, au lieu de courir après le profit, se préoccuperaient d’assurer la durabilité de leur production.

Ha Ha Ha…

Avec l’augmentation de la productivité au cours de l’histoire du mode de production capitaliste, l’ évolution conduit à ce que le travail vivant soit de plus en plus expulsé du processus de production et remplacé par des machines. Des frais de main-d’œuvre toujours moindres permettent de produire toujours plus de richesse matérielle. Mais comme cette abondance de biens n’est pas le véritable but de la production, le temps de travail ne s’en voit nullement réduit, quand bien même ce serait matériellement possible et judicieux. On fait plutôt le calcul inverse : la production de la même richesse abstraite (mesurée en temps de travail) réclame un produit concret toujours plus important, et par conséquent – puisque les machines remplacent peu à peu la force de travail – une utilisation des ressources qui croît encore plus rapidement. Il y a des tendances contraires, comme avec l’efficacité énergétique notamment, qui a pour effet de réduire la dépense en énergie par produit fini. Mais le rapport quantitatif entre dépense en matériel et temps de travail est cependant sans équivoque : il croît sans discontinuer dans les secteurs producteurs de survaleur, ainsi que chacun peut s’en convaincre en observant par exemple l’évolution de l’investissement matériel et monétaire par emploi industriel.

   Dans cette contradiction qui consiste en ce que le capital expulse de plus en plus du procès de production le travail vivant, sur l’exploitation duquel repose pourtant la forme de richesse après laquelle il lui faut nécessairement courir – se trouve l’origine commune des crises économique et écologique. Le substrat matériel de cette richesse abstraite obligée de croître au-delà de toute mesure est bel et bien fini, de sorte que l’expansion doit nécessairement se heurter ici à des bornes infranchissables : d’une part la demande solvable limitée (crise économique), et d’autre part les limites naturelles (crise écologique).

   À cet égard, même le traitement des symptômes de crise, qui à la rigueur est encore possible d’un point de vue intracapitaliste, débouche sur une contradiction : la moindre tentative pour ne serait-ce qu’atténuer la crise économique par des programmes de relance entraîne une destruction accrue de l’environnement. À l’inverse, pour réfréner celle-ci, il faudrait prescrire à l’économie mondiale une longue période de profonde dépression, avec toutes les conséquences sociales et matérielles que cela comporterait pour les hommes et femmes prisonniers du mode de production capitaliste. Rappelons-le, l’unique petit coude dans la courbe de croissance des émissions mondiales de CO2 se situe au niveau de l’année 2009, année de récession. Il en sera de même en 2020 grâce serait-on tenté de dire au COVID qui a décidément bon dos. Quant à la pantalonnade des « relocalisations » on s’apercevra  qu’elles ne seront que peu créatrices d’emplois humains mais très créatrices de robotisation et d’automatisation.

Rien d’éco-logique la dedans !