05/01/2012

Pas de mutation sans dépression...

Comment  faire pour que les gens travaillent plus et  plus longtemps dans un pays à fort taux de chômage ?

Comment faire pour transformer des fonctionnaires, des chômeurs,  en géniaux exportateurs de machines outil s bulle verte  pour imiter le modèle allemand ?

La formation ?  Comme le propose notre Président ?

C’est trop tard, il aurait fallu former bien avant…Car ce n’est pas de formation dont il est besoin mais d’un changement de mentalité et aucun changement de mentalité ne peut se faire  en moins de dix ans hors stratégie du choc.

En gros, il s’agit simplement de nous expliquer qu’il faut travailler plus et plus longtemps mais que comme le travail n’est pas encore là, de se former à ce que la classe administrative  pense être l’avenir  (la même classe qui vient pourtant de démonter à quel point, elle ne voyait rien venir).

A ce stade, on peut se poser la question de la légitimité…Surtout d’une classe administrative transformée en VRP chargé d’aller vendre l’attractivité du territoire et le savoir faire français aux investisseurs étrangers et le tout sans parler anglais….Seuls les politiques sont dispensés de formation.

La mutation en bas n’est donc possible que par la mutation en haut de la pyramide

On ne transforme  pas des ouvriers en bâtiment en ingénieur Airbus et des ministres français en génie du marketing en moins de dix ans.

Raison pour laquelle, il ne peut y avoir de mutation sans dépression.

28/12/2011

Un petit résumé avant le grand splaaash

 

Une banque centrale qui prête aux banques qui en retour y redéposent leurs excédents ne trouvant nulle part où investir.  Il apparait  désormais à tous que l’argent est ce qui manque le moins.

Alors que se passe-t-il ?

Les investisseurs n’ont plus confiance dans les citoyens des pays :

" Les citoyens eux-mêmes n’ont plus confiance dans leur pays: la preuve : leur jeunesse se barre massivement (Irlande, Grèce Espagne,…Faudra en plus payer la retraites de leurs vieux qu’on rien foutu si ça continue…"

Les investisseurs n’ont plus confiance dans les consommateurs : 

« Salaud de pauvres…Sans dépenses publiques et sociales, ils n’y arriveront pas…Ils sont gros parce qu’ils mangent mal…Va falloir mettre le hamburger et les sodas à 100 Euros pour qu’ils comprennent l’incidence et le coût que cela a sur les dépenses de santé…et c’est comme ça sur tout puis qu’on leur a vendu que de l’inutile lucratif ces trentes dernières années. »

Les investisseurs n’ont plus confiance dans les travailleurs : 

« Ils ne sont pas assez flexibles,…Ils ne veulent pas assurer leur employabilité en se formant tout au long de leur vie, dans certains pays, il faut même les payer lorsqu’ils ne travaillent pas…Ils veulent que le travail soit aussi durable que la consommation qu’on veut leur vendre pour créer une bulle verte qui les sortirait de la crise et nous permettrait de faire un max de profit en vendant du Durable/Jetable/Consommable. Eh oui... Si c’était vraiment du durable, on ne le consommerait qu’une seule fois et nous serions alors sur un Marché scorpionesque où en consommant, on meurt en tant que client. C’est pour ça qu’on a inventé la croissance verte perpétuelle dans un monde aux ressources limitées. Mais bon, allez leur expliquer...C'est pourtant simple...»

 

Les investisseurs ne croient plus aux BRICS… 

« En Chine, leur bulle immobilière vient déjà d’exploser, c’est comme leurs produits, ça dure moins longtemps…En plus ça prend du temps de transformer des paysans en bobos, faut au moins attendre 2025 pour que leur consommation intérieure supplée leur exportation et que ça équilibre le reste du monde qui en est à vouloir se réindustrialiser pour avoir des travailleurs localisés dans leurs propres pays.... En Russie, ils en poutinent plus les ingrats… »

 Bref, vous l’avez compris, chers amis nécronomistes, nous venons de franchir allègrement l’étape dite de la dernière porte avant la cave et nous nous dirigeons en sur accéléré vers la dernière étape qui fera de cette magnifique récession, une Très Grande Dépression. A savoir la fameuse trappe nigaud à liquidités. Celle de laquelle le Japon n’est jamais sorti…Règle nécronomique « en période de crise même les billets font la planche…

Nous voilà dans les livres d’histoires

Nccronomiquement votre

19/12/2011

Labellisation, dernier tango et retour vers le passé

A Gabryhell (puisqu'on y parle de guitare) et à sa petite famille

 

Après avoir combattu le racisme uniquement pour des raisons économiques, après avoir détruit l’Etat nation, uniquement pour combattre le nationalisme, voici donc que les politiques droites et gauches confondues redécouvrent l' importance de l'identité nationale : Produit en France, Made in France, bref Né en France…On s’étonnera après cela des dégâts dans l’opinion publique qui comprend maintenant que la seule protection contre la mondialisation est le localisme.

Ce nouveau pas de tango, en avant/en arrière, devra donc s’accompagner de deux autres pas sur le modèle révolution /régression : La réindustrialisation et la sortie du primat de la consommation sur la production.  Autrement dit refaire de l’usine, l’antichambre obligatoire de l’hypermarché , mission autrefois accomplie par les dépenses publiques et sociales.

L’autre versant économique de ce retour vers le passé consistant a créer de toute pièce un tissu de TPE/PME constitué pour l’essentiel d’une armée de chômeurs et de rsistes, financée à coup de micro crédit ou de fonds qataris, sur les visages desquels, on aimerait lire le bonheur de ceux qui aux prises avec toutes les difficultés ne renoncent jamais à vivre pour tendre vers ce qu’il y a  de plus beau : Le modèle allemand.

A ceci près que ce modèle si magnifique, nous aimerions le voir financer par la planche à billet mais que la très orthodoxe Maaame Merkel considère que l’investissement européen doit  être désormais uniquement financé par l’épargne quitte à ce que la mutation se fasse sur 10 ans. Ce en quoi, elle n'a pas tort puisque dix ans, c'est effectivement le ticket minimum pour changer les mentalités et le business model d'un pays surtout quand celui ci a été entretenu dans le virtuel comme c'est notre cas.

Ce n’est pas un hasard si celui qui est considèré par ses pairs comme le meilleur ministre des finances européen actuel, le suédois Anders Borg est un ancien guitariste punk libertarien.

De son passé de guitariste, il aura compris qu’il arrive que parfois le problème ne vienne pas du manche mais de l’accordeur (une réflexion toute Strauss kahnienne). Raison pour laquelle, la Suède a gardé le contrôle de sa monnaie.

Christine Hagarde retrouvant la vue pouvait annoncer l’imminence d’une TGD que nous annonçons depuis des lustres,, rien n’y ferait… 2012 serait l’année du carnage annoncé.

Nécronomiquement votre