07/05/2013

Devenez acteur de la mutation, filez nous votre pognon

 

 

Ça y est, c’est parti, on vous l’avait dit « l’éveil va être brutal… »

Bon, si on résume pour faire simple, nos gouvernants ont pris conscience de la situation, ils se déchainent dans un flot de mesures visant à valoriser l’entreprenariat, la promotion du risque, la créativité de tous au pouvoir, afin de  mobiliser une part d’épargne des français sur les PME, épargne, qui était jusqu’à lors consacrée à l’immobilier valeur refuge dans un pays ou le CAC 40 est le même depuis 30 ans comme le rappelait récemment Xavier Niel et que nous rappelons depuis longtemps///

Oui la France est un pays très structuré ou la valeur ne se crée pas aussi facilement qu’on veut bien nous le montrer à la TV des Amis du Marché. C’est pour cela que les marchands d’eaux ont changé de noms comme la plupart de nos fleurons : Tout simplement pour faire oublier qu’ils avaient fait leur cash là-dessus. La mémoire du consommateur forcé des ex monopoles ne laisse pas de traces dans les statistiques de l’OMC

Pour le reste,

L’Energie et l’Entertainment sont décidemment les deux seuls secteurs dans lesquels ils vaillent bien travailler. Le reste n’existe pas ou tout du moins nous en sommes pas sûr…Les fonds souverains et autres mannes après gazières ou pétrolières nous le démontrent chaque jour. Bolloré l’a compris depuis longtemps.

Ce n’est pas un hasard si Brezinski est le père du tittytainment et reste un maitre à penser de la money Power. La finale de la champion s’league entre clubs allemands  commence même à nous être présentée comme la victoire de l’austérité et de la rigueur sur le je-m’en-foutisme des pays du club Med qui sont prêts à mourir pour leurs socios mais qui ne veulent plus payer d’impôts et qui ne veulent pas vendre leurs clubs à des qatari ou des saoudiens comme cela se pratiques couramment dans les règles du libéralisme le plus avancé, celui du je te prends et tu me redonnes puisque ce sont les autres qui prennent…

 

Quel est donc, en clair, le défi que doit relever la France ?

Transformer un rêve français dont le top du top est d’être salarié voire fonctionnaire : tickets resto, carte orange, possibilité de prendre un crédit, dans un nouveau rêve : celui de l’entrepreneur libre, petit génie du numérique ou génial exportateur de machines-outils labellisées bulle verte…

Comme disait Momo : « C’est pas gagné ….

En attendant d’ici peu, on va vous proposer d’être un acteur du changement désocialisé, libéré, contraint ou forcé ou expatrié….Pour les autres, seule compte la créativité…et la non consommation comme modèle insurrectionnel.

Un plan décennal, c’est le ticket minimum…

 

Nécronomiquement votre

 

18/09/2012

Hello

Juste un petit mot en passant, pour vous indiquer que je suis toujours en sur/vie...La nécronomie menant à tout, je m'attache en ce moment à la réalisation de projets subversifs qui devraient voir le jour en octobre et dont j'aurai l'occasion de parler...

En attendant, je suis toujours content du récap écrit, il y a 1 an et demi ...

http://necronomie.blogsmarketing.adetem.org/tag/anomie

Nécronomiquement votre

26/06/2012

La Bérézina et la retraite de Maastricht

 

Cette fois, c'est parti...envolée du chômage, chute de la conso et des recettes publicitaires, chute des investissements, une prévision de croissance en 2013 de 1% que l'on devrait ramener à zéro par pudeur puisque l'on ne veut pas évoquer le retour en récession rebaptisé croissance négative ...Et puisqu'il n'existe pas de miracle économique, l'unique sortie de crise qui nous est proposée : La marche forcée vers le fédéralisme dans une Europe où le repli identitaire n'a jamais été aussi grand et où les citoyens du marché redécouvrent la protection du socle de la nation, rangée, il y a encore quelque années au rang de concept pour peuple mélancolique ou nostalgique du « c'était mieux avant »

 

Selon un sondage réalisé auprès de 4.000 personnes en Allemagne, en France, en Espagne et en Italie, 78% des allemands, 65% des Français, 51% des Espagnols et 49% des Italiens souhaitent une sortie de la Grèce de la zone euro. Une grande majorité dans les quatre pays, qui représentent 254 millions d'habitants, s'attend à ce que la Grèce ne rembourse jamais ses créanciers internationaux.

 

On remarquera au passage que plus les gens perçoivent l'imminence de la chute de leur propre pays, plus ils sont indulgents avec les grecs...

 

En gros, aucun pays ne souhaite payer pour les autres et c'est chacun pour soi derrière le paravent national.

La marche forcée vers le fédéralisme ressemble de plus en plus à la Bérézina.