22/07/2008

APOCALYPSE DES MARQUES

Nous avons à préparer une révolution de la vie quotidienne mais ce qui s’annonce n’est pas le dépassement de la survie mais sa sauvegarde par le changement du mode de fonctionnement économique de nos sociétés financés par la surabondance de liquidités.

La dette et le crédit : On peut jouer avec mais pas s’y suspendre (règle nécronomique)
C’est ce qu’on fait les sociétés occidentales les plus avancées.
C’est la raison du Krach Mondial et de la Très Grande Dépression qui va suivre :

Nous allons donc sortir d’une économie de désir ou le consommateur n’a pas conscience d’être un pantin manipulée par des Marques pour glisser vers une économie sans désir, TGD oblige.

La séquence « consommer jusqu’à se consummer » vient donc de se boucler.
La consommation va s’écrouler inévitablement et les Marques si arrogantes dans leur discours « parce que je le vaux bien. » devront rendre compte de l’argent qu’elles ont subtilisé aux consommateurs infantilisés.
A cette occasion, elles feront face à une infidélité grandissante de leurs clients avec lesquelles elles n’ont pas su réellement pendant toute ces années créer des liens durables.
Procter, Unilever…Personne ne sera épargné.

« Pourquoi continuerions nous d’acheter vos produits si chers ? ? ? leur hurleront les consommateurs devenus routiniers du hard discount et des Marques de distributeurs (MDD) au lendemain de la gueule de bois mondiale
dûe à la raréfaction du crédit (donc des cartes de fidélité et des cartes de crédit).

« Qu’avez vous fait pour nous ces Vingt dernières années quand tout allait bien..??? »
« En quoi avez vous contribué réellement à notre bien être ? »


seront les questions auxquelles les Marques devront répondre si elles veulent survivre.

06/05/2008

Comment concilier l’inconciliable ?

851792d3ec98ab678c00fd36c27ec065.jpg


Il est finalement triste que les principes du marketing n’ai laissé à l’homme politique que l’ambition d’être acheté.
Le marketing aurait aussi pu servir pour mesurer le bonheur de ces concitoyens.
Ceux qui ne travaillent pas s’ennuient, ceux qui travaillent s’ennuient également.
Tous parlent du travail comme une activité extérieure à eux-mêmes...
Les gens commencent à un prendre conscience que l’entreprise est faite pour créer des richesses pas des emplois.
Les salariés ne sont qu’une variable d’ajustement.
Un mal encore nécessaire dans un monde ou le travail salarial est amené à disparaître.

L’économie continue de prélever des taxes sur un travail qui nourrit de moins en moins le travailleur dont le monde financier souhaite, dans son délire autiste, se débarrasser pour se consacrer à la gestion d’un capital inerte.

Il est difficile dans ces conditions de trouver d’autre vertu au travail que de permettre de consommer.

Nécronomiquement votre

15/04/2008

Cross Marketing Nécronomique entre vampires et petites culottes

28ca0b0bb71f6dcd3d2ba14d20de696a.jpg



En 1980, l’incinération ne concernait qu’1 % de la population, aujourd'hui,
ce choix est fait par 1 personne sur 4.
Durant toute cette période, les pompes funèbres, des Ex-monopoles ont été totalement incapables de trouver de nouveaux services, susceptibles de compenser les pertes de chiffre d’affaires et le manque à gagner par rapport à l’inhumation traditionnelle ou l’on pouvait dépouiller un client sans même à avoir à le regarder dans les yeux et sans faire de promotions...
(cercueil, croix, tombeaux, fleurs etc.…)
Le marché étant scorpionesque (je consomme, je meurs)
Et sans fidélisation (le client ne revient pas)

Soucieux de la santé économique de mon pays, je leur conseille donc cette nouvelle prestation qui nous vient de Malaisie et qui constitue un vrai relais de croissance qui devrait apporter une motivation nouvelle dans leur métier.

(Lu dans yahoo)
En Malaisie, durant le festival Qing Ming qui célèbre les morts, il est maintenant possible d'acheter des sous-vêtements destinés à être brûlés.
C'est une tradition en Malaisie: chaque année, lors du festival Qing Ming, les morts sont célébrés d'une manière bien particulière. En effet, différents objets sont brûlés en la mémoire des personnes décédées. Selon la croyance, ces objets brûlés rejoignent dans le domaine des morts les personnes concernées.
Ainsi, des vêtements ou bien même de l'argent sont incinérés en masse chaque année. Mais la nouveauté en 2008 réside dans la possibilité de brûler des sous-vêtements. Culottes, soutiens gorges et autres bustiers ont ainsi péri dans le feu pour rejoindre leurs nouveaux propriétaires.

A quand une opération commune ETAM /POMPES FUNEBRES REUNIES ? ? ?
Çà, c’est du cross-marketing :

Relais de croissance pour nos pauvres sociétés comme ETAM ou DIM-Sarah LEE qui sont obligés d'aller à la conquête de l'Asie et de se gameler plutôt que de régresser sur nos marchés déclinants alors qu'il suffit juste de développer un marché asiatique ici...(info du jour :Pénalisé par les effets de change, la réorganisation de ses activités en Chine et les investissements consentis pour son développement, Etam Développement accuse une baisse de ses résultats en 2007 et pas une petite...)
et relais de croissance pour les vampires de la dernière goutte de consommation que sont les pompes funèbres.

Et pour ceux qui croient en la réincarnation, évitez en écrevisse, en langouste ou en homard car mêmes morts, on vous suce encore…

Nécronomiquement votre