23/10/2012

Ordonnance vie et prélèvement obligatoire

 

Nimbes écologiques, apartés alchimiques, entre salle de shoot et contrôle fiscaux des médecins , il s’agissait de vérifier l’inventaire des ordonnances et des stupéfiants dans un pays où nous étions vice-champion d’Europe de la conso d’alcool, champion d’Europe de la conso de drogue douce et champion du monde de la conso d antidépresseur…

N étions-nous pas après tout capable de perdre sans tricher ou en croisant le bonheur avant de mourir en bonne santé ? Ou nous fallait-il comme Baumgartner franchir le mur du çon mais sans combinaison…Le cerveau balloté entre la puissance marketing et l’intérêt de la nation dans un univers mondialisé…

Le sponsor Red bull allait payer une taxe sur les boissons sucré…TGD  Power

10/07/2012

Je suis négatif

 

 

taux negatifs,croissance negative,guerre,recession,depression,TGD,

Du taux zéro des banques centrales au taux négatifs des Marchés, le couperet de la guillotine semblait s'éloigner du présent mais tombait en réalité sur le futur.

Pouvait on naïvement croire que les investisseurs se crashent pour pourrir, et que désormais désireux de mener le rude combat du rentier qui travaille à se vaincre, confient leurs coffres forts à l’État souverain comme autrefois le croisé la clef de la ceinture de chasteté de sa femme ignorant par delà le droit de cuissage et autres taxes féodales à venir ?

Si tel était le cas, les dettes souveraines seraient vite résorbées et cela serait la rédemption des banquiers sauvés par l'humanité.

La vérité est toute autre :

 

Proverbe nécronomique : Taux négatifs à l'apéritif...Déclaration de guerre pour le dessert...

 

26/06/2012

La Bérézina et la retraite de Maastricht

 

Cette fois, c'est parti...envolée du chômage, chute de la conso et des recettes publicitaires, chute des investissements, une prévision de croissance en 2013 de 1% que l'on devrait ramener à zéro par pudeur puisque l'on ne veut pas évoquer le retour en récession rebaptisé croissance négative ...Et puisqu'il n'existe pas de miracle économique, l'unique sortie de crise qui nous est proposée : La marche forcée vers le fédéralisme dans une Europe où le repli identitaire n'a jamais été aussi grand et où les citoyens du marché redécouvrent la protection du socle de la nation, rangée, il y a encore quelque années au rang de concept pour peuple mélancolique ou nostalgique du « c'était mieux avant »

 

Selon un sondage réalisé auprès de 4.000 personnes en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie, 78% des allemands, 65% des Français, 51% des Espagnols et 49% des Italiens souhaitent une sortie de la Grèce de la zone euro. Une grande majorité dans les quatre pays, qui représentent 254 millions d'habitants, s'attend à ce que la Grèce ne rembourse jamais ses créanciers internationaux.

 

On remarquera au passage que plus les gens perçoivent l'imminence de la chute de leur propre pays, plus ils sont indulgents avec les grecs...

 

En gros, aucun pays ne souhaite payer pour les autres et c'est chacun pour soi derrière le paravent national.

La marche forcée vers le fédéralisme ressemble de plus en plus à la Bérézina.