31/10/2011

La créolisation

Il est désormais acté que nos vies ne sont que le fruit de scénarios d’économistes défunts et que le futur des agences de notations ne sera plus de donner des informations aux investisseurs mais aux immigrés mal informés qui pensent que l’Europe est un paradis économique

Sarkozy par sa façon de s’exprimer dans sa langue native donne raison à Ikea de ne plus croire aux marché du livre et autres produits culturels et de modifier ses étagères. En cela, il donne encore raison à Maaame Merkel et à l’Allemagne qui a déjà réformé à trois reprises l’orthographe de sa langue pour faciliter l’intégration des immigrés.

Pour la langue comme pour l’économie, Notre Président  n’a eu d'autre choix que d’opter pour la créolisation. Logique pour un guerrier du cap nègre. Celui qui proclamait hier que lorsqu il ne ferait plus de politique, il ferait de l’argent, se contentera de faire des ronds …dans l’eau... dans la position du tireur couché.

On appelle créolisation, l’interaction économique d’un pays dominant avec un autre : adapter un modèle mondial au goût local.

L’Obamageddon s’étant produite, le modèle anglais de Cameron de la Big Society semblant hors de portée, il nous faut donc devenir beaucoup allemand si l’on ne souhaite pas devenir comme les grecs et bientôt les portugais, un protectorat chinois et nous faire FMIsé  tous les 3 mois par une troïka. puisque nous ne serons jamais une république islamiste modérée ou l’on consomme avec modération.

Jean pierre Pernaud, spécialiste de la victoire du terroir a dû être abasourdi par le virage fédéral à gouvernance allemande de notre Président et un tel aveu d’impuissance pragmatique.

Arbeit macht frei, c’est quand même autre chose que travailler + pour gagner +…et nous sommes dans Berlin avant l’orage…

En route vers le mecca cola franco-allemand…

26/10/2011

Dis moi des maux...

 Et puisqu’on ne pouvait toucher aux paradis fiscaux, il suffisait de faire payer les pauvres...

Avantage : Ils sont plus nombreux…

Leurs dépôts en banque, c’était fait …

Rattrapé comme les amis par la faiblesse de mes moyens, je me suis donc vu retirer ma carte à débit différé pour recevoir une carte de débit immédiat, qui ne permet de retirer uniquement ce que l’on a, qui n’est évidemment pas accepter chez les loueurs de voitures et dont on se demande même si elle passe le péage sur l’autoroute…

Donnez comme nom Maestro à une carte payante pour les crevards,…Il fallait y penser…

Marketing du mépris : A la misère, ne pas oubliez de rajouter l’humiliation (un peu comme parler de l’avenir de la Grèce sans les grecs.)

Dans les cafés populaires, on ne s’appelle plus Chef mais Maestro…Traduisez « Pov type » pour les banquiers.

Et puis si les gens avaient peur de l’enfer, il suffisait de leur montrer qu’ils n’ont pas à aller le chercher bien loin. : Moins rembourser les arrêts maladie, rémunération de ceux qui ne sont pas opérationnels, augmenter la TVA qui n’aura de sociale que le nom pour faire payer les consommateurs improductifs, sans oublier la CSG qui concerne la quasi-totalité des gens et qui englobe l’attrayant  revenu des jeux dans un contexte de Très Grande Crise où l’avenir de l’homme se joue sur Equidia, à la Française des vieux ou au pantabruelique Marché du Poker en ligne bettancourtisé récemment de 143 millions.

Opération lente et délicate que cette récolte du budget de la France à venir, lavé de sa gangue de flambée noire, miséreuse et puante. L’économie n’aime pas les volte-face et quel qu’ait été le poison choisi, les années d’addictions se rachètent au sang//tuple;

Allez une petite chanson pour la route…

" La messe, je la sais pas...Le procés, j'y étais pas, le compte en banque, j'ai pas connu, les sicav non plus, j'ai pas été dans l'immobilier...

www.youtube.com/watch?v=MFrKByPKTcI

16/10/2011

Last exit to TGD

Règle nécronomique n°22 : Un homme averti connaît toujours la sortie

JPC Manuel de survie en période de TGD

Des télévisions par milliers qui traitaient le sport comme un sentiment et la souffrance comme une information, autant de principautés spatiales émises par satellite situées à la verticale du monde…L’intégration comme annoncée ne se faisait plus que par le truchement des mass media financée par la grande conso…La mission était simple :

Créer une audience,

Développer une relation avec cette audience,

Transformez cette audience en valeur en assurant la meilleure visibilité aux Marques et enseignes.

Une spéculation cathodique sur l’avenir d’une économie remise entre les mains d’un dieu qui s’est réfugié dans le frigo. Il s’agissait de vitrifier les cerveaux sans geler les cœurs et les portefeuilles qui les protégeaient. Les soirées des consommateurs citoyens ne doivent pas ressembler aux couloirs d hôpitaux.

Captain Valium twist and shot…Le rien scintillant de Wall Street est le programme de la terre. Recapitalisation … hymen reconstruit… virginité sans fin. Inonder les banques d’argent au moment où elles font sauter tous les découverts autorisés des pauvres, en espérant que de petites quantités d’argent franchissent les portes des coffre forts pour finir dans le caddy de Madame Michu et dans le crédit de LadyGaga, les deux aussi surendettées à leur niveau que la main invisible qui amène cet argent car le long tube polymorphe de l’économie digère la violence qui l’a constitué et continue de la noircir de son autre main située à l’autre extrémité.

Compte t'on  réellement créer un choc de confiance en inscrivant une responsabilité pénale des acteurs financiers dans le droit européen comme vient de le suggérer Barroso ? Il est trop tard…La TGD est là, même si les medias refusent de la rencontrer et avec elle son lot de comportements suicidaires économiquement importés : immolation, bersekisme…comme dans l’éducation nationale récemment.

La perte du bonheur est grande dans les démocraties de marché lorsque vient le temps de survivre au lieu de vivre.

 

On notera pour finir sur une note de marketing nécronomique que le pull col roulé noir de Steve Jobs est en rupture de Stock.

Eh oui …Quand la créativité se marie à l’élégance…Nous connaissions bien cela en France….où un génie du marketing appelé Balladur déposait en 1995, 20 millions d’euros issus en partie de tee shirt à son effigie que de mémoire d’homme personne ne se souvient avoir vu porter et dont le chiffre d’affaire équivalait aux ventes du Che et de James Dean sans que personne ne retrouve à dire à pareil miracle économique à la française.

L’éveil va être brutal mondial…Les berseks sont de retour...