23/12/2018

Le pouvoir de Non Achat (non H.A)

 

gilets jaunes,pouvoir de non acaht,insurrection,revolte,pouvoir dachat,consommateur,producteur,anarchie

 

 

 

On savait que le crédit prolongeait la vie du système en tant que tel ainsi que celle des consommateurs. L’establishment découvre maintenant affolé que le crédit prolonge aussi la vie des producteurs autrement dit des travailleurs pauvres. Le fameux « payer pour travailler » que j’évoque si souvent.

Je vous répète souvent aussi qu’Il n’est pas pire destin que celui de l’homme condamné à s’appauvrir sur le lieu même de sa richesse, c’est la vérité.

Fut –il que nous soyons gouvernés par des gens hors sol pour que personne n’aient fait de calcul pourtant simples : Un déplacement régulier vers le travail en voiture à 20 km de chez soi coûte environ 300 euros par mois, c’est-à-dire ampute d’un quart un salaire au smic. Si l’on rajoute à cela le racket des contrôles techniques et les frais divers, on peut estimer le cout d’une voiture à 4000 euros par an. Chiffre à comparer au salaire médian (environ 1800 euros) et au smic (environ 1200 euros), montants rarement dépassés par les catégories populaires de cette France périphérique où les salariés à temps partiel et les allocataires de minima sociaux sont très nombreux.

Bref, la mobilité à un coût.

 On peut prendre conscience de l’avenir de ce genre de vie dans un pays comme le Brésil,  où l’entretien de la voiture peut être réglé en trois fois, et où les stations d’essence ne se font pas concurrence sur les prix du carburant, mais sur l’encaissement des chèques – à 90, 180 jours…

 

Au pouvoir d’achat, les nécronomistes opposent le pouvoir du Non-Achat (Non H.A)

En route vers le Grand Effondrementgilets jaunes,pouvoir de non acaht,insurrection,revolte,pouvoir dachat,consommateur,producteur,anarchie

13/12/2018

L"économie selon les nécronomistes

 

 

 

payer pour consommer,captal,effondrement,choc,emeute,gilets jaunes,ecologie,evolution,revolution consumeristeDans la plupart des régions du monde et dans tous les pays industrialisés sauf un la consommation fait du surplace par manque massif de pouvoir d’achat. Les États-Unis sont cette exception. Là-bas c’est l’effet inverse, seule la consommation de masse toujours croissante soutient la conjoncture alors que l’exportation stagne et que l’on accepte des excédents d’importations dantesque. C’est le miracle de cette économie vaudou, expression employée par Georges Bush pendant la campagne de 1980 pour qualifier la politique économique de Ronald Reagan.

Cette même économie vaudou qui génère les consommateurs zombies tels que je les évoquais en 2008 (en même temps que les taux zéro qui étaient à venir et dont on ne parlait pas encore…). Une situation où les dépenses publiques sont réduites où les transferts sociaux diminuent où les prix augmentent et les salaires n’augmentent pas. Autrement dit une situation où l’économie est financée par des ménages qui s’endettent via des crédits conso.

Si l’on considère comme moi (et d’autres) que le capitalisme est le régime dans lequel l’activité productrice et les produits ne servent pas à satisfaire des besoins, mais à alimenter le cycle incessant du travail qui valorise le capital et du capital qui emploie du travail, on en arrivera à déduire en poursuivant le raisonnement que ceux qui s’endettent via les crédits conso payent en fait pour travailler et pire encore payent pour valoriser un capital qui n’est pas le leur…vous me suivez ???

Raison pour laquelle, j’ai toujours soutenu la thèse selon laquelle, nous devrions au minimum être payés pour consommer et au maximum toucher un intéressement sur les profits que l’on génère via cette consommation.

Vous me suivez toujours ???

Bref, il faut inverser le processus sinon nous allons vers l'effondrement programmé dont je vous parlerai prochainement.

payer pour consommer,captal,effondrement,choc,emeute,gilets jaunes,ecologie,evolution,revolution consumeriste

 

 

 

 

 

11/12/2018

La question nécronomique du jour du jour

1523639309_2.jpg2516915843.jpg

 

 

Le mouvement des gilets jaunes est-il un mouvement de consommateurs ou un mouvement de producteurs ?

 

 

 

J’écris sur une explosion. L’explosion des travailleurs pauvres. L’explosion du mécontentement dans un arc en ciel nécronomique où se confondent suivant les sensibilités : Gilets jaunes, colère noire, peste brune, verts de terre, yeux rouges lacrymogènes.

 

Le discourt ambiant de la Money Power que l’on ne peut rien faire ou très peu à à cause des déficits publics omet le fait que c’est la finance privée, crise de 2008, qui a obligé les États à accroitre cette dépense pour sauver l’économie. Cette même crise qui a fait chuter les recettes fiscales et augmenter les dépenses sociales et donc creuser les déficits. Pendant toute cette période, le nombre de chômeurs ayant explosé les embauches se sont faites sur la base de bas salaires sous la pression de la concurrence libre échangiste et la rentabilité actionnariale.

Le bilan de l’opération, nous le constatons aujourd’hui avec aucune autre solution que le surendettement des ménages via le crédit conso. Le travail seul ne permettant plus de survivre.

C’est pour cela que les nécronomistes pensent que le mouvement des gilets jaunes est un mouvement de consommateurs portés  par des producteurs.