17/03/2012

Fin de Moi(s)

 

Modigliani et Picasso se rencontrèrent une fois. Ce fut un authentique choc culturel.

A la question de Picasso « Pourquoi, les Montparnos peignaient ils des mansardes ?»

Modigliani lui fit remarquer que les peintres de la renaissance peignaient le faste car ils vivaient dans des palais tandis que les Montparnos dont il était la figure de proue vivaient dans des chambres de bonnes et par conséquent peignaient des mansardes...

 

Picasso qui venait de décloisonner la peinture en inventant le cubisme leva alors ses yeux au ciel et répliqua :

« ça, c'est un raisonnement de fin de mois...»


Ces raisonnements de fin de mois, c'est désormais un travailleur sur quatre qui va les vivre en Europe à l'image de ce qui se passe en Allemagne, en Grèce, en Espagne ou en Italie avec Monti nouvelle (Goldman saque...) icône de la Money Power et bientôt en France.

 

Nicolas Sarkozy l'a compris , raison pour laquelle il a déclaré la mort des syndicats responsables selon lui des blocage du marché du travail.

 

La vérité est hélas d’une simplicité biblique : il ne peut y avoir de sortie de crise avec un chômage massif sans libéralisation du Marché du travail en terme de salaire et de durée légale.

 

Sarkozy ne se propose pas d'inventer le cubisme économique, il a déjà essayé sans y parvenir de faire tournée une roue carré avec son fameux travailler plus pour gagner plus en temps de crise inventant par là le surréalisme économique.

 

Nous nous dirigeons donc tout droit vers l’avènement du travailleur pauvre à moins que d'ici là, le peuple ne signifie au Président sortant un raisonnement de faim de Moi et qu'un angoissé sorti de la foule se propose de renégocier ce qui semble satisfaire les dirigeants européens qui ont l'air de croire qu'on avance bien mieux avec le ventre creux.

Nécronomiquement votre

PS / L'Allemagne vient de faire un appel d'offre pour de la main d'oeuvre : 13 000 portugais ont répondu...Ils en ont pris 500...imaginez un peu les flux migratoires intra européens auxquels nous allons assister.

04/03/2012

Angkor et encore

 

La civilisation Khmer avait autrefois appris l'art étrange d'apprivoiser les déluges saisonniers en stockant l'eau dans d'immenses réservoirs pour la restituer en période de sécheresse avant que d'immenses pluies torrentielles viennent anéantir le système hydraulique causant alors l'anéantissement de la civilisation.

 

L’Europe composé de petits fiefs devenus un empire allait connaître le même sort stockant l'argent dans l'immense réservoir des banques sans que celles-ci ci ne puissent le restituer en période de sécheresse économique provoquant l anéantissement du système économique.

 

Même motif même punition, Angkor et encore...

 

Pourtant La Money Power n'avait elle pas proclamé ?:

 

« Nous sommes comme Bouddha et nous avons la possibilité comme lui de renaître autant de fois que bon nous semblera...»

 

L a bulle verte était l'unique façon de sortir de la crise et la prochaine réincarnation de la Money Power : poussettes Mac Laren et voitures électriques, seules les nounous restaient pauvres. En attendant que la bulle se forme et se déforme , il y avait les segments en hypercroissance : Marché du recouvrement pour les riches, le Marché de la sécurité des biens et des personnes (pour les mêmes) avec en prime pour les employés des pompes funèbres une remise sur le caveau... Mieux que les tickets restaurant....en terme de monnaies complémentaires....

Pour le reste, il s'agissait juste de faire valider par les labos pharmaceutiques la mise sur le marché d'un nouvel anti Très Grand Dépresseur.

Évangélisme et Archangélisme économique s'étaient transformés en engloutissement Angkorien dans un long chemin qui menait de la couleur ferrari à la couleur du sang...Sang(s) que personne à ce jour n'y retrouve à redire, trop ignorant pour se repentir, trop endetté pour se redresser.

La TGD et la perte du bonheur dans les démocraties de Marché allaient passer par là...Il ne s'agissait plus pour les Etats et leurs consommateurs citoyens de gagner de l'argent mais d'en économiser sur tous les actes de la vie quotidienne...

Priape le grec du FMI n'était plus un dieu et devenait un malade comme un autre...Une érection nationale n'y pouvait rien changer...RIP Made Product in France....

Too late...

La dernière frontière composée de charters venait de tomber...

La France triomphait à Hollywood...subprimée Napalm d'or de la décomposition à venir...

 

Nécronomiquement votre

 

 

 

 

 

17/06/2011

LE CYGNE NOIR ATHENIEN

En essaim, Capricornides, cygnides, aquarides ou perséides, les étoiles filantes étaient au rendez vous athénien au coté des pollueurs du FMI réclamant plus de réformes donc de privatisations du latin "privare", priver, mettre à part, ôter (de l'espace collectif) à un peuple dont les efforts viraient aux râles d’égoutiers gazés par leurs propres renvois méphitiques. Ce peuple n'avait il pas tenté de se soustraire au Dieu impôt qui organisait sa destinée ???

Lire la suite