23/11/2013

Punks not dead et hiver de force

 

A Paris fin 2013, l’ hiver de force et sa masse de plans sociaux faisait son entrée.

Les Experts en démontage d’illusions ((dont je fais partie), devenus dès lors princes en exil dans leur propre pays croisaient les marchands de charbons et les autres routines en question dans une ambiance de retour aux années de plomb et de dézingage des institutions.

 A Thor ou à déraison…

 

Les dentiers des rentiers et  l’Allemagne saluaient ses héros du job à 1 euro en leur promettant un salaire minimum et ainsi participer à la grandeur de la nation en venant gonfler la demande intérieure et surtout faire taire les détracteurs qui prétendent comme les USA que la croissance allemande s’effectue au détriment des autres pays.

 

 L’Espagne où la retraite se prenait  à 67 ans s’apprêtait à voter une nouvelle réforme prévoyant d’indexer les pensions sur la croissance et l’espérance de vie. Plus on vivra vieux moins on gagnera.

 Les retraites en cloche précèdent les salaires en cloche (diminution au fil du temps et de la présence en échange de ne pas être viré) car  on finira par penser à juste titre que plus l’on vieillit plus nos besoins diminuent et que ce que l’on prolonge n’est pas la vie mais la vieillesse. Un train de vie est aussi un train de mort et par conséquent le marché de la dépendance à la vie ne peut être réservé qu’au plus nantis d’entre nous.

 Etait cela l’unique moyen d’éviter les émeutes transgénérationnelles quand pour le reste de la population, et ceux qui pouvaient rester dans la compétition, la déflation salariale régnait en maitresse tyrannique ?  Il ne s’agissait plus d’euthanasier papy mamy mais de vivre sur leurs retraites.

Loi du score oblige, les Market friendly  n’avaient qu’un souhait l’espagnolisation de la France.

La bulle verte ne pouvant pas décoller, l’écotaxe en étant la parfaite illustration, ne restait plus qu’à faire le choix entre les vivants et les morts comme les sociétés de transport.

 Et apprendre par des mots à gérer une schizophrénie…

La promesse d’un monde meilleur était-elle suffisante pour convaincre la légion des damnés que l’on avance bien mieux le ventre creux pour sauver ses enfants ?

La génération ninja no income, no job, no asset devenait une génération perdue entre le gaz de schiste et le gaz de shit.

Le ministère de la propagande du redressement industriel pouvait tenter d’expliquer le pacte faustien qui nous était proposé A savoir que ce que nous gagnons en tant que consommateur nous le perdons en tant que travailleur. Nous ne pouvions plus acheter français condamnés que nous étions comme les autres pays d’Europe à nous appauvrir sur le lieu même de notre richesse.

 

PS

Séquence musicale que vous ne trouverez pas dans les échos :

Daf  redevenait à la mode en refusant par anticipation la transfusion et les conseils obamesques.

http://www.dailymotion.com/video/x1v5bi_daf-der-sheriff_m...

Richard Hell pouvait aller en enfer avec la génération vide

http://www.youtube.com/watch?v=TP3x-VdOb44

 

 

02/11/2013

Sequence Cul-turelle La malédiction du cochon

 

 Click on picture

9782849413654FS (1).gif

 

 

 

 

 

Nécronomiste résident, il fait partie de ces êtres rares qui peuplent encore l’imaginaire des travailleurs délocalisés dans leur propre pays.  De ceux qui un soir d’automne et que rien n’étonnent ont vu s’écrouler un bar entier au son du canon de la nation sous l’effet de la théorie des dominos. 

 

L’Ami JWB nous revient avec un nouvel opus, témoignage de l’Etat de lard d’une société en décomposition qui tombe à genoux plus qu’elle ne s’agenouille dans un Marché où même la charcuterie devient baissière hors relais de croissance asiatique.

Ce qu’ont bien compris les fonds chinois qui après la visite de notre Président désireux de promouvoir la charcuterie française ont racheté immédiatement Justin Bridou et Cochonou.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/09/07/97002-2013090...

 

Terroiriste convaincu, avec JWB, l halal(i) n’est plus un cri mais une simple descente de lit au réveil d’un mauvais rêve ou d’un cauchemar digestif. Faut il laisser l'effet se faire ou les fesses faire ???

 

Comparaison n’est pas raison car dans le cochon tout est bon….La destinée de l’homme et du cochon sont similaires, ne sommes-nous pas après tout que des dandys jusqu’au lit…

 http://www.decitre.fr/livres/la-malediction-du-cochon-978...

 

Nécronomiquement votre

 

 

 

 

 

17/05/2012

Balkanisation,déGrèçage et mate tas d'or...Un ptit résumé nécronomique

 

La money power n'est jamais démunie lorsqu'il s'agit de faire du fric...

Pour gagner de l'argent sur facebook, c'est très simple, il s'agit de faire comme Goldman sachs, c'est à dire sortir du capital le jour de l'intro « ainsi va la chasse aux papillons... règle nécronomique, si tu vas pas à la chasse tous les jours, ça veut dire que c'est toi le gibier. »

 

Pour le reste, alors que tout le monde prétend le contraire pour tenter d'influencer les élections législatives en Grèce, la Draghi connection sachshienne, est prête pour l'éventualité de la balkanisation ambiance retour vers une Grèce des colonels ou naissance du premier protectorat chinois en Europe …

Les efforts vont devoir porter sur le second mais gros malade, celui qu'il faut à tout prix sauver, à savoir l’Espagne, à laquelle les banques françaises et allemandes ont prêtée 350 milliards.

La demande de soutien officiel de Rajoy à Draghinette ne signifie rien d'autre...

Le tout sous les acclamations FMIennes de Lagarde à vue qui désigne le modèle référent à suivre , celui du Full Monti en Italie (foutre les gens à poil pour recapitaliser les banques).

 

Autrefois, on braquait les banques, Dans le nouveau monde, ce sont les banques qui te braquent....

 

Bref, nous en sommes là , ne reste plus qu'a bétonner encore plus l’Espagne en créant de super infra structures qui ne serviront à rien par le biais d'un plan Marshall de croissance européen, histoire de donner quand même du travail à la masse de la population composé en grande partie d'ouvriers en bâtiment qu'on ne pourra pas transformer en ingénieurs Airbus du jour au lendemain.

Le Japon des années 90 avait agi ainsi...L'économie réelle n'est jamais repartie..En route vers le châtiment des neufs orifices à la japonaise...