02/02/2012

Write-off

 

« Et si le suicide économique était l’unique voie vers l’immortalité dans un monde où la crainte des dieux a été remplacée par la crainte du Marché? »

« Il n’y a pas pire destin que celui de l’homme condamné à s’appauvrir sur le lieu même de sa richesse. »

Quelle était l'énigme ? La perversité forcenée de la Money Power pouvait elle menée à la lumière que rien n'éteint... la consommation durable...???

JPC

 

 

Ce à quoi nous assistons, jour après jour, et que nous tentons d'expliquer depuis maintenant 2007, n'est rien moins qu'une période qui restera dans les livres d'histoire sous le nom de Très Grande Dépression.

Comme nous l'avions annoncé, le sauvetage de la Grèce avec une décote désormais de 70 % de sa dette en préfigure bien d'autres, car il ne s’agit plus désormais que d'éviter l’implosion d'un système où le défaut d'un pays créerait un précèdent, une brèche qui telle un éclair zébrerait le ciel et dans laquelle ne manqueraient pas de s'engouffrer d'autres pays qui doivent maintenant affronter la colère sociale de leurs peuples. C'est la raison pour laquelle, on continue d'opter pour la transfusion à celui qui souffre d’hémorragie interne et n'a aucune chance de trouver sa place dans la mondialisation. Ultime soubresaut, d'une économie globalisée sans l'accord des peuples et désormais confrontée au pire des scénarios à savoir l'effondrement généralisé de la valeur d'échange, autrement dit une dévaluation mondiale de l'argent, ce qui signifierait tout simplement la fin d'un système.

Nous l'avons déjà écrit, il faudrait que les pays émergés gagnent au minimum 30 % de niveau de vie et que les pays déclinants acceptent de perdre en contre partie aussi 30 % pour que les choses puissent réellement s'équilibrer dans une harmonie sociale.

La marché forcée vers un nouveau modèle de production n'est donc rien d'autre que la marche forcée vers une inflation souhaitée, seule garantie pour les États de pouvoir un jour rembourser leurs dettes et pour les classes moyennes de continuer à exister àprès s'être endettées au delà de toute raison portées par l'idée d'une croissance sans fin.

Nous en sommes très loin et d'ici quelques mois, l'inéluctable constat apparaîtra à tous et sans autre reprise que celles des chaussettes, la baisse des charges patronales ne fait qu'annoncer une autre baisse : celles des salaires, unique variable d'ajustement de la compétitivité. On parle alors de flexibilité ou de libéralisation du marché du travail ( fluidité, flexibilité).

Le crédit facile, l’accès à la propriété ont fait du travail une drogue dure dont le manque et les angoisses que vont provoquer sa raréfaction, ne bénéficieront cette année qu'aux labos pharmaceutiques, ce que vient de confirmer d'ailleurs le laboratoire pharmaceutique suisse Roche qui a fait état mercredi dernier de sa confiance pour l'exercice fiscal en cours.

Logique, puisque le travail en tant que valeur est sanctifié comme le chemin unique vers le bonheur et l'épanouissement de l'individu. A l'inverse, dans ce contexte, le chômage est la voie la plus sûre vers la dépression.

D'où l'expression nécronomique : «j'ai croisé le bonheur».

 

Seuls les nécronomistes survivront car ils ne tomberont pas de haut et sont déjà sortis du bilan (individual write-off).

En route vers la stagdéflation...

01/01/2012

Sociologie nécronomique

Meilleurs voeux à tous
cover_NECRObla.gif

 

Suite sondage ifop de ce jour JDD

 

Yannick Noah devance Zinedine Zidane et l'acteur Omar Sy dans le classement des personnalités préférées des Français,

 

Omar sy qui détrône Mimi Matty dans les personnalités préférées des français

Cela signifie quoi ???

1 Un black qui chasse une handicapée, c'est le classement bonne conscience des discriminés positifs économiquement et médiatiques.

2 Un réflexe post colonisateur

3 un fantasme de cohésion sociale

4 Une nation française qui se reconstitue (paradoxe de Pompéi) pour réussir dans une poussée collective une réindustrialisation et surmonter une Très Grande Dépression à venir ?

5 Rien car plus rien ne signifie rien, l'anomie hayekienne règne en maîtresse...L'école de chicago et la stratégie du choc vont triompher...

 

02/04/2010

Tournée mondiale

 

 

Jeudi 8 avril 2010 de 23h à 6h en direct

Toutes les Etoiles en parlent

 

Charles Antoni et  Jean-Pierre Crépin pour le livre "Crise et mutation"

 

Charles Antoni

Jean-Pierre Crépin

 


Avec la participation exceptionnelle de Trevor Narg

 

Dans cette correspondance d’un nouveau genre, Charles Antoni et Jean-Pierre Crépin, décloisonnant philosophie et économie, dressent un constat sévère et amusé d’un monde incapable de dessiner les contours d’une vraie politique de civilisation et contraint de muter sous l’impact d’une crise sociétale sans précédent.

L’homo economicus est-il promis au bonheur ?

Que peut-on installer de durable entre la consommation et la religion dans ce monde où la crainte des dieux a été remplacée par la crainte du marché ?

 

Pour ces deux émissions, vous pourrez poser vos questions en composant le

01 34 12 12 22 (non surtaxé)

Envoyer vos messages via le site de idFM

rubrique messages live

 

Les émissions de Jean-Claude Carton sont téléchargeables sur le site

Étoiles du Cœur