19/04/2009

Du RSA à GOMORRA

Comme le souligne Max weber, dont l'œuvre inspira un temps, les vœux de notre président.. La communauté de Marché en tant que telle, est le plus impersonnel des rapports de la vie pratique dans laquelle les hommes peuvent se trouver. Le Marché est en opposition complète avec toutes les autres communalisations qui présupposent une fraternisation personnelle. Il est à noter toutefois qu'en pareille crise, l'économie parallèle est tolérée dans certains pays. Notamment chez nos voisins du l'Europe du sud , où l'économie parallèle concerne parfois 1 personne sur 5 dans des petites villes et des personnes qui au long de leur vie durant n'ont jamais travaillé dans l'autre société. Bref, des auto-entrepreneurs de proximité mondiale justifiant parfois de plus trente ans d'expérience. La Grèce ayant été pionnière dans la crise sociale (comme dab), il convient d'observer attentivement sa situation pour comprendre la façon dont le pays résiste à la crise. Si dans les mois qui viennent, par malheur, l'économie grecque venait à perdre ses deux piliers économiques principaux : Transport maritime et tourisme, ce qui ne paraît pas invraisemblable au train où vont les choses, l'équilibre économique de la nation ne reposerait que sur le dernier pilier : L'économie parallèle : évaluée officiellement à 1/3 du PIB du pays. Raison pour laquelle, il ne faut jamais oublier qu'en période de crise ou de TGD, l'économie parallèle est quand même une économie et qu'à ce titre, elle joue un rôle de stabilisateur social car sans elle, il n y aurait plus rien. Les gouvernements des démocraties de Marché, préférant en pareil cas, le désordre organisé au désordre incontrôlé. Surtout quand on a plus les budgets pour faire fonctionner la justice et la police. En cela, notre pays est différent car pourvu d'amortisseurs sociaux comme le RMI, le RSA, les emplois aidés, les emplois sur-aidés, les associations à but non lucratif et récemment le statut d'auto-entrepreneur qui devrait séduire plein de jeunes et plein de seniors, les grands exclus du marché de l'emploi (champion d'Europe)s Le RSA démontrant son inefficacité en période de licenciement. Ce qui est d'une logique absolue car pour le RSA, il faut un emploi... Faut il le rappeler, les pays qui résistent le mieux aux crises sont ceux qui réduisent leur productivité donc préservent des emplois existants. C'est plus de cela qu'il faudrait s'occuper plutôt que d'attendre benoitement une reprise avec des mesures et des dispositions dont on ne verra l'efficacité que le jour ou la reprise sera là... Ne comptez pas sur les promesses de reprise avant qu’elles ne soient tenues comme dit l'ami Krugman. En pareilles circonstances, nul doute que l'on célébrera bientôt a coup de cocorico, le coté entreprenarial des français qui souscrivent en nombre au statut d'auto entrepreneur de proximité mondiale, alors qu'il s'agit simplement pour la plupart de survivre dans un monde où le travail salarial est amené à se réduire massivement. Le statut d'auto-entrepreneur étant la dernière porte avant la cave de l'économie parallèle. Rappelez vous... Il y a deux ans , la plupart des économistes traditionnels niaient tout simplement la possibilité d'une crise... En 2008, il disaient 2009 pour la sortie de crise, en 2009, ils disent 2010 et ainsi de suite... En 2010, lorsque l'on leur fera remarquer que nous ne voyons toujours pas la reprise, ils nous expliqueront que c'est normal car c'est une croissance molle qui ne peut se voir à l'œil nu sans télescope économique...et sans observer la Chine. La vérité, nous la connaissons, cela ne repartira qu'avec la bulle verte. Obama l'a bien compris. Nous autres, nécronomistes, pratiquons la Macro-économie dans la rue. Ce qui fait une grande différence dans la façon de percevoir la période. Jusque là, nous avons su beaucoup mieux qu'eux l'appréhender dans ses conséquences. Nécronomiquement votre

15/03/2009

De la Désinflation à la Stagdéflation



973485698.jpg
De la désinflation à la Stagdéflation

Vous le constatez la désinflation est partout en Europe.
Pendant quelques mois, les gouvernements, seule bonne nouvelle qu'ils peuvent annoncer, vont faire des cocorico sur la baisse des prix de ceci ou de cela, imputant le résultat à leurs actions.
Ce n'est pas le cas....Nous sommes simplement à la lisière entre la désinflation et la déflation dans une économie récessive.
Autant le préciser à ceux qui nous attendent la reprise ou le miracle économique.
Les bourses mondiales sont comme un enfant hydrocéphale qui sans cesse tombe , se relève et fait quelques pas...avant de retomber....

Il n'y aura pas de reprise tant que /
l'immobilier continuera de baisser
le chômage augmentera
on aura pas ouvert les livres de comptes des banques...

Tel que cela a été pratiqué au Japon( qui a connu cette situation bien avant nous : imaginez que l'immobilier du japon a valu autant un moment de l'histoire que tout l'immobilier du territoire américain) par Koisumi , un vrai libéral (donc qui connait bien le système) afin d'identifier chaque produit toxique...sinon nous sommes condamnés à renflouer des banques et des assureurs qui chaque année vont dévaluer leurs actifs...
la seule question qu il faut se poser est : comment le faire (techniquement) sans les nationaliser ???
BanzaÏ TGD

Nécronomiquement votre


01/03/2009

DOKTA OBAMA

Connaissez vous l'histoire du petit Nicolas, génial sprinter parti pour rattraper tout le monde dans un marathon parti 60 ans auparavant alors qu'il n'était pas né et qui, alors qu'il franchissait la ligne d'arrivée, vit s'effondrer ce en quoi, il avait cru toute sa vie... Le modèle US...

C'est l'histoire de notre pays et l'histoire,hélas, de notre Président, ainsi débarrassé de tout socle idéologique...

Si l'on s'attache à comprendre le plan de relance de Barack Obama (relance de la consommation à outrance), augmentation massive des impôts a partir de 250 000 dollars par an, suppression de niches fiscales et chasse fiscale (voir l'épisode des comptes en suisse ou il demande l'identité des 52000 américains possesseurs de compte chez UBS...Tiens curieux, en France, on a pas entendu de voix se lever pour réclamer la fin du secret bancaire...)
Si l'on ajoute la couverture sociale pour tous et si l'on en prend en considération ses promesses comme réduire l'endettement du pays de moitié afin de ne pas laisser trop de dettes aux enfants et aux petits enfants,
Il est aisé de constater que non seulement les USA font les choix inverses de la France mais mieux encore que nous assistons ni plus ni moins qu'à un changement de régime aux USA.

Pour simplifier, ils veulent commencer à faire comme nous (en mieux car ils nationalisent les banques) au moment ou nous voulons commencer à faire comme eux dans l'ancien modèle...

C'est ce qu'on appelle chez les nécronomistes, croiser le bonheur...