11/12/2008

A vos Marques...Prêts... partez....

Les marques se sont fait connaître par leurs slogans. Il y a quelques années les consommateurs leurs prêtaient beaucoup attention mais aujourd’hui les choses ont changé et le consommateur est plus difficile à séduire.
Les Français seraient même jusqu’à 78% à se méfier des marques selon un sondage du magazine de la grande distribution, LSA.

D'ici peu de temps avec la TGD, le consommateur remarquera que le marketing crée le désir et que la consommation le tue...
Ainsi 52 % des anglaises affirment que faire du shopping est une activité beaucoup plus excitante et agréable que le sexe.

Nécronomiquement votre

10/03/2008

Achat compulsif et addiction au crédit

6605e376694583c1efafd0e28b721aa4.jpg


"Les ménages français sont aujourd’hui les moins endettés d'Europe. Or, une économie qui ne s'endette pas suffisamment, c'est une économie qui ne croit pas en l'avenir, qui doute de ses atouts, qui a peur du lendemain. C'est pour cette raison que je souhaite développer le crédit hypothécaire pour les ménages et que l'État intervienne pour garantir l'accès au crédit des personnes malades.
Je propose que ceux qui ont des rémunérations modestes puissent garantir leur emprunt par la valeur de leur logement."

Nicolas Sarkozy
Interview revue Banque avril 2007

il est curieux qu'au moment, où les USA sont en récession, que le Japon (deuxième économie du monde) y retourne,accompagné par l'Australie et l'Irlande, prouvant que la crise du crédit et le krach immobilier sont désormais sur tous les continents, aucun économiste ne rappelle à notre Président, les propos ci dessus qui démontrent à quel point sa vision économique était erronée (voir ma note du 18-11-2007).

Ce qui se passe aujourd'hui avec la multiplication des saisies aux USA (+54% cette année) et au Royaume Uni, n'étant rien moins que la conséquence de ceci pour des pauvres gens qui ont utilisés ces procédés pour "lever de l'argent" sur la valeur de leur maison et qui ont tout perdu.

Au delà de cet aspect, de récentes études de l'université de Stanford révèlent que 24 millions d'américains souffrent d'addiction à l'achat compulsif.
En Angleterre, une étude réalisée par la société Mintel démontre qu'un britannique sur 4 reconnaît une dépendance à l'achat.
Autrement dit, nous sommes devant un phénomène de l'ampleur d'une pandémie à ceci près que le dépendant n'est pas un malade mental mais un produit de l'industrie du marketing.

En cela, l'addiction à l'achat n'est pas une pathologie à soigner mais une ambition économique à soutenir par le biais d'une autre addiction :
l'addiction au crédit ainsi que le démontre le professeur Robert D Manning auteur de Credit card nation the consequences of America's addiction to credit
qui apparait dans ce remarquable film de 2006 annonciateur de la catastrophe mondiale et que ceux qui parlent anglais peuvent encore se procurer à l'adresse suivante.

http://www.indebtwetrust.com/
Dans la dette nous croyons

Bien que nous ne possédions pas d'études en France à ce jour sur ce phémonène, l'explosion du nombre de demandes à la commission de surendettement nous montre à quel point, il est facile de dépouiller les plus faibles d'entre nous.

Nécronomiquement votre

13/12/2007

No sex in the city

318324c7c9e3ee0205bedbd80bdfe71c.jpg


A une époque où le gouvernement va mettre en place un plan de prévention des addictions, il en est pourtant une qui ne risque pas d'être prise en charge, c'est celle du désir immodéré de consommer sur laquelle repose nos économies depuis très longtemps..

Ce n'est donc pas en Occident qu'il faut chercher des études sérieuses sur le désordre mental résultant de l'addiction à la consommation qui est pourtant identifiée depuis les années 90.

Une récente étude de la psychologue russe Nadezhda Yugrina dont des extraits ont été publiés dans la Pravda démontre pourtant l'étendue des dégâts.

Ainsi donc : 20 % des allemandes confessent avoir envie d'acheter tout le temps,
le pourcentage s'élève à 40 % chez les américaines.
Plus fort encore, 52 % des anglaises affirment que faire du shopping est une activité beaucoup plus excitante et agréable que le sexe.

Paradoxe suprême de cette époque, où les plus grands publicitaires ont mis le corps des femmes à toutes les sauces pour faire vendre des produits de grande consommation, le résultat aura été que la frustration sexuelle n'aura jamais été aussi grande...pour les hommes (lol).
Le Marketing crée le désir, la consommation le tue...

Nécronomiquement votre