18/01/2016

Transhumanisme nécronomique

index.jpgEn ce début d'année qui voit des labos pharmaceutiques faire des test inquiétants sur des volontaires pauvres et au moment où notre président annonce un plan ambitieux pour l'emploi, je suis allé consulter notre ami le Docteur Benway psychiatre des démocraties de Marché devenu depuis Professeur de Biomathématique. Laissons lui la parole :

" Les miracles de la médecine moderne en interférant avec l'immunité naturelle, produisent à la longue d'un point de vue économique plus de maladie qu'ils n'en suppriment et coûte très cher à la collectivité des productifs.

Les sujets souffrant de troubles héréditaires qui étaient autrefois fatals chez l'enfant ou l'adolescent peuvent désormais prolonger leur vie économique indéfiniment et produire à volonté des descendants défectueux ou peu qualifiés."

Il concluait que les démocraties de Marché seraient inexorablement submergée par les pires spécimens de l'espèce humaine " les poils dans la mains" avec les plus mauvaises chances de survie économique dans une perspective à long terme.

Des ordinateurs vérifièrent ses prédictions : Au bout d'un siècle, les sujets souffrant de chômage chronique et nécessitant un traitement social permanent durant toute leur vie seraient majoritaires. Il n'y aura plus assez de gens en bonne santé économique pour cotiser pour eux.

En conséquence, une décision s'imposait : les inaptes n'auront plus le droit aux soins médicaux de quelque nature que ce soit à moins d'être stérilisés. L'inaptitude sera déterminée par une commission Bioéco et définie comme le fait de souffrir de toute maladie, condition ou tendance considérée comme économiquement indésirable.

Le transhumanisme économique était en marche, rien ne pourrait l'arrêter...

 

28/12/2015

Blocus solus et No Hell

Ce matin là, Marcel la Feignasse s'était réveillé comme tous les matins vers onze heures. Immédiatement, après avoir mis "Les Experts" sur BFM Business en replay, il avait senti que quelque chose s'était passé pendant la nuit : il avait muté.

Était ce le fruit d'une année de galvanisation sur la politique de l'offre, le dénigrement du keynesianisme ou bien la prise de conscience du poil dans la main ???

Peut être tout simplement le fait qu'il était en fin de droit au niveau du chomdu...

Toujours est il qu'une mutation s'était produite, Marcel la feignasse avait mué pour devenir Marcel le Besogneux. Il se leva donc de son lit, et se mit en action pour chercher du travail.

Maçon de son état, il se rendit donc dans une entreprise de maçonnerie dans le but d'y être recruté. Toute l'année, on lui avait expliqué sur BFM Business que les entreprises n'investissaient pas parce elles devaient d'abord reconstituer leurs marges mais que cette fois, ça y était, les marges étaient reconstituées.

Quelle ne fut pas la déception de Marcel le Besogneux lorsque le patron de l'entreprise lui annonça qu'il ne recrutait pas et préférait garder sa trésorerie parce qu'il n'y avait pas de demande, cela en partie à cause de gens comme lui qui ne travaillaient pas et n'avaient donc pas d'argent pour consommer.

Après tout, il n'avait qu'à s'en prendre qu'à lui même, il était victime de sa propre fainéantise.

Soudain conscient de la situation catastrophique dans laquelle, il s'était mise, le pauvre Marcel, désireux de se racheter se rendit à sa banque pour emprunter de l'argent pour consommer et ainsi avoir du travail. Mais là encore ce fut une fin de non recevoir. On ne prête pas d'argent à des gens qui ne travaillent pas...

La situation était bloquée. Le fantôme de Keynes ne pouvait plus la débloquer. Le pays était trop endetté et un stimulus monétaire ou un choc de demande qui consisterait à distribuer de l'argent aux plus démunis n'était plus envisageable. L'Etat ne pouvait rien faire. Plus personne ne pouvait rien faire.

Fort de cette conclusion, Marcel le besogneux, autrefois Marcel la Feignasse rentra chez lui se coucher en décidant d'emmerder tout le monde.

La mutation avait eu lieu, il était Marcel le Crucifié, l'emmerdeur de première, celui qui rachète les péchés de l'humanité en montrant aux gens que s'ils ont peur de l'enfer, ils n'ont pas à aller le chercher bien loin.

 

 

04/04/2015

Alignement planétaire

RP.jpg

 

 

 

 

Roger Gilbert-Lecomte

Que, techniciens de désespoirs, nous pratiquons la déception systématique dont les procédés connus de nous sont assez nombreux pour être souvent inattendus"

Tel Giordano Bruno redécouvrant l'amour de Dieu en termes d'astrophysique, François Hollande et la Money Power pratique leur révolution coper (nique)nicienne et se mettent à nouveau à rêver d une économie rétablie. Tout cela grâce au fameux alignement planétaire qui réjouit les plus riches qui s'enrichissent encore plus à moindre frais et creuse encore plus les inégalités, à savoir : Baisse du prix du pétrole, baisse de l'Euro, Baisse des taux d'intérêts. Voir l'insolente santé de la bourse qui n'a plus rien à voir avec la valorisation réelle des entreprises... Merci  la BCE et la planche à billet...

Bref, des raisons exogènes qui n'ont rien à voir avec l'action du gouvernement. Ne reste donc plus qu'à poursuivre de manière endogène avec des réformes structurelles et de l'investissement.

Pour cela les épargnants seront épargnés puisqu'il s'agit de rediriger l'épargne des français vers les entreprises via l'assurance vie ( les fameux 4000 milliards d'Euros d'épargne...Perso j'aimerai bien voir qui les possède...).

Donc, dans un pays où les gens s'endettent pour investir dans l'immobilier les convaincre de mettre leurs éconocroques dans des entreprises non cotées...Pas gagné ce changement de mentalité...

La valeur entreprise égale travail va donc devenir à droite comme à gauche sacro-sainte. En 2017, seules les extrêmes et le nouveau parti musulman seront hostiles au travail le dimanche et la droite sous influence Sarko Wauquiez ne manquera pas de cliver avec des arguments comme " Nous on entend sur le terrain des gens nous dire " Nous, on travaille et on y arrive pas alors que ceux qui travaillent pas y arrivent beaucoup mieux".

Puisqu'on ne peut rien faire dans le cadre de la crise ( la priorité étant de reconstituer les marges des entreprises et mieux rémunérer les investisseurs) pour que ceux qui travaillent y arrivent mieux, rétablir la justice sociale, c'est faire que ceux qui ne travaillent pas n'y arrivent plus du tout. Au moins, cela valorisera les travailleurs pauvres...Ceux qui ne sont pas activés seront donc désactivés pour des questions de sécurité...

Loi du score et valeur faciale oblige...

 

Nécronomiquement votre