07/02/2008

La fin de l'arrogance

Il y a peine quinze jours, François Fillon claironnait à Davos, au forum économique mondial que l’économie française résistait mieux à la crise financière que celle de ses voisins.
(Ce qui en réalité n’était dû qu’à notre incapacité à exporter. Notre faiblesse devenant en pareil contexte une force.)

La vérité nécronomique finissant toujours par apparaître, la bonne lecture de la réalité du pays, vient d’être annoncé ce jour par Hervé Novelli, secrétaire d’état chargé du Commerce extérieur.
Le déficit du commerce extérieur français a atteint le chiffre record de 39,171 milliards d'euros en 2007 (données brutes), battant largement le précédent déficit record de 28,238 milliards d'euros établi en 2006, ont indiqué ce jour les Douanes .

Rien n’étonnant, il y a encore 20 ans, notre beau pays pensait encore que les autres pays du monde allait un jour parler Français et que les hommes politiques de droite et de gauche (y compris du centre « commercial ») n’ont eu d’intérêt que pour les sociétés du CAC 40.

Né en 1959, je n’ai jamais un connu un seul Président de la république qui parla Anglais, autre que quelques balbutiements.
Notre actuel Président ayant même été refusé à Science-Po à cause de l’anglais.

C’est dire à quel point, l’international ne nous a jamais intéressé, convaincus que nous étions le centre du monde et que les marchés internationaux étaient réservés aux seules sociétés du CAC 40.

C’est ainsi qu’un beau matin de 2008, devant la montée des pays émergents et des importations, on se réveille avec une gueule de bois devant un problème colossal qu’Hervé Novelli lui même qualifie de « structurel » et qui donc par définition, ne pourra pas être résolu d’un coup de baguette magique.
Trente ans que l’on nous entretient dans le virtuel, nous venons juste de prendre conscience de la réalité mais un changement de mentalité met dix ans avant de s’accomplir.

C’est toujours ainsi que l’on découvre avec étonnement que le tissu économique de l’Allemagne comporte deux plus de PME de taille moyenne que celui de la France
Que ces PME, qui plus est, sont présentes sur des marchés émergents alors que nous avons été historiquement tourné vers l’Afrique, ou l’on parle et on comprend le Français.
Mais comment faire apprendre l’Anglais à des gens qui ont déjà du mal à parler le Français ? ? ?
Xavier Darcos avait annoncé, il y a quelques mois les résultats qu'une étude internationale sur les capacités des enfants de neuf-dix ans en lecture et écriture, et qui montrait qu'en 2006 encore, nous avions perdu des places et que sur 40 pays, nous étions dans les six derniers dans l’apprentissage de notre propre langue.
Même la Bulgarie est devant nous", avait-il déploré.
Dans ces conditions, vous comprendrez aisément que la seule solution est de transformer le village gaulois, en musée pour les touristes afin qu’ils viennent plus nombreux encore dépenser leurs devises chez nous.
Car seuls survivront, les pays qui produisent plus qu’ils consomment ou les pays ou les étrangers viennent dépenser leur argent.

Nécronomiquement votre

16/01/2008

Pas de pitié pour la croissance

Faisant suite à ma note d'hier "La charia du marché" et aux hypothèses soumises par Daniel dans ses commentaires :

a: inflation forte (hausse des actifs + des salaires-hé oui car sans les salaires ça ne marche pas!!!)
b: déflation (baisse du prix des actifs et monnaie refuge)


je me permets de signaler en tant que nécronomiste, qu' il existe une hypothèse médiane, celle dans laquelle nous nous trouvons en France bien que cela soit encore caché :
La stagflation (stagnation + inflation)


François Fillon a beau faire cocorico avec notre 1,9 % de croissance, qu'en serait-il réellement sans notre deficit budgétaire cette année de 48 milliards
(idem pour l'an prochain)
Quel serait notre taux de croissance sans ces 48 milliards de dépenses publiques et sociales qui soutiennent notre économie artificiellement ?
En vérité, nous serions déjà en récession alors que nous sommes au tout début du krach mondial et que nous n'avons pas encore effectué une seule réforme de fond prisonnier que nous sommes des différents corporatismes.
Tous pour un...Chacun pour soi...

