28/08/2008

Plan de relance "à la française"

"Il faut souvent changer d'opinion pour être toujours de son parti."
Cardinal de Retz

Le RSA n'est pas un rêve ou un projet humaniste destiné à extraire de la misère les 3,7 millions de personnes qui sont concernées par sa mise en œuvre

Le RSA est, en fait, un plan de relance déguisé.

Qu'attend-on réellement de ces nouveaux esclaves ???

Réponse : Qu'ils consomment plus...
Et que cette consommation, ajoutée à un endettement type crédit pour pauvres, de cette armée de réserve génère
au moins 0,5 du fameux point de croissance qui manque à notre pays et que notre président avait promis d'aller chercher avec les dents.

Imaginez une seule seconde (hypothèse farfelue) que les "bénéficiaires" du RSA se mettent soudainement à épargner la différence entre le RMI et le RSA, et ne l'injectent pas dans la consommation, imitant ainsi ceux dont les capitaux vont être taxés pour son financement.
Nul doute alors qu'il serait supprimé immédiatement.

Nous sommes donc bel et bien devant un plan de relance de la demande.
L'ampleur de nos déficits interdisant un plan de relance keynesien plus traditionnel à l'image de ce que font les autres pays.

la main qui dépense est préférable à la main qui se tend qui est elle même préférable au poing sur la gueule.
Ceux qui ont manifesté leur hostilité à cette nouvelle taxe ferait bien de s'en rappeler.


Nécronomiquement votre