29/09/2008

La voie du samouraï et la voie de garage.

708342784.jpg


Keynes à Bretton Woods



Ecouter, hier Claude Guéant , secrétaire général de l’Élysée, argumenter que personne ne pouvait voir venir la crise m’a fait évidemment doucement sourire puisque cela fait plus d’un an et demi que nous l’annonçons sur ce blog et depuis Août 2005 dans la presse.
Nous n’avons d’ailleurs pas été les seuls, de grands économistes comme Doctor Doom Nouriel Roubini (natif d’Istanbul), ont très tôt confirmé ce scénario en l'annonçant à Davos.

Né en 1959, je n’ai jamais connu, un Président de la république qui tenait ses promesses.
Sarkozy ne sera pas l’exception car aux oubliettes désormais les engagements de la campagne :

Plein emploi, pouvoir d’achat, travailler plus etc.…aucune de ces promesses ne sera tenu dans cette période qui durera plusieurs années et nous mènera de la récession à la dépression.

Les règles du capitalisme international sont désormais connues : USA, Allemagne, Belgique, UK, faire payer les contribuables pour les faillites bancaires.

En France le budget 2009 prévoit une croissance de 1 % et un déficit de 52 milliards d’euros qui viendront s’ajouter au 1250 milliards existants (en réalité 2000 Milliards)

Nous sommes donc malgré notre système bancaire plus solide, le pays le plus vulnérable de la zone Euro. Logique dans un pays ou 54 % du PIB est généré par l’état et qui doit impérativement revenir à l’équilibre en 2012 sauf à condamner définitivement les générations futures.
Faites des cadeaux à vos enfants , ce sont eux qui les paieront...

Quelles sont les solutions ???

Un nouveau Bretton Woods, comme le conjure notre Président ?
Les américains l’ont fait exploser en 73 et un alignement monétaire mondial est définitivement impossible car les intérêts des super puissances sont trop divergents.
La Chine ne réévaluera pas le Yuan car cela signifierait des dizaines de millions d’emplois supprimés dans les usines.
Quand aux USA, leur ultime espoir passe par un dollar faible pour doper les exportations ou un retour au protectionnisme à l’ancienne (avec un dollar fort) pour créer de la valeur sur leur propre territoire.
Il n’y donc aucune solution immédiate autre que préparer les peuples à la dureté de la vie tout en maintenant la cohésion sociale.

Concernant notre beau pays, nous basculons sur le marché de la peur avec un Président protecteur nouvellement affranchi de toutes les promesses de son quinquennat qui n’a eu d’autres choix que d’annoncer la vérité devant l’explosion des chiffres du chômage.
40 000 en Août dûs principalement à la chute de l’emploi intérimaire dans le bâtiment et la construction auquel viendront s’ajouter les 114 000 emplois aidés fictifs non renouvelés et qui concernaient principalement les jeunes iroquois des banlieues afin de les calmer après les émeutes.
Les pauvres des banlieues ne seront pas d’ailleurs épargnés par les taxes, étant donné la densité d’obèses que l’on y trouve. Le futur passage de la TVA à 5,5 % à 19,6 % pour les sucreries et produits de grignotages pour raison de santé nationale (17 % d’obèse) en sera la démonstration.
En seront exemptés, les Fast Food pourtant les premiers responsables au plan mondial mais dans le lobby est trop puissant.
Pareil pour le pinard (lobby français) qu’il aurait aussi fallu logiquement plus taxer.

Quelles autres marges pour le gouvernement ? L'augmentation des cigarettes devrait ramener 1 milliards d’euro, quand aux bonus malus écologique, il est difficile à ce jour d’en évaluer les recettes et les coûts néanmoins il faut amener les consommateurs vers la prochaine bulle "la bulle verte" afin de leur redonner espoir.

Sur le front du chômage, malgré le durcissement des règles d’indemnisation, les cotisations (épargne forcée) ne diminueront pas.
J ai connu Geoffroy Roux de Bezieux (patron de l'Unedic) quand il était patron de Phone house, comme tous les anciens ESSEC, le logiciel qu’il maîtrise le plus est EXCEL.

Innovation grandiose pour les crevards,la voie de garage se matérialise physiquement par le prêt de véhicules deux roues pendant 2 mois pour inciter les chômeurs non motorisés à se déplacer sur des lieux de travail plus éloignés.
Voilà un projet ambitieux…

Autre piste, les primes de mobilité pour ceux qui changent de région.
Ce qui exclut déjà tous les propriétaires qui seront dans l’incapacité de vendre leur maison ou appartement a l’image de ce qui se passe aux USA pourtant grand pays de mobilité dans l’emploi confronté à cette sédentarisation obligée.

Vous l’aurez compris nous allons rentrer dans la dureté et la cohésion sociale va devenir l’enjeu numéro 1.
J’en veux pour preuve l’augmentation de 76 % des braquages de commerçants à Paris.

Raison pour laquelle, dans la dureté, il ne faut jamais cesser de s’entraîner.
La voie du samouraï devenant la seule alternative à la voie de garage.
En route pour la TGD, en route pour le Fight Club...

Nécronomiquement votre


18/08/2008

Suicidal tendancies ou lucidité ???

"necronomie. a ne pas voir si vous etes deprimés , tendance sucidaire mais des infos pertinentes, ..."
C'est ainsi que l'on parlait de nous, il y a encore très peu de temps...

"Il est temps d’arrêter les discours lénifiants et de dire la vérité aux Français sur la récession qui vient. Ils peuvent l’entendre. Ils y sont préparés."
Libération.

Paris, New York, Londres ou Berlin, toutes les villes se ressemblent : on y croise des gens qui ont deux yeux et si l'on prend pas garde, on finit par leur ressembler.

C'est le choix qu'on fait en commun (ne pas ressembler) les membres de Nécronomie Internationale, qui ne sont pas des "suicidaires dépressifs" contrairement à cette mauvaise réputation mais des fighters aux origines diverses, venant de contrées différentes qui se réunissent ici pour analyser la réalité sans peur et sans crainte.

Necronomy Power

21/08/2007

Marketing du sens : Pourquoi travailler ?

304aeade9e7bf5437851a1bfed73fb5c.jpg

Christophe Barbier, le nouveau Duhamel, Directeur Général de l'Express, l'homme à l'écharpe rouge se pose des questions sur son blog :

« Enfin les gens ne se réjouissent pas parce que travailler ne plait plus. Pour une part croissante de la population, le travail est un mal nécessaire, et la passion du boulot ne touche plusqu’une minorité.
Fierté de l’ouvrier, dévouement du fonctionnaire, zèle de l’artisan : ces vertus sont rares, et l’on adore plutôt, au magasin, à l’échoppe ou au bureau, la déesse des RTT et ses vestales : pause-cigarette,arrêt-maladie,récup,etc.
Les Français ne sont pas aussi contents qu'ils devraient l'être de voir que le chômage baisse parce que les Français n’aiment pas beaucoup travailler. Suis-je pessimiste ? »

http://blogs.lexpress.fr/elysee2007/

Désole Christophe mais les petits frères des banlieues ne croient plus qu’au rapport de force et les émeutes leur ont donné raison.
C’est vrai autrefois on était fier d’être ouvrier, aujourd’hui cela veux dire etre crevard toute sa vie en se contentant d’un sort minable à regarder la vie des riches à la télé.
Est cela le rêve français ?
Je ne laisserai pas cette fois ci la parole à Tony montana , l’icône des banlieues pour te répondre mais plutôt à Tyler Durden fondateur du Fight club :

"" Tu as une classe entière de jeunes hommes et femmes forts et solides, et ils veulent donner leur vie pour quelque chose. La publicité les fait tous courir après des voitures et des vêtements dont ils n'ont pas besoin. Des générations entières travaillent dans des métiers qu'ils haïssent, uniquement pour qu'ils puissent acheter ce dont ils n'ont pas vraiment besoin. "


Ca te va, Christophe comme réponse....????

Allez, à bientôt au Laffite ...quand je rentre d'Istanbul....je t'expliquerai plein de choses si tu as d'autres questions...