19/08/2011

Histoire nécronomique chinoise

A ken Barouin et barbie Pécresse qui serre les fesses, y a rien qui presse … et à tous les TGDistes convaincus...

Connaissez vous cette vieille histoire Hongkongaise (déjà publiée sur ce blog) ?

Deux souris arrivent dans une pièce par un trou, elles ont très faim. Elles aperçoivent de l’autre coté de la pièce un bout de fromage. En tournant la tête, les deux souris s’aperçoivent qu’au milieu du couloir qui mène à la pièce, se trouve un gros chat nommé AAA devant lequel il faut passer pour accéder au morceau de fromage.

La première souris regarde fixement le chat triple A et tétanisée par la peur, incapable de bouger, reste sur place, maigrit puis meurt de faim (désendettement et hyperinflation des matières premières, émeutes de la faim, Très Grande Dépression).

La deuxième regarde aussi le chat mais décide qu’il faut passer outre, se nourrir étant plus important (croissance par Europlanche à billet et taux zéro), elle traverse donc à fond la pièce et se jette sur le fromage, une tapette se refermant sur elle (Trappe à liquidités…Les consommateurs ne consomment plus, les investisseurs n’investissent plus…)

Moralité : Le chat triple A, on s’en fout, c’est pas lui qui nous fera mourir.

07/08/2011

En route vers le châtiment des neufs orifices à la japonaise

Vous serez puni par tous les orifices par lesquels vous avez consommé...

 

A mon avis, il doit lire Nécronomie :

Figaro du 6 aout

Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, Mounis Hassim explique pourquoi la baisse de la note des États-Unis menace l'économie mondiale. Un scénario à la japonaise se dessine.

Cela fait penser au Japon, il y a vingt ans...?

Exactement, on est en plein dans le scénario à la japonaise. Les États-Unis pourraient entrer dans une situation de trappe à liquidité dans laquelle s'est embourbé le Japon dans les années 1990, sans ne jamais vraiment s'en sortir. Les taux étaient à zéro et la croissance atone, tandis que les prix baissaient, laissant le Japon pris au piège. Aux États-Unis, la Banque centrale américaine, la Fed, n'est aujourd'hui plus capable de soutenir l'économie américaine, qui ne s'est pas vraiment remise de la crise, à en croire les dernières statistiques. La croissance pour 2011 s'annonce moindre que prévu, malgré le soutien monétaire géant qui a été déployé. Reste à voir si cela se traduira par une déflation (baisse des prix) ou si l'inflation fera son retour. Le meilleur des scénarios serait le deuxième, pour éviter que les États-Unis ne vivent une «décennie perdue» à la japonaise.

Note du 18 12 2008  (deux ans et demi auparavant...ce qui en dit long sur notre avance...)

.

http://necronomie.blogsmarketing.adetem.org/archive/2008/...

 

17/07/2011

Soyons créatif...The next step avant la cave

Une idée fait son chemin depuis plusieurs jours: donner à la Grèce les moyens, via le Fonds de secours de la zone euro (FESF), de racheter une partie de sa propre dette publique sur les marchés. Avantage: elle ne vaut plus aujourd'hui qu'un peu plus de la moitié de sa valeur d'origine. Le ministère allemand des Finances estime qu'Athènes pourrait ainsi réduire sa dette de 20 milliards d'euros, affirme l'hebdomadaire Der Spiegel à paraître lundi.

Commentaire :

Cette technique nécronomique n’est hélas valable qu’au niveau d’un pays mais pas de ceux qui l’habitent. Imaginez que l’on prête de l’argent avec un petit intérêt aux surendettés pour qu’ils rachètent eux même leurs crédits à la conso avec une décote de moitié.

La conséquence logique, c’est que plus personne n’accepterait de payer le prix total de peur de passer pour un gogo, sachant qu'à l’arrivée l’écart d’économie est aussi important.

Autrement dit ce nouveau plan de sauvetage n’est pas près de rassurer les agences de notations. Il faut donc passer à la dernière étape du Pipoti Pipota avant de passer à la trappe à liquidités (voir notes derniere porte avant la cave etc...). C'est-à-dire créer une agence de notation européenne qui nous permettra de nous mettre nous-mêmes les notes version on est jamais si bien servi que par soi même.

Ultime mascarade nécronomique pour rassurer les investisseurs qui ne vont plus décoller de l'or et des matières premières.