12/04/2020

Les Nécros du jour

news necronomiques,necronomie,futur crise,récession,très grande dépression,fin capitalisme,macron,coronavirus,covid 19;chomageDans les économies industrialisées, où environ 70% de la main-d’œuvre est employée dans les services, d’innombrables entreprises dans une myriade de secteurs d’activité échoueront dans un effondrement financier continu qui éclipsera la Grande Dépression.
Cela concerne l’ensemble des 47 millions de travailleurs américains qui seront bientôt licenciés – avec un taux de chômage explosant à 32%. De même, Oxfam a averti que d’ici à ce que la pandémie ne se termine, plus de la moitié de la population mondiale de 7,8 milliards de personnes, pourrait vivre dans la pauvreté.
https://www.businessinsider.fr/us/fed-unemployment-foreca...
Selon le scénario le plus optimiste de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) pour 2020 – qui sera certainement dépassé avant la fin du printemps – le commerce mondial serait réduit de 13%. Un scénario plus réaliste et plus sombre de l’OMC voit le commerce mondial chuter de 32%.
Quant à la Money Power, Goldman Sachs voit un arrêt sans précédent de l’activité économique, avec un recul du PIB américain de 24 % au deuxième trimestre Les économistes de Goldman Sachs prévoient une récession historiquement forte et rapide, le PIB du deuxième trimestre s’effondrant de 24 % après un recul de 6 % au premier trimestre ». L’économiste de GS prévoit une nouvelle baisse du PIB de 5% au deuxième trimestre.
Bloomberg n’est pas en reste au niveau bonne nouvelle :
Les prêteurs immobiliers se préparent à faire face à 15 millions de défauts de paiement de prêts hypothécaires aux États-Unis« . C’est ce qu’affirme Bloomberg (2 avril), ajoutant que « les défauts de paiement des prêts hypothécaires seraient bien au-delà de ce qu’on a connu en 2008 ». Les prêteurs hypothécaires se préparent à la plus grande vague de défauts de l’histoire.
https://www.bloombergquint.com/onweb/home-lenders-brace-f...

09/04/2020

Manifeste pour une récession

Et Puisque nous sommes depuis hier en récession depuis hier, republication de mon manifeste pour une récession de 2008


Rien ne change, mais l’économie, de doucereuse et banale devient belliqueuse et brutale. La récession approche.
Elle est apprivoisée par satellite et sur les écrans plasma des salles de rédaction, masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, muselée par la machinerie méthodique des médias et des pouvoirs politiques qui refusent de la rencontrer.

Le lecteur de 60 millions de consommateurs se souvient il qu’il est mortel ?

La récession pourtant, est la mesure universelle. Elle tombe derrière la lumière d’un projecteur noir sur l’orchestre de l’économie mondiale: c’est la récession, qui bien inspirée défie, déchire, divise ou déflore le no man’s land de la fade éternité de la consommation.
Car privée de son projecteur noir, l’économie n’est plus que ce les medias en font : une nausée sans fin, balisée ça et là de quelques accidents.
Quelques millions d’américains, jetés à la rue pour avoir voulu aller au ciel de la consommation, des flux migratoires qu’il nous faut, à la fois, stopper et attirer sans contradictions.
De richissimes fonds souverains aux dollars nimbés d’essence secourant les grandes banques américaines,
est cela la récession ?

La récession est l’ultime rempart d’un monde vidé de sens où dans les grandes métropoles, on peut croiser des femmes voilées et des fillettes qui portent des wonderbras, moments uniques où la religion croise la consommation sans même reconnaître qu'elles réprésentent les facettes d'un même monde en dégénération..

C'est la récession qui redonnera du sens à la vie, en cela, elle n'a pas de prix et il faut refuser sa dévaluation.

Nécronomiquement votre

 

08/04/2020

Le retour de Helicopter Ben

 

39fa61d1849e2af58cc7b8c1143bb443.jpg

Helicopter Ben, Bernie la plante est de retour

Au cours d’une interview, l'ancien président de la Fed, Ben Bernanke, a suggéré que le PIB américain pourrait diminuer de 30% -plus annualisé au T2 (tout en minimisant les comparaisons entre les fermetures et la Grande Dépression, bien qu'il pense que nous pourrions voir une crise de marché émergente et une récession mondiale ;
Il estime qu'une grande partie de l'explosion récente du bilan de la Fed est temporaire, qu'il y aura plus d'aide budgétaire à venir, et a déclaré que "la Fed peut essentiellement prêter à n'importe qui" sur la base de ses pouvoirs d'urgence.
Enfin, Bernanke a admis qu'il ne s'attend pas à une reprise brutale de l'économie en "V".

sur ce dernier point, il a raison, nous avons tjrs dit sur ce blog que nous nous dirigeons vers un L. Il n'y a que les allumés de BFM BUSINESS qui croient au rebond magique. Normal, c'est leur business de réanimateurs anésthésistes.