Mon cher Daniel, toi qui vis en Allemagne dont le budget 2007 est équilibré (donc une vraie croissance), n'oublies pas que
Le théorème d'Helmut Schmidt, qui était chancelier social-démocrate d'Allemagne lorsqu'il le formula, est toujours vrai : les marges brutes d'aujourd'hui font les investissements de demain qui, à leur tour, font la croissance, le pouvoir d'achat et la consommation d'après-demain.
NB marge brute = Différence entre le prix de vente d’un produit et le coût de revient qui ne comporte que le coût de production ou d’acquisition.
(par extension marge avant paiement des salaires)

Contrairement, à ceux que disent les media et les hommes politiques de droite et de gauche confondus, la France des entreprises , ce n'est pas le CAC 40, ce sont les indépendants,les artisans et commerçants, et TPE et les PME, or depuis trente ans bien qu'étant la vache à lait du pays, nous avons toujours été maltraités et considérés comme des sous-merdes, et cela continue, écrasés que nous sommes par les charges, taxe professionnelle et autres rackets... car on ne fait pas la différence entre les gros et les petits...Pire que cela, on préfére nous voir rmiste qu'indépendant...Un rmiste , on le controle...il suffit de s'être rendu une fois dans un Ursaaf où l'on est limite traité comme un voyou pour s'en rendre compte (keskiveu cmec là, y va chercher à nous entuber...)

Concrétement, les marges brutes des entreprises françaises hors CAC 40 n'arrêtent pas de décroitre et deviennent bien inférieures à celles de nos voisins allemands.

Sans investissement, pas de croissance et sans croissance pas d'augmentation des salaires, c'est aussi con que cela...et le fameux paquet fiscal qui était censé générer de l'investissement et faire revenir les grosses fortunes en France n'a pas eu les résultats escomptés...c'est le moins que l'on puisse dire...

Je ferai aussi remarquer que la France est seul pays du monde où les 40 premières valeurs sont les mêmes depuis trente ans.
C'est pour cela que les sociétés changent de nom (Lyonnaise des eux devenue Veolia, Compagnie générale des eaux devenue Vivendi, France télécom devenue Orange etc...), afin de faire oublier que ce sont pour la plupart des ex monopoles et ajouter une touche de modernité.
Alors qu'au même moment aux USA, on vivait des bouleversements complets dans l'indice DOW JONES (principales valeurs américaines) avec l'émergence de société comme Microsoft, INTEL etc...

Une fois pour toute, Bill Gates, ce n'est pas possible dans un pays aussi structuré que la France, où ce sont toujours les mêmes qui rafflent tout et qui ne travaillent qu'entre eux...

Restes en Allemagne, tu es bien mieux...mon ami (d'ailleurs l'Allemagne avec ses excédents commerciaux finira par se lasser de traîner un boulet comme la France...et le ptit Nicolas a beau s'agiter et être un super vendeur, il n'a rien à vendre à part le nucléaire civil et les Airbus (franco-allemands).
Quoi d'étonnant dans un pays où les 2/3 tiers des députés de l'assemblée nationale (politiciens professionnels) ne savent pas lire un compte de résultat.
Dépenser un budget, ce n'est pas la même chose que gagner de l'argent...

Nécronomiquement tien
(ouh là, j'suis nrv aujourd'hui (lol) Heureusement qu'en France, nous avons la politique de civilisation qui va nous apprendre que le bonheur n'est pas qu'économique et que l'on peut vivre heureux sans argent...Quelle trouvaille...

01/12/2007

Remise en forme, remise au travail, No sex...

L’être humain est toujours plus prompt à voir la poutre dans l’œil du voisin que la paille qui est dans son propre nez.
Drogué qu’il est par la surconsommation. ..
Pascal Sevran en est un bel exemple lorsqu’il écrit que la bite des noirs est responsable de la moitié de la famine et qu’il faudrait stériliser la moitié de la planète.

Peut être aurait-il dû regarder ce qui se passe en France, pays champion du monde de la consommation de drogues douces, champion du monde de la consommation d’antidépresseurs et anxiolytiques, vice-champion d’Europe de la consommation d’alcool (les italiens sont passés devant).
Malgré tout cela, les Français sont champions d’Europe du pessimisme nous dit-on (imaginez ce que cela serait sans tous ces produits…) mais élément contradictoire et signe d'espoir en apparence : nous sommes également vice-champion d’Europe de la natalité.

Espoir en apparence seulement…
Doit-on rappeler que les fortes natalités sont toujours économiquement le fait des pays et des catégories les plus pauvres ou de ceux qui ne travaillent pas et qui n’ont que ça à faire…au lieu de travailler plus pour gagner plus…(lol)