16/03/2008

Face book ou fesse bouc ??? chez les autruches

c40b297ed857cf54b8693a83c580d805.jpg

Nécronomiste au combat

"c'est fou le nombre de gens qui font les autruches…"me faisait remarquer Miss E, commentant la situation économique actuelle.

C’est vrai… mais ce seront les mêmes qui d’ici très peu de temps, diront que ce qui arrive était facile à prévoir…

Pourquoi pratiquent-ils la politique de l’autruche (ne rien voir, ne rien savoir) ?
Pour la même raison que les byzantins (Istanbul, ville de mon coeur) en 1452, assiégés par l’empire Ottoman préféraient disserter du sexe des anges plutôt que de la réalité d’une guerre qu’ils savaient perdue d’avance, un peu comme nous parlons ce jour des éléctions municipales et de leur influence.

Les simples consommateurs n’entrevoient la violence granitique de la récession qu’à travers le pouvoir d’achat, préférant ignorer le ressac d’un éden soufflé par le choc en retour du désir de consommer, manège nécronomique d’où monte un arrière goût de napalm d’or à mille dollars l’once…in go(l)d we trust, comme dit l’ami Danny)

Jouisseurs quiets, ils ignorent ce que Krach veut dire, tous comme les millions d’endettés qui sont aujourd’hui jetés à la rue et qui étaient convaincus, il y a peu de temps encore, qu’ils étaient riches car ils possédaient (ou croyaient posséder) des biens immobiliers ou des valeurs mobilières (actions) ; victimes d’un jeu social désuet, divertis et désertés d’eux mêmes, abusés et somnolants, las et inertes, préférant les entretiens tarifés de Mythic ou les ami(e)s segmentés de face book (fesse bouc) à la simple rencontre dans un lieu physique.
Ce qui revient en final à faire l’amour avec une base de données multi-critères dans un monde où la misère affective et sexuelle semble être tellement grande que la confrontation à l’ordinateur est devenue la seule alternative au tourisme sexuel pour ceux qui pratiquent la politique de l’autruche et refuse de voir le monde réel autrement que dans la myopie ambiante..

Riche du ciel bleu, léchant les persiennes de fer, les nécronomistes ne craignent pas l’avenir car depuis longtemps déjà, il ont compris que c’est entouré de tous les dangers qu’il faut n’en craindre aucun.
Et c’est pourquoi, Je souhaitais vous qui si souvent m’avez remercié par vos commentaires et vos mails, vous remercier à mon tour et vous dire le plaisir de compter des lectrices et des lecteurs tels que vous.
L’inverse des autruches…

Nécronomiquement votre