12/11/2015

Borderline contre Noborder

 

 

 

 

sextape.png

Dans Europa, les intellectuels droitdelhommistes se gaussaient encore de Donald Trump et son mur anti-immigration mais leurs rires ne trouvaient plus d’échos dans les opinions publiques. Tour à tour, les frontières se fermaient ou s’ornaient de barbelés rappelant à tous que la Fracture Numérique n’était pas le premier danger comparé à la Grande Fissure. Le sommet de Malte et de ses chevaliers allait largement le démontrer. Jacques de Molay contre Mollah Omar...Immolez vous, immolez vous...

Les borderlines qui s’agitaient maintenant sur le codeveloppement en Afrique (filer des milliards à des dictateurs, on a su faire par le passé !) valaient ils réellement plus que les No Borders accusés de fomenter des troubles dans la jungle ???

Le mur qui nous séparait des migrants était celui de l'égo couronné...

Selfish, Sextape, l'homosagouin voulait laisser une empreinte numérique de son passage sur terre tandis que le migrant bien loin des préoccupations virtuelles voulait juste survivre.

Que pouvait valoir la sextape Gonzo d’un migrant dans la jungle ???

 

La devinette nécronomique du jour

Valbuena surnommé petit vélo

Petit vélo mais :

Grand braquet

Grand Braquemard

Grand Braquage

Nécronomiquement votre

PS /Pour les Nécronomistes, l’économie est considérée comme la dynamo d’un système où TV, politique, sexe, Football et Euromillion sont d’une importance égale et où les hommes providentiels sont des symboles sexuels.

09/11/2015

Je ne veux pas vivre au musée

Jadis, une ère de numérisation effrénée donna naissance à la variété de métiers que nous voyons aujourd’hui. Nous pouvons en fait observer encore quelques métiers hybrides tel le contrôleur de thermomètre connecté ou le Data yoyo à domicile.

Cependant la plupart des hybrides ne survécurent pas et ceux qui survécurent effectivement érigèrent  d inflexibles défenses contre toute hybridation ultérieure ce qui les condamnaient de fait au chômage.

Le musée des métiers disparus n’est pas exactement un musée, puisque la plupart des métiers se trouvent représentés par des personnes vivantes dans leurs lieux de travail d’autrefois. L’entrée est ouverte et gratuite à quiconque. Encore faut-il payer en se montrant capable d’endurer la souffrance qu’entraine le fait d’assister à l’extinction d’un métier et ce faisant, de le ranimer.

Considérez certains des métiers disparus : Par exemple des employés du Pôle emploi remplacés depuis par un logiciel de Datamining. On retrouve en regardant derrière la vitrine cet employé d’autrefois qui se nourrissait de sandwich au jambon ou de panini saumon. Son regard exprimant par intermittence la compassion propre aux mammifères à sang chaud bien loin  du Big Data à sang froid.

Combien il nous apparait démodé à ce jour depuis que les hommes verts de la COP 21 ont pris le pouvoir. Les hommes verts ont trouvé le moyen de se nourrir par photosynthèse. Les uns s’adaptent à l’eau et se nourrissent d’algues. D’autres se sustentent d’odeur qu’ils aspirent. Enfin d’autres encore se sustentent de couleurs et de lumières.

Depuis que le tout numérique et la bulle verte ont triomphé, l’homme du passé non connecté vers le futur nous parait néandertalien.

18/09/2015

Janet Yellen, les bulles et l'homme le plus riche du cimetière

 

 

 

 

thJFUYW8M6.jpg

 

 

 

 

 

collaboratif

covoiturage

colocation

coworking

colunching

coïmetrophobie (peur des cimetières)

 

Bon, comme c'était prévisible on reste dans les taux zéro pour éviter les sépultures d'entreprises

 

Bon coweek aux dacieux

le business de la rencontre et l'écologie

 

https://www.youtube.com/watch?v=cO1ifNaNABY