02/01/2020

Meilleurs voeux et concept nécronomique 2020

 

 

crise 2008;arnaque dette souveraine,salaire minimum,salaire maximum,retraite,revenu de base,revenu d'existence,futurAu-delà de l'investissement économique que constitue pour le capital le salaire-revenu du travailleur (fin du salariat comme exploitation, début du salariat comme actionnariat de la société du capital — glissement de la fonction stratégique du travailleur vers la consommation comme service social obligé, le capital investit le travailleur du salaire comme on investit quelqu'un d'une charge ou d'une responsabilité
Non seulement par le salaire/revenu le capital charge les producteurs de faire circuler l'argent en tant que consommateur et de devenir ainsi les véritables reproducteurs du capital, mais plus profondément par le salaire/statut il en fait des preneurs de biens au même titre que lui, capital, est preneur de travail.
À partir du moment où le salaire est déconnecté de la force de travail puisque le consommateur prend le dessus sur le travailleur via le crédit qui est du travail non consommé, rien ne s'oppose plus à une revendication salariale maximaliste, illimitée. Car s'il y a un « juste prix » à une certaine quantité de force de travail, il n'y a plus de prix pour le consensus et la participation globale à l’économie. La revendication salariale traditionnelle n'est que la négociation de la condition de producteur. La revendication maximaliste est une forme offensive de retournement par le salarié du statut de reproducteur auquel il est voué à travers le salaire auquel vient s’ajouter le statut de consommateur chargé de faire circuler l’argent et de combattre la crise économique.

Salaire maximum pour un travail minimum : tel est le mot d'ordre.. Car ce n'est plus alors en tant que producteurs que les salariés interviennent, mais en tant que consommateur, rôle que leur assigne le capital
Moins on a à en faire en tant que travailleur, plus on doit exiger un salaire élevé en tant que consommateur, Voilà la « classe » telle qu'en elle-même le capital la change : dépossédée de son exploitation même, de l'usage de sa force de travail, elle ne saurait faire payer trop cher au capital ce déni de production, cette perte d'identité, cette débauche. Exploitée, elle ne pouvait exiger que le minimum. Déclassée, elle est libre d'exiger tout.

 

Bonne Année les Nécros zamis

14/12/2016

reforme de la sécu le modele allemand

arbeit.jpg

 

 

 

 

 

 

A partir de 65 ans l'espérance de vie d'un français est du double de celle d'un allemand.

Arbeit Macht Frei and Die Young

09/06/2012

De l'arthrite à arthrose à larthretraite

 A la médecine du travail...

Yves Montand dans son immense sagesse d'acteur reaganien, qui rompit avec l’impérialisme US, en couchant avec Marylin Monroe et qui fut un temps candidat potentiel à la présidence française, le rappelait souvent « On meut par la bouche ou l'on meurt par le cul »

 

En cela , il peut rejoindre notre théorie du châtiment des neufs orifices «  vous serez puni par tous les orifices par lesquels vous avez consommés ».

Pour ceux qui prétendent encore y échapper tels les USA qui faisaient encore , il y a peu du gonflage de joues et l’Europe (il n'y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir... mais mieux vaut être l’aveugle qui pisse par la fenêtre que le farceur qui l'y a amené..) voici en exclusivité mondiale et puisque nous allons rentrer à nouveau en récession, voici la pire des suites : Les salaires en cloches...Unique moyen de préserver la cohésion générationnelle et l'emploi des seniors...(on nous souvent reproché de ne pas être des solutionnistes...En voilà une...de solution...)

Les salaires en cloches....

 

La dernière fois que j’ai entendu parler des salaires en cloches, c’était du temps de la nouvelle économie, les ingénieurs rentraient sur le marché du travail à 5000 boules, la croissance dans l’univers digital semblait sans limites, se posait donc la question d’à combien, tous ses nouveaux entrants allaient finir leur carrière en ayant démarré aussi fort.

Jamais à cours d’imagination, lorsqu’il s’agit de réduire le partage d’un gâteau, la réponse programmée idéologiquement de la Money Power fut le salaire en cloche.

En gros, il s’agit de bien gagner sa vie jusqu’à un certain stade dans une entreprise, cette phase servant à faire vos gros achats : maison voiture, femme, enfant (lol) etc.…puis à un certain âge genre 45, 50 balais accepter de voir ses revenus décliner (diminution de salaire) ceci étant censé vous préserver d’un licenciement futur à un age où il vous serait impossible de retrouver du travail.

La théorie du salaire en cloches correspondait à une époque d’hyper croissance…la dernière bulle avant la bulle immo...

 

La réapparition d’une théorie de salaires en cloches visant à préserver l'emploi des seniors ( France : plus fort taux de chômage des seniors en Europe…!) dans notre beau pays serait un signe marquant de régression sociale et un formidable aveu d’impuissance si il venait à être un jour utilisé comme un tampon transgénérationnel style les vieux qui ont ruinés leurs enfants s’intéressent à leur avenir économique…

 

Ceci n’est pas d’actualité et ne nous est pas encore présenté, ultime humiliation, comme un instrument de cohésion sociale.

Il le sera peut être un jour vu l'énorme marché de la dépendance et de la réforme des retraites en 2020 , prochaine campagne électorale de notre futur président...

Sécurité et dépendance en évitant les émeutes transgénérationnelles, il n'y a pas besoin d'avoir plus ample programme nécronomique...