23/11/2013

Punks not dead et hiver de force

 

A Paris fin 2013, l’ hiver de force et sa masse de plans sociaux faisait son entrée.

Les Experts en démontage d’illusions ((dont je fais partie), devenus dès lors princes en exil dans leur propre pays croisaient les marchands de charbons et les autres routines en question dans une ambiance de retour aux années de plomb et de dézingage des institutions.

 A Thor ou à déraison…

 

Les dentiers des rentiers et  l’Allemagne saluaient ses héros du job à 1 euro en leur promettant un salaire minimum et ainsi participer à la grandeur de la nation en venant gonfler la demande intérieure et surtout faire taire les détracteurs qui prétendent comme les USA que la croissance allemande s’effectue au détriment des autres pays.

 

 L’Espagne où la retraite se prenait  à 67 ans s’apprêtait à voter une nouvelle réforme prévoyant d’indexer les pensions sur la croissance et l’espérance de vie. Plus on vivra vieux moins on gagnera.

 Les retraites en cloche précèdent les salaires en cloche (diminution au fil du temps et de la présence en échange de ne pas être viré) car  on finira par penser à juste titre que plus l’on vieillit plus nos besoins diminuent et que ce que l’on prolonge n’est pas la vie mais la vieillesse. Un train de vie est aussi un train de mort et par conséquent le marché de la dépendance à la vie ne peut être réservé qu’au plus nantis d’entre nous.

 Etait cela l’unique moyen d’éviter les émeutes transgénérationnelles quand pour le reste de la population, et ceux qui pouvaient rester dans la compétition, la déflation salariale régnait en maitresse tyrannique ?  Il ne s’agissait plus d’euthanasier papy mamy mais de vivre sur leurs retraites.

Loi du score oblige, les Market friendly  n’avaient qu’un souhait l’espagnolisation de la France.

La bulle verte ne pouvant pas décoller, l’écotaxe en étant la parfaite illustration, ne restait plus qu’à faire le choix entre les vivants et les morts comme les sociétés de transport.

 Et apprendre par des mots à gérer une schizophrénie…

La promesse d’un monde meilleur était-elle suffisante pour convaincre la légion des damnés que l’on avance bien mieux le ventre creux pour sauver ses enfants ?

La génération ninja no income, no job, no asset devenait une génération perdue entre le gaz de schiste et le gaz de shit.

Le ministère de la propagande du redressement industriel pouvait tenter d’expliquer le pacte faustien qui nous était proposé A savoir que ce que nous gagnons en tant que consommateur nous le perdons en tant que travailleur. Nous ne pouvions plus acheter français condamnés que nous étions comme les autres pays d’Europe à nous appauvrir sur le lieu même de notre richesse.

 

PS

Séquence musicale que vous ne trouverez pas dans les échos :

Daf  redevenait à la mode en refusant par anticipation la transfusion et les conseils obamesques.

http://www.dailymotion.com/video/x1v5bi_daf-der-sheriff_m...

Richard Hell pouvait aller en enfer avec la génération vide

http://www.youtube.com/watch?v=TP3x-VdOb44

 

 

08/03/2012

Cheikh au porteur...

A Alex, Tartocassix, Gabelle, en réponse aux commentaires de la note ci dessous...

Suffisait il Angkor de dire que l'argent mûrit dans les coffres aussi sûrement que le moine dans son monastère (modèle allemand luthérien) à une époque ou le Djihad affrontait Mac Intosh et où l'augmentation du goût de la vie n'arrivait plus à se substituer au ce que l'on appelait autrefois le pouvoir d'H.A (shashin) ?

 

Pronostik : Aux bas mats, aux bas maux sera réélu...Pour le reste we play together we pay together (le coup du c-nario...).

 

Ce ne sont pas Roosevelt et le New deal qui ont vaincu la première TGD, c'est la guerre...Cheikh au porteur de mauvaises nouvelles....

 

 


cover_NECRObla.gif

01/02/2012

La citation nécronomique du jour

« Il faut arrêter que n’importe qui dise n’importe quoi n’importe comment ».

Capitaine Courage Compétitivité  (les 3C) dans son allocution familiale télévisée

 

" Mais après tout, dit le requin, pourquoi critiquer avant de savoir ? Mon franc-parler ne m'empechêche pas d'avoir un coeur en or. Ce ne sera peut être pas pas si terrible, tout compte fait. Pendant que je vous avalerai, vous oublierez que vous êtes en train de vous noyer; la noyade vous empêchera de réfléchir au fait que je vous avale, et comme je devrai sans doute vous déchiqueter à belles dents, votre attention risque d'être à ce point sollicitée pas ses diverses réjouissances que vous n'aurez guère le temps d'éprouver la moindre souffrance physique."

HG Wells

(Mr Blettsworthy dans l'ile Rampole)

PS : Vivement les 3 D : Dépôt de bilan, Divorce, Dépression.