18/12/2015

Le Maquis toujours en vie...

21145_435659359941254_7280727781693188640_n.png

Réclame idée cadeau

Réseau social nécronomiste

 

 

 

 

 

Cliquez pour agrandir

 

Philippe avec qui j'avais collaboré au sein de feu son label "Le son du Maquis" pour la compilation Man Machine et pour l'hymne européen contre l'austérité œuvre désormais dans la vente de Vinyle et de littérature rock.

Vous pouvez y aller de ma part , le meilleur accueil vous sera réservé...

Bon Week et contort yourself

https://www.youtube.com/watch?v=uCI24Lt9aNQ

07/12/2015

RIP Pierre Drachline

Pierre Drachline avait beaucoup aimé Crise et Mutation et m'avait situé, quel beau compliment, entre Cioran et Vanegeim donc entre la tentation d'exister et le situationnisme.

C'est sans doute bien là qu'est ma place ou plutôt mon strapontin.

thG6MUMC09.jpgsans-titre.png

 

 

Pierre m'avait gentiment dédicacé son dernier livre " A JP, A chacun ses colères et ses révoltes"

Le premier chapitre intitulé Juste avant la chute commençait comme suit :

Mon incompatibilité d'humeur avec une époque ou tout et tous se vendent ne pouvaient que croître avec les incertitudes de l'âge. Un voile noir se posa bientôt sur mes paupières. Interdit de lumière, je m'enfonçai dans la nuit de la neurasthénie. J'éprouvai l'amer plaisir d'être mon pire chagrin.

A porter son deuil, on devient vite un riverain de l'imposture. Un cabotin de la douleur.

Ou encore : 

Une hémorragie indolore. La débâcle des années m'a éloigné de ce que je prétendais être. Les miroirs ont abandonnés toute complaisance. Vieillir, c'est ne plus échapper à son image. j'arbore désormais le masque de mon cadavre. Je me suis lassé de presque tout en pitre inconscient. L'ardoise sans être magique effaçait d'elle même mes reniements et renoncements. Ma dégringolade aura été mon unique excès de vitesse. Mais se délester de ses illusions ne réconcilie pas avec autrui. Bien au contraire.

 

Ses obsèques auront lieu mercredi à 14 H 30 au Père Lachaise. J'y croiserai peut être Raoul...

 

09/11/2015

Je ne veux pas vivre au musée

Jadis, une ère de numérisation effrénée donna naissance à la variété de métiers que nous voyons aujourd’hui. Nous pouvons en fait observer encore quelques métiers hybrides tel le contrôleur de thermomètre connecté ou le Data yoyo à domicile.

Cependant la plupart des hybrides ne survécurent pas et ceux qui survécurent effectivement érigèrent  d inflexibles défenses contre toute hybridation ultérieure ce qui les condamnaient de fait au chômage.

Le musée des métiers disparus n’est pas exactement un musée, puisque la plupart des métiers se trouvent représentés par des personnes vivantes dans leurs lieux de travail d’autrefois. L’entrée est ouverte et gratuite à quiconque. Encore faut-il payer en se montrant capable d’endurer la souffrance qu’entraine le fait d’assister à l’extinction d’un métier et ce faisant, de le ranimer.

Considérez certains des métiers disparus : Par exemple des employés du Pôle emploi remplacés depuis par un logiciel de Datamining. On retrouve en regardant derrière la vitrine cet employé d’autrefois qui se nourrissait de sandwich au jambon ou de panini saumon. Son regard exprimant par intermittence la compassion propre aux mammifères à sang chaud bien loin  du Big Data à sang froid.

Combien il nous apparait démodé à ce jour depuis que les hommes verts de la COP 21 ont pris le pouvoir. Les hommes verts ont trouvé le moyen de se nourrir par photosynthèse. Les uns s’adaptent à l’eau et se nourrissent d’algues. D’autres se sustentent d’odeur qu’ils aspirent. Enfin d’autres encore se sustentent de couleurs et de lumières.

Depuis que le tout numérique et la bulle verte ont triomphé, l’homme du passé non connecté vers le futur nous parait néandertalien.