10/09/2019

La chine est rouge l'occident y sera

 

 

849644764.jpgPour avoir travaillé en Chine dans les sphères de Canton Nuclear Power et approché des dirigeants chinois, je pense connaître un peu, je dis bien un peu, comment ils fonctionnent. C'est pourquoi quand je vois que les chinois rachètent massivement de l'or à tel point qu'ils sont le plus gros acheteur en 2019, je me dis qu'il ne s'agit pas uniquement de dédollarisation mais de spéculation face à la folie des banquiers centraux occidentaux.

Ces banquiers centraux qui aujourd'hui n'excluent plus rien comme vient de le confirmer implicitement Christine Hagarde. Autrement dit financer des grands travaux ou racheter des dettes d'entreprises jusqu'à l'heiicopter money en direction des particuliers. De l'argent à Noël pour tous les citoyens de la zone euro. Rien foutre et être payé, l'idéal...L'idée paraissait folle, elle ne l'est plus. De grands économistes comme Daniel Cohen plaide pour cela :

La Banque centrale européenne pourrait refinancer davantage la Banque européenne d'investissement, qui pourrait s'appuyer sur les banques nationales de développement du type KfW ou bpifrance. Enfin, si rien de tout cela n'est efficace, la BCE pourrait donner de l'« helicopter money », en versant par exemple 1.000 euros à chaque citoyen le jour de Noël ! ça ferait 340 milliards. Si ça relance l'inflation, très bien, sinon très bien aussi !

https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/il-es...

 

Autrement dit prêt à tout pour éviter l'effondrement de l'économie mais ce qui n'est pas sans conséquence sur l'aspect monétaire et la valeur réelle de l'argent. En augmentant la masse monétaire sans augmenter la richesse , vous dévaluez la monnaie.

A force de vouloir éviter à tout prix la récession et distribuer de l'argent à tout va, le risque se déplace donc vers une énorme crise monétaire et une perte de confiance en la monnaie. Et que fait on en pareil cas : on achète  de l'or. C'est la raison pour laquelle, je pense que les chinois spéculent à leur façon sur une montée importante de l'or liée à une crise monétaire dans un contexte où la valeur de la monnaie tendra vers zéro.

Toujours dans ce contexte apocalyptique, il faut se réintéresser de près aux cryptomonnaies notamment au Libra Le bitcoin perdurera pour les achats de drogues...J'ai croisé des traders cokés qui payent comme ça...Les bruits courent que pas mal de politiques aussi...

Concernant les autres news, le Brexit. J'entends beaucoup autour de moi que Boris Johnson est un fou qui va ruiner son pays. Je ne le crois pas. Comme je l'ai toujours dit, sa stratégie est de créer un paradis fiscal pour attirer les entreprises. fera t'on encore les malins lorsqu'il annoncera un taux d'imposition à 15 % pour les entreprises pour attirer du monde ?

Rien... car on ne pourra rien faire. Nous ne pourrons pas baisser de 28% à 15% dans le modèle français. Cette approche fiscale d'une baisse massive de l'impôt sur les sociétés pourrait aussi avoir lieu en Allemagne et pourquoi pas en Italie qui a quoiqu'on en dise un excédent primaire dont on rêverait en France.

Bref attendons nous au radeau de la méduse et au chacun pour soi.

Le feuilleton Nécronomique continue. Prochain épisode dans deux jours avec la déclaration de Dame Hagarde de la BCE.

 

 

05/02/2019

Banque centrales dépotoirs et déchets humains

 

depotoir,banque centrale,revolution,fin capitalismendechetterie,michel ange,ordure,no future,anarchee,chaosIronie du sort, ce sont donc précisément les banques centrales, soi-disant bastions de la stabilité financière, qui font office de dépotoirs accueillant les déchets toxiques du système financier international. Pour ces actifs c’est la fin du voyage, car les banques centrales n’ont plus derrière elles aucune institution susceptible de les délester à leur tour de ce fardeau. La façade de normalité érigée à partir de 2008 s’avère en définitive une hasardeuse politique de création de monnaie s’appuyant, en guise de « garantie », sur un tas de créances pourries.

Comment s’étonner dans ce contexte de dépotoirs que sans emplois et travailleurs pauvres soient devenus des déchets ainsi que l’avait théorisé Sygmunt Bauman bien qu’il n'eut pu imaginer à l’époque que les banques centrales allaient devenir des déchetteries. La destination des sans emploi en pareil contexte est le dépotoir.la décharge, le tas d’ordure. Ils leur manquent les moyens de survie et ne peuvent vivre sans les moyens financiers (allocations, subsides) approuvés par l’État. Ceux qui ne partagent pas une telle réponse tendent à la contester en termes financiers de la même encre (sous la rubrique « pouvons-nous nous le permettre ? ») — car le « poids financier » de toutes ces mesures pèse sur les contribuables. . Cela ne suffira pas pour une réinsertion des personnes dans la société dont elles ont été exclues — de même que le stockage de déchets industriels dans des conteneurs réfrigérés ne suffirait guère à les transformer en denrées valables sur le marché.

A l'identique pour les consommateurs non satisfaits de la société comme les gilets jaunes s’il est une chose dont ils peuvent être certains, c’est qu’ayant été rejetés du seul jeu qui existe, ils ne font plus partie des joueurs et l’on n’a donc plus besoin d’eux. Jadis, le fait d’être un producteur potentiel était suffisant pour remplir les conditions requises à l’admission dans la société des producteurs. Promettre d’être un consommateur diligent et prétendre au statut de consommateur ne suffît pas, cependant, pour être admis dans la compagnie des consommateurs. Cette société n’a pas de place pour les consommateurs défectueux, incomplets, inaccomplis. Charge à eux de travailler plus pour gagner plus, des se former tout au long de leur vie, d'être mobile géographiquement, de ne pas faire d'enfant s'ils n'en n'ont pas les moyens. Bois ton rouge et ferme ta gueule, reste moisir dans ta cité pourrie  ou dans ta cambrousse, toi ton art c'est d'être crevard.

Michel-Ange, à qui l’on demandait comment il obtenait la belle harmonie de ses sculptures, eut cette réponse célèbre : « C’est simple. Prenez juste une plaque de marbre et découpez tous les morceaux superflus ». À l’apogée de la Renaissance, Michel-Ange proclamait le précepte qui devait guider la création moderne. La séparation et la destruction des déchets allait devenir le secret de l’art de la création moderne : par le découpage de tout ce qui est superflu, indésirable et inutile pour le jeter, le beau, l’harmonieux, l’agréable et le gratifiant vont pouvoir être révélés.

Nécronomiquement votre