09/01/2020

Le Surgissement désordonné (la suite)

 

crise.jpg
En érigeant en Dieu suprême le Marché et en faisant de sa langue officielle l’Économisme et ses termes nébuleux, les gouvernements successifs ont confisqué la langue des citoyens. Privés de mots avec lesquels exprimés la rage pour la violence subie, privés d’espérances grâce auxquelles dépasser l’angoisse émotionnelle qui dévaste l’existence quotidienne, privés des désirs avec lesquels contrer la raison institutionnelle, privés de rêves vers lesquels tendre, nombre de Gilets Jaunes traduisent la violence sociale dans leurs gestes. Une fois, paralysée la langue, ce sont les mains qui frémissent pour trouver un soulagement à la frustration. C’est ainsi que l’économie de doucereuse et banale devient belliqueuse et brutale. L’insurrection est là. Elle est apprivoisée par satellite et sur les écrans plasmas des salles de rédaction, masquée d’un loup blême pour ne pas affoler le consommateur, muselée par la machinerie méthodique des médias et des pouvoirs politiques qui refusent de la rencontrer. Les gouvernements nous demandent de participer à leurs grands débats tronqués. Les journalistes devenus depuis anesthésistes réanimateurs nous exhortent à être plus responsables, à travailler plus pour consommer plus, à stimuler le marché. Tout comme des prêtres pédophiles qui nous exhorteraient à croire. Enchaîner les gens à la dette par des taux très bas revient à les forcer à accepter l’exploitation et à et détruire par avance leur capacité de révolte contre la domination du capital. Présenter aux jeunes générations comme une opportunité extraordinaire de reconstruire tout ce que leurs parents ont détruit, relève du pur foutage de gueule. Dans ce contexte, si les travailleurs pauvres sont incapables de trouver les moyens de l’autonomie financière, la vague de révolte qui est apparue avec les Gilets jaunes va grossir jusqu’à devenir une marée. Là, uniquement est l’issue. Dans un surgissement désordonné auquel nous assistons avec les Gilets Jaunes et tous les opposants au macronisme et que nous devons soutenir.

Necronomiquement votre

09/12/2019

Muzik out of control by JPC

 

 

 

cryptoism-bitcoin-theory-324x235.jpgBon étant un peu crevé ce jour je republie le dernier morceau musical auquel j'ai participé, enregistré à Berlin

 

communiqué.pdf

 

et le morceau

 

https://soundcloud.com/renault-schubert/sprung-aus-den-wo...

06/12/2019

La retraite à poings dans la gueule

Le mouvement initié par le salariat industriel se parachève dans l'« ubérisation » progressive de tous les services : en trois siècles, les élites ont construit un www.pnggigantesque appareil de capture qui achève d' exproprier les résidus de classes moyennes et la couche du dessous de leur vie, pour les jeter dans une concurrence généralisée et/ou l’auto-entreprenariat des auto-exploités se dissout dans les « profils » de la gouvernementalité algorithmique et dans les flux numériques.
Plus rien ne semble en mesure de limiter l'auto-exploitation suicidaire à laquelle nous nous soumettons La toujours plus éphémère et fragile fixation des valeurs relève d'une roulette russe où les promesses brandies par des politiciens terrifiés par l’absence de croissance, pèsent plus lourd que le saccage climatique de la planète que nous léguerons aux générations à venir. Les jeunes barbares arrosant de mitraille l'école de leur quartier illustrent avec une terrible acuité le délire absolutiste d'un monde rejeté.
À l'impitoyable dissolution, de larges pans de nos sociétés répondent par des postures de replis identitaires : repli sur des nostalgies racistes pour les populismes de droite ; repli sur des nostalgies ouvriéro-nationalistes pour les populismes de gauche ; repli sur des intégrismes religieux pour certaines majorités silencieuses des pays riches. Contrairement à ce qui sous-tend la majorité des discours bien pensants, il n'y a pas à choisir entre l'insécurité de la modernité néolibérale et les régressions vers les fausses sécurités du passé — choix étriqué qui nous condamne à préférer la peste au choléra. Le retour des intégrismes va strictement de pair avec les progrès de l'absolutisme libéral macronien : les premiers viennent naturellement étayer la précarité existentielle creusée par le second. La Money Power toute-puissante exacerbe un discrédit généralisé de toutes les valeurs sociales, que ne peut venir surcompenser qu'une référence transcendante.
déterritorialisation, précarisation et reterritorialisation identitaire à tendances fascisantes culmine dans l'absurdité tragique qui voit nos populations se cliver autour de marqueurs comme le port d'un voile ou les guerres opposant les sectaires du vin et saucisson contre les zélés de la viande halal. Antisémitisme et islamophobie, intégrismes religieux et fondamentalismes laïcistes apparaissent comme les sous-produits d'une même régression, qui cherche à apporter une réponse identitaire à l'expropriation de nos personnes.

A la ak bar du coin