27/05/2008

Carla, Nicolas, Michel et les autres

PARIS (AFP) - Les ventes de logements neufs sont tombées de 27,9% sur un an au premier trimestre 2008, pour s'établir à 26.700 unités, et le niveau des stocks n'a jamais été aussi élevé, ont annoncé mardi les services de l'Equipement du ministère de l'Ecologie.

Jamais dans l'histoire du pays, il n'y a eu autant de logements vides, jamais, nous n'avons connu de telles difficultés pour se loger.

La raison en est simple : Les promoteurs immobiliers gagnent d'avantage à abandonner jusqu'au délabrement une maison dont l'espace vide à un prix sur le marché réalisable à tout instant, tant que les loyers de locataires vivants et remuants demeurent inférieurs à la valeur spéculative du bâtiment.

En clair, nous avons construit des maisons pour faire de la plus value et obtenir des avantages fiscaux (loi Robien, loi Besson) pas pour les louer...


Venant d'apprendre que la première dame de France allait interpréter sur son nouveau disque une chanson de Michel Houellebecq (que peut elle comprendre
à son univers...!!!)

je ne saurai que trop lui conseiller de reprendre le titre "plein été" où figure ma phrase préférée :

"j'aimerai retrouver l'espérance en achetant des meubles..."

Vive le Krach immo...

Nécronomiquement votre

26/05/2008

Participation ou soumission ?

Heures supplémentaires, participation, intéressement ne sont en fait que des dispositifs visant à ne plus augmenter les salaires fixes donc à ne pas engendrer une spirale inflationniste supplémentaire prix/salaires.
L'objectif étant de lié de plus en plus la rémunération aux résultats des entreprises quitte même dans les cas extrêmes à transformer les salariés en VRP, méthode qui a fait ses preuves notamment au Japon, où Toyota a pu se redresser dans le passé en "recyclant ses ouvriers en commerciaux chargés de vendre une voiture au moins dans leur entourage familial (comme dans les assurances ou l'on forme des commerciaux (payés à la commission dont on sait qu'il ne vendront qu'une police ou deux dans leurs familles mais qu'importe car on conserve après les clients à vie).
La vie du salarié doit devenir celle de son entreprise et le salarié doit vivre
en partageant les risques de son employeur.
Ainsi en a décidé le marché.

Il faut se faire à l'idée que désormais les bas salaires fixes, la suppression des avantages sociaux, s'affichent dans les cours de bourses internationaux et dans le taux de croissance des pays.

Nécronomiquement votre

24/03/2008

Jean-claude Trichet, David Ricardo et l’inflation.

7e80adc14146549273c484e6ea12d5c3.jpg

David Ricardo

La lecture du journal du dimanche et de l’éditorial de son rédac-chef Jacques
Esperandieu (un nom de circonstance…) nous démontre que le message que je porte depuis plus d’un an dans ce blog, commence à poindre dans l’opinion publique.

la planète tout entière est-elle au bord d'une catastrophe économique, financière, monétaire comme elle n'en avait pas connu depuis longtemps?
Difficile désormais d'écarter cette sombre perspective. Surtout devant l'incapacité persistante des autorités compétentes à trouver des solutions
durables pour faire face.
Une (petite) lueur d'espoir dans cet océan de catastrophes?
La France pourrait résister un peu mieux au choc grâce à une consommation des ménages soutenue. A condition que, comme prévu, la poussée inflationniste se calme au second semestre.


Alors là, mon cher Jacques, vous portez véritablement bien votre nom…
Car espérer est une chose, y croire en est une autre et je ne saurai trop vous conseiller de parfaire votre culture en relisant l’œuvre de David Ricardo (1772-1823), théoricien économiste autodidacte mais suffisamment praticien pour être retraité à 42 ans. auteur entre autres du remarquable ouvrage :
Le cours élevé du lingot, preuve de la dépréciation des billets de la banque (1810)
Dans le Bullion Report remis à la Chambre des communes en 1810, Ricardo dénonce l'émission excessive des billets de banque, source selon lui de l'inflation. Il préconise que l'émission de monnaie soit limitée par le stock d'or, afin d'en garantir la valeur.
Pour remettre les choses et les siècles en perspectives, je ferai simplement remarquer la chose suivante :
Avant la crise bancaire, la création monétaire mondiale progressait au rythme de 20 % par an. Un niveau INVRAISEMBLABLE, qui équivaut à une inflation de 12 à 13 %, compte tenu d’une croissance économique mondiale de 5 %.
Hors depuis, La Fed et Bernanke aka Bernie la plante ont encore plus fait fonctionner la planche à billets pour sauver les potes de la Money power, banquiers et fond d’investissements.
Créant ainsi potentiellement entre 15 et 18 % d’inflation.
Pour l’instant, Jean-claude Trichet gouverneur de la banque centrale européenne a su résister à Sarkozy et à certains gouvernements européens qui le poussait à appuyer sur le bouton du détonateur de la baisse des taux, grâce notamment au soutien d’Angela Merkel.
Ainsi, nous avons pu être protégé (mais oui...) de l'hyper-inflation pour ne connaître que l'inflation (et déjà ça gueule !!!)
Les Américains ayant pris l’habitude depuis 60 ans de faire payer leur casserole au monde entier, ont déjà prévenu via Bernie la plante qu’ils continueraient, si besoin était, de baisser les taux, ce qui dans un futur très proche presque immédiat va contraindre Jean-Claude Trichet a appuyer à son tour sur le bouton du détonateur, car il ne pourra résister très longtemps à la pression des pays exportateurs de l’Europe pénalisé par la parité Euro/Dollar et à la Présidence européenne de Nicolas 1er.
Si cela était (et cela sera) plus rien ne protégera l’Europe de l’hyper-inflation et celui que nous avons élu comme le Président du pouvoir d’achat, en sera authentiquement celui qui l’aura détruit.

Allez, Jean-Claude, un petit effort, appuies sur le bouton…

Nécronomiquement votre