15/05/2015

On en reparle

 

 

logo-sdlm.png

 

                        

 

 

 

 

 

 economie,philosophie,plus grande crise,tgd

 

 

Rubriques Livres du 3em millénaire

Charles Antoni, Jean-Pierre Crépin

Crise et mutation

 

 

Constat d'un monde occidental en errance et en déshérence auquel les auteurs se livrent avec une certaine rudesse, mais aussi avec jouissance. Jouissance ? Celle de pouvoir livrer sa pensée sans retenue. Il semble bien, à la lecture, que rien n'est à garder du système actuel ! De lettre en lettre, de réponse en réponse, l'écheveau se dénoue, et la réalité du monde « moderne » se délite ! La démocratie ?  Elle se résume à un mot d'ordre : faut pas froisser les marchés financiers. La finance ?  Nous savons maintenant où peut nous mener le « trader cocaïnomane » survitaminé aux bonus, jonglant du matin au soir avec des millions virtuels, qui, chose extraordinaire, finissent par retomber dans la réalité en créant des dizaines de millions de chômeurs et de sans abris aux quatre coins du monde. Le capitalisme ? « L'entreprise est faite pour créer des richesses, pas des emplois. Les salariés ne sont qu'une variable d'ajustement. » La mondialisation ? Véritable machine à détruire la nature et les humains pour enrichir quelques milliers d'êtres dont l'égo est atteint d'une inimaginable boulimie inflationniste. Somme toute, une machine à tuer. Ce ne sont pas les derniers grands singes, tigres, ou lions qui nous contredirons. Notre mode de vie ? Travailler pour consommer. Le travail ? Ils citent Cioran : « le travail permanent et soutenu abrutit, banalise et rend impersonnel [...] l'homme se désintéresse de son évolution intérieure, pour s'attacher à n'importe quoi ». Ainsi, quel constat ? « Désenchantement du monde, où l'on voit le désert s'accroître »... Quelle solution face à ce déluge de désillusions ? Peut-être réaliser la profondeur de notre enfoncement dans une horizontalité aliénante ancrée dans l'identification à des désirs, des peurs, de faux besoins, des associations de pensée infusés par les médias. Voir cela s'inscrire en nous. Constater que passant devant une publicité, notre œil s'y attache, qu'une envie s'y colle, qu'un choc nous touche au ventre, que mécaniquement le slogan se répète dans notre tête, comme un métronome, pendant quelques pas, qu'une chansonnette publicitaire paraît indélogeable de notre cerveau... Quelle solution à part s'arrêter ? Retrouver le chemin de la verticalité : « L'instant présent est tout ce qui nous reste »... Le lecteur retrouvera Charles Antoni dans le numéro 94 de la Revue qui fut entièrement consacré à la crise, sous ses versants intérieur et extérieur (est-il possible de séparer les deux ?).

 

04/04/2015

Alignement planétaire

RP.jpg

 

 

 

 

Roger Gilbert-Lecomte

Que, techniciens de désespoirs, nous pratiquons la déception systématique dont les procédés connus de nous sont assez nombreux pour être souvent inattendus"

Tel Giordano Bruno redécouvrant l'amour de Dieu en termes d'astrophysique, François Hollande et la Money Power pratique leur révolution coper (nique)nicienne et se mettent à nouveau à rêver d une économie rétablie. Tout cela grâce au fameux alignement planétaire qui réjouit les plus riches qui s'enrichissent encore plus à moindre frais et creuse encore plus les inégalités, à savoir : Baisse du prix du pétrole, baisse de l'Euro, Baisse des taux d'intérêts. Voir l'insolente santé de la bourse qui n'a plus rien à voir avec la valorisation réelle des entreprises... Merci  la BCE et la planche à billet...

Bref, des raisons exogènes qui n'ont rien à voir avec l'action du gouvernement. Ne reste donc plus qu'à poursuivre de manière endogène avec des réformes structurelles et de l'investissement.

Pour cela les épargnants seront épargnés puisqu'il s'agit de rediriger l'épargne des français vers les entreprises via l'assurance vie ( les fameux 4000 milliards d'Euros d'épargne...Perso j'aimerai bien voir qui les possède...).

Donc, dans un pays où les gens s'endettent pour investir dans l'immobilier les convaincre de mettre leurs éconocroques dans des entreprises non cotées...Pas gagné ce changement de mentalité...

La valeur entreprise égale travail va donc devenir à droite comme à gauche sacro-sainte. En 2017, seules les extrêmes et le nouveau parti musulman seront hostiles au travail le dimanche et la droite sous influence Sarko Wauquiez ne manquera pas de cliver avec des arguments comme " Nous on entend sur le terrain des gens nous dire " Nous, on travaille et on y arrive pas alors que ceux qui travaillent pas y arrivent beaucoup mieux".

Puisqu'on ne peut rien faire dans le cadre de la crise ( la priorité étant de reconstituer les marges des entreprises et mieux rémunérer les investisseurs) pour que ceux qui travaillent y arrivent mieux, rétablir la justice sociale, c'est faire que ceux qui ne travaillent pas n'y arrivent plus du tout. Au moins, cela valorisera les travailleurs pauvres...Ceux qui ne sont pas activés seront donc désactivés pour des questions de sécurité...

Loi du score et valeur faciale oblige...

 

Nécronomiquement votre

16/02/2015

Convertis contre Divertis

bezu.jpeg

En nécronomie, on distingue deux catégories de population dans les démocraties de Marché

 

Les convertis et les divertis

Les convertis appliquent la Charia du Marché : Pas de jours sans achats, magasins ouverts tous les jours, soldes toute l’année.

Ils sont favorables à la Mollahrisation du capitalisme aux petro dollars et aux conférences à 100 000 euros. Pour eux les grecs ne sont qu’un tas de feignants qui ne veut pas payer d’impôts. Leur prophète s’appelle Merkel et leur devise Arbeit mei Frei.

Ils pratiquent sans idéologie la Macron économie.

 

Les divertis eux aiment faire la fête. Ils sont favorables au libre échangisme (dans les boites à partouze économique)

Leur doctrine d’essence libérale libertine est basé sur une croissance du PIB unique façon de dilater les déficits jumeaux (déficit budgétaire et déficit commercial)

Leur prophète s’appelle DSK également surnommé le génie des orifices ou le magicien des sphincters. La sodomie étant une réponse au problème de surpopulation.

Les divertis pratiquent la Maquereau économie théorisée par Le philosophe Dodo la Saumure penseur ultra libéral tendance libertarien et par André Bézu Djihadiste du divertissement de renommée mondiale dont la devise bien connue est « Tout le monde s’éclate à la queue leu leu »

 

Quand je vous disais que le grand toboggan mène au grand splaaashhh, la piscine des ténèbres de l’économie